Midi-Minuit Année de sortie : 2018

Auteur : HEADLINE Doug/SEMERANO Massimo
Editeur : Dupuis



Collection : Aire-Libre/Dupuis
Album cartonné/176 pages couleurs
Date de parution : 22/06/2018
ISBN : 9782800174617

Ils sont fous du cinéma de genre et particulièrement par les réalisateurs italiens de giallo et autres films gothiques des années 60. Le vendredi est donc leur soirée de prédilection dans leur salle d'arts et essais puisqu'on y rediffuse les œuvres de ces réalisateurs mal connus, ou en tout cas ont le talent a été minimisé par rapport aux « grands » maîtres, aka Fellini ou Antonioni. Nous sommes au seuil des années 2000 et nos deux cinéphiles ont soudain l'opportunité d'aller interviewer une de leurs idoles, le réalisateur Marco Corvo. Ce dernier ayant brusquement cesser son activité à la disparition mystérieuse de son actrice principale et maîtresse attitrée. François et Christophe se rendent donc en Italie et se tiennent prêts à respecter toutes les conditions de l'artiste pour réaliser l'interview de leur vie. La tâche est compliquée mais elle leur fait découvrir toutes les ficelles du métier à l'époque, les dessous de la création des Westerns Spaghetti et les beaux jours de Cinecittà. Parallèlement, une série de meurtres sordides, à la manière des meilleurs gialli, décime les critiques de cinéma, en particulier ceux qui n'ont pas soutenu l’œuvre de Corvo...

Midi Minuit, du nom d'une salle de cinéma bis, qui fut bien connue des amateurs parisiens, est un vibrant hommage au 7ème art. Ce roman graphique se compose à la fois de l'histoire principale, conçue comme un témoignage sur les grandes heures du cinéma italien, et comme une intrigue policière découpée à la façon d'un giallo. Mais il s'agit aussi d'un exposé très pédagogique avec des scènes choisies de vrais films qui sont incrustées dans les cases. Alors oui, le genre principalement évoqué est bien le giallo, ces films à tendance policière avec des crimes sordides et sanguinolents dont le nom rappelle la couverture jaune des polars bons marchés disponibles dans les kiosques à journaux. Mais il s'agit avant tout d'une belle rétrospective du cinéma italien, des grands réalisateurs à leurs assistants qui créaient les films de « l'ombre » en passant par le tournage des grosses productions hollywoodiennes dans l'antre du péplum qu'étaient devenus les studios de la Cinecittà. Le témoignage et les informations à ce sujet sont passionnants et offrent aux lecteurs un large panel du cinéma à cette époque.
Quant à l'intrigue policière, elle s'intègre parfaitement à la narration et fonctionne comme un giallo. Efficace et authentique. Que demander de plus ?
Je tiens à signaler que la tension est palpable dès le début de l'aventure, quand nos deux passionnés foulent le sol italien. Les conditions d'interviews sont strictes et mystérieuses. Tellement rigoureuses et pas tout à fait logiques qu'une sorte de malaise s'empare du lecteur. Ensuite, on commence à sentir le tueur rôder. Et je vous garantis qu'avec un minimum d'imagination on voit arriver le pire pour nos deux cinéphiles débonnaires. On ressent vite les frissons, si ce n'est les gouttes de sueur nous parcourir l'échine. Car le cinéma d'horreur n'est jamais loin dans les évocations du livre.

Du grand art, enivrant, inquiétant et passionnant !

Tiphaine