Réalisateur : MASTROCINQUE Camillo
Distribution : Artus Films



Date de sortie cinéma : 1964/ sortie DVD chez Artus Films : octobre 2012

Noir et blanc Déconseillé aux moins de 12 ans.

DVD Format : 1.66 original 16/9 compatible 4/3
Durée : 81 minutes
Langues : français, italien Sous-titres : français

Les suppléments du DVD
La crypte et l'incube, par Alain Petit
Diaporama d'affiches et photos
Bandes-annonces de la collection Gothique

Avec : Christopher Lee, Adriana Ambesi, Ursula Davis

Le Comte Ludwig Von Karstein (C.Lee) ne sait que faire. Sa fille Laura cauchemarde toutes les nuits. Elle se persuade qu’elle est la descende directe de la sorcière Sheena et que celle-ci se réincarne en elle l’obligeant à commettre des meurtres.
Le Comte fait alors appel à un historien pour faire la lumière sur les ancêtres de la famille. Dans les épaisses tours du château gothique raisonnent les cris de Laura, et se promènent les ombres des domestiques éclairés aux chandelles. Qui est réellement l’être maléfique qui sévit aux alentours ? Comment le démasquer ?

Nous voici ici avec un classique du genre gothique italien. Nous retrouvons donc tous les aspects horrifiques comme les rideaux qui s’envolent, le son de cloches du vieux couvent en ruine, le colporteur bossu et défiguré, l’éclairage aux bougies, la décoration néo médiévale et les jeunes filles effarouchées en robes de nuit blanches…
J’ai beaucoup apprécié la prestation de Christopher Lee qui donne une vraie qualité au film. En outre, pour une fois, il ne joue pas le rôle d’un méchant vampire cherchant à piéger ses invités… Très sobre, il campe à merveille ce père inquiet pour sa fille, qui reste digne malgré la décadence de sa maisonnée.
A part cela, on a ici une adaptation plus ou moins détournée de Camilla de Sheridan Le Fanu. Le vampire étant clairement identifié a un des personnages féminins (sans que l’on dise lequel avant la fin).

La Crypte du vampire est plaisant à voir pour tous les amateurs de films vampiriques et de cinéma fantastique italien. Il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre mais d’un honnête long métrage de genre qui mérite notre attention.

Tiphaine