New Byzance, tome 2 : résistancesAnnée de sortie : 2009

Auteur : CORBEYRAN/CHABBERT
Editeur : Glénat



Collection Grafica

Série : Uchronie[s]

Album cartonné/48 pages couleurs

Date de parution : 4 mars 2009

ISBN : 9782723464222

Nous entrons dans le vif du sujet très rapidement avec ce deuxième tome de New Byzance. Alors que Zack le préscient et Emily sont récupérés par le groupe mené par Andy Miller, ils vont se retrouver face à un choix très difficile : veulent-ils franchir la ligne qui les ferait définitivement basculer dans la clandestinité ? Après avoir entendu les explications que donne Andy Miller sur les visions des préscients, il y a quoi être en proie au doute. Les choix faits seront-ils les bons ? Sont-ils déjà inscrits dans le futur ? Quelle est l’importance des imbrications entre les différents univers ? Et comment espérer faire changer un monde désormais dirigé par des hommes sans scrupules qui ne pensent qu’à opprimer les plus faibles en étendant leur pouvoir ?

Le monde de New Byzance est très hostile et violent, mais d’une façon sournoise et presque invisible. Pas de violence policière ici, mais une réhabilitation des citoyens déclarés déviants par le rêve. Autant dire un complet lavage de cerveau si l’on tente d’avoir une pensée qui s’éloigne de l’idéologie officielle. Rien n’est plus révoltant, mais comment oser luter lorsque le confort vous tend les bras. Il est si facile de fermer les yeux pour ne plus voir la misère qui nous entoure.

Le scénario que nous a concocté CORBEYRAN commence à vraiment prendre forme dans ce deuxième tome new byzantin de la série Uchronie. Les relations entre les différents mondes qui étaient encore mystérieuses commencent à se faire plus claires. Mais le voile n’est pas encore levé.

Avec les autres 2ème tome de New Harlem et New York nous en saurons peut-être d’avantage.

En tout cas, l’action est toujours présente et surtout passionnante. Le dessin d’Eric CHABBERT est très juste, avec une représentation de ce monde oriental futuriste qui le rend parfaitement crédible. Il suffit de voir les pages 20 à 24 pour être sous le charme de cette ville pourtant si oppressante.

Ce concept sur les différentes réalités que nous propose CORBEYRAN, ce scénariste prodige et ultra prolifique, vous fera voyager une fois de plus dans un multivers palpitant et dérangeant.

Xavier