Vampyres, tome 2Année de sortie : 2009

Auteur : THIRAULT & MARCH/KRASSINSKY-VEDRINES & DURAND/ALCANTE & MATTEO
Editeur : Dupuis



Album cartonné/96 pages couleurs

Illustration de couverture : Mc Kean

D’après les textes originaux de : Caryl FEREY, Thierry JONQUET, Pierre PELOT

Date de parution : 2 octobre 2009

ISBN : 978-2-8001-4099-5

2009 est une année où les stryges aux dents pointues sont revenues en force dans le champ culturel : romans bit Lit chez Bragelonne, Lemashtu de Li-Cam, second roman des éditions Griffe d’Encre, Les vampires de Londres de Fabrice Colin aux éditions Gallimard jeunesse, Twilight, série TV True Blood, nombre conséquent de bandes dessinées chez des éditeurs variés incluant une prequel du « Chant des Stryges » (Delcourt), « Highgate/Luisa » (Soleil), les mangas «Black Rose Alice » (Asuka) et « Vampire’s kisses » (Soleil manga), le charmant vampire exorciste de D-Gray Man (Glénat manga) et pour finir la toute récente sortie du premier tome de la trilogie « La lignée » de Guillermo Del Toro et Chuck Hogan aux éditions presses de la cité.



Pour clore en beauté cette année riche en hémoglobine et en ail frais, Vampyres est un diptyque BD qui prend sa place dans un grand projet éditorial et télévisuel. Deux magnifiques albums sortent à la même date aux éditions Dupuis, inspirés eux même de six novellas publiées chez J’ai Lu. Parallèlement, six films diffusés sur les chaînes TV câblées prennent également comme point de départ les six novellas.

Chacun des albums de Dupuis possède une splendide couverture illustrée par Dave Mc Kean qui, habituellement, enjolive graphiquement les univers de Neil Gaiman (Coraline, Sandman, The Graveyard Book…). Les deux couvertures forment un tableau complet d’une puissance impressionnante et d’une formidable beauté. Malgré l’agressivité du thème, l’œuvre possède une énorme aura romantique renforcée par l’équilibre des couleurs et des tons, le fond du drapé rouge sombre repoussant et attirant en même temps le vert du tatouage dorsal aux inspirations asiatiques de la victime.



Le pitch de départ de toutes les narrations du projet « vampyres » : ce fameux 3 novembre à Sable Noir.

Dans chaque volume : trois histoires de 28 pages, chacune introduite par une page taille roman poche – pas forcément la première page - de la novella ayant inspirée la nouvelle graphique. Puis un dessinateur et un scénariste différent par histoire.



Dans le second tome de Vampyres, nous découvrons donc « Les âmes meurtries », « Dans la peau » et «Le vrai du faux».

« Les âmes meurtries » récit cruel et déroutant d’un homme qui se suicide, montre bien la puissance de l’instinct de « survie » des stryges. Un va et vient entre monde actuel et flash back historiques ou périodes de rêves. Impitoyable chute.

« Dans la peau » montre à quel point il faut éviter certains excès. Le vampirisme est ici très lié aux pratiques sexuelles, fait habituel que l’on retrouvera également dans le dernier récit. L’amour est-il possible dans un monde corrompu ?

« Le vrai du faux » ou jusqu’où peut aller un auteur en mal d’inspiration. Un dessin très caricatural pour un personnage central très peu charismatique. Un mythe vampirique moins pris au sérieux que dans les précédentes aventures.



Il est vraiment très agréable d’enchaîner ces récits courts et cependant complets avec autant d’artistes différents aux commandes. Les deux albums se font parfaitement écho et sont de véritables objets d’art. Alors si les suceurs de sang vous attirent, n’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure « Vampyres ».

Un diptyque qui pourrait tout aussi bien faire un excellent cadeau…

Tiphaine