Les Enchaînés, saison 2, tome 1 : TourmentsAnnée de sortie : 2010

Auteur : CALLEDE/GIHEF
Editeur : Vents D'Ouest




Collection Turbulences/ Vents d’Ouest


Album cartonné/48 pages couleurs


Date de parution : 06 octobre 2010


ISBN : 978-2-7493-0562-2


Depuis la saison 1 (dont les quatre tomes viennent d’être réédités par Vents d’Ouest), la donne a changé. Nous allons de nouveau découvrir quatre personnages. De nouveau, ils seront confrontés au choix de tuer ou non un inconnu. Mais cette fois, l’enjeu n’est plus une forte somme d’argent. Cette fois, il s’agit de sauver un être cher. Autrement dit : « une vie pour une vie », voilà la teneur du nouveau contrat.





Nous retrouvons donc le marionnettiste diabolique de la première saison avec un jeu encore plus pervers que le précédent. Choisir entre une vie et une somme d’argent était déjà très complexe. Mais choisir entre la vie d’un être cher et celle d’un inconnu relève de l’horreur absolue. Dans cette deuxième saison, l’instigateur de tout ce vicieux système apparaît déjà plus et s’avère doué de pouvoirs fantastiques puisqu’il peut ramener les gens à la vie. Il n’en est pas moins tordu et odieux et se complet dans un jeu qui laisse à penser qu’il a de proches liens avec le diable. L’idée même d’un contrat qui se base sur l’éthique n’est pas sans évoquer le don de l’âme.





Quatre nouveaux personnages entrent dont en scène, dont un au moins en connexion avec la précédente saison. Nous découvrons ici un politicien avec une fille anorexique, une chirurgienne avec un fils malade qu’elle ne peut soigner, un jeune squatter dont la petite amie a pris une balle perdue et un photographe dont la femme souffre d’un cancer. A part le politicien et sa moralité douteuse, ces quatre nouveaux protagonistes nous inspirent bien plus d’empathie que ceux de la première saison. Il sera d’autant plus difficile de supporter leur déchéance. Bien évidemment, les contrats se croisent et chacun de ces quatre personnages doit tuer l’un d’entre eux.





Une nouvelle saison qui part sur des bases encore plus atroces que la précédente pour un thriller aux allures toujours très US et à l’impeccable construction.


Tiphaine