Requiem, T7 Le Couvent des sœurs de sang (NE)Année de sortie : 2019

Auteur : MILLS Pat/LEDROIT
Editeur : Glénat



Collection : 24x32
Album cartonné/ 56 pages couleurs
Date de parution : 14/11/2018
ISBN : 9782344014080

J'ai l'impression que ce 7ème volume est le plus sale et le plus irrévérencieux de la série. Dans le couvent des soeurs de sang, toutes les composantes de l'univers de Requiem sont poussées au paroxysme : violence, traîtrise, sexualité...
Requiem n'a plus qu'une idée en tête, retrouver son amour : la belle et fragile Rebecca.
Il se retrouve dans le harem des vierges de Dracula et tombe sur Sabre, qui prend du bon temps. Ce qui n'est pas du goût des nonnes protectrices des lieux. Un combat des plus sanglants va s'engager avec l’intervention de la mère supérieure, une machine de guerre anti-vampires.
De leur côté, les armées de Dracula sont à Dystopie pour un « échange commercial » et obtenir de l’opium noir. Pour tuer le temps, un tournoi est organisé. Les deux camps s’opposent en tout. Les vampires sont on ne peut plus arrogants, à leur habitude. En face, les provocations ne manquent pas. Leurs langues bifides sont bien pendues. Vous pouvez compter sur Claudia pour les faire taire.

Ce tome 7 est l’occasion de lever le voile sur un passage de la vie de Requiem à l’époque des croisades. Ce qui permet de mieux comprendre ce qu’il est et ce qu’il représente. La suite des événements est une succession de violence sous toutes ses formes : physique, psychologique, politique… Tous les coups sont permis. Les règles de bienséance viennent de voler en éclat. Le mode « sans filtre » est activé. Aucune considération de protocole, de position sociale ne pourra faire échapper qui que ce soit à ce qui va se produire. Vous pouvez être au mieux insulter de la plus vile des manières et au pire, vous faire expirer sans sommation. Et tout cela avec le flegme vampirique que l’on connaît à cette armée de fous furieux : leur seul plaisir, voir le sang couler à flot, écraser leur prochain et faire souffrir ceux qui leur sont inférieurs. Pour eux qui ne supportent pas les autres races, c’est incroyable qu’un incident ne se soit pas produit avant cette rencontre au sommet. Mais il y avait un intérêt primordial, qui a obligé toutes ces longues canines à se tenir tranquille jusque là. Malheureusement, pour les dystopiens, il n’est pas possible de tenir un vampire en laisse, quel que soit le niveau de contrainte, le retour de flamme est fatal.

C’est l’occasion pour Pat Mills et Olivier Ledroit de se lâcher. Pour la mise en scène, les dialogues, tout est là pour choquer, accrocher, interpeller. Prenez toutes les règles sociales et renversez les, elles deviennent sources de jouissance pour les vampires. Propos blasphématoires, insultes, tromperies, mensonges, meurtres, vous avez un condensé de tous les péchés et vices possibles.
Olivier Ledroit va vous en mettre plein les yeux, comme jamais. Il réussit le tour de force de rendre esthétique des scènes qui devraient être repoussantes, sources de dégoût. Au contraire, vous allez vous attarder sur les cases, pour rentrer dans le détail de chaque dessin. Les pleines pages, comme les simples cases sont un plaisir visuel incommensurable.
Ce 7ème tome de Requiem frappe très fort. Un véritable chef d’œuvre en la matière.

Xavier