Genuine City, tome 2 : Le PolaqueAnnée de sortie : 2011

Auteur : DEDIC/DANTON
Editeur : Drugstore




Collection Fantastique et Science-Fiction/Drugstore


Album cartonné/48 pages couleurs


Date de parution : 6 avril 2011


ISBN : 9782723477048





Polak, le jeune et parfait héros aux traits d’Adonis, s’est enfui de Genuine City, une ville factice obéissant aux moindres désirs de son leader, Leonidas. Ce que le jeune homme ne sait pas, c’est qu’auparavant, il était le chef de la rébellion menée contre le despote au physique de lion. Il était alors Le Polaque et ne connaissait que de loin l’influence anesthésiante de Genuine City. Dans ce second chapitre du diptyque, il se retrouve coincé dans le QG d’une branche dissidente de la rébellion, Le Cloaque. Pas question pour Leonidas de laisser ce dangereux personnage en vie. Il décide donc de faire d’une pierre deux coups, il éliminera à la fois le Polaque avant qu’il ne retrouve toute sa dangerosité (en même temps que sa mémoire) et toute cette mauvaise engeance de non citoyens qui forment le cloaque. C’est un peu vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué…





Ambiance post-apocalyptique et franchement SF qui tranche avec la ville lumière du premier tome avec ses ambiances de péplum et les habitants fantastiques qui la peuplent. J’ai vraiment du mal avec la série qui ne correspond pas vraiment à mes attentes graphiques ni encore moins scénaristiques. Le tout est fort bien fait et je n’ai pas grand-chose à reprocher à l’illustration, à part peut-être qu’elle ne sait pas me captiver. Quant à l’histoire, elle manque clairement de développement tout en étant franchement prévisible. Les retournements de situations ne nous tiennent donc pas en haleine et la fin ne nous surprend pas du tout. Je me demande vraiment si un triptyque n’aurait pas été nécessaire pour développer d’avantage la narration. On aurait ainsi pu par exemple s’attacher d’avantage aux personnages, notamment secondaires et peut-être adhérer à leur cause. Ou bien détester plus franchement le fauve despote qui parasite Genuine City.





Une fin de diptyque qui me laisse donc assez mitigée même si les deux tomes ont su développer un univers cohérent sur deux ambiances graphiques très marquées.


Tiphaine