Réalisateur : GORDON Bert I.
Distribution : Artus Films



Date de sortie (USA) : 1962 / Sortie du DVD chez Artus films : février 2013
Avec : Basil Rathbone, Gary Lockwood, Anne Helm, Estelle Winwood...
DVD 9 - PAL - Zone 2 - Couleur
Format : 1.85 original 16/9 compatible 4/3
Durée : 77 minutes
Langues : français, anglais Sous-titres : français
Suppléments :
La magie de Bert I. Gordon, par Alain Petit - Diaporama d'affiches et photos - Bandes-annonces

George (Gary Lockwood), fils adoptif d’une sorcière pas trop malfaisante, tombe amoureux d’une princesse (Anne Helm) en l’observant sur le miroitement des eaux magiques d’un lac. Celle-ci se fait alors enlever par le maléfique et puissant sorcier Lodac (Basil Rathbone). Pour la délivrer, George devra affronter les sept épreuves inventées par le méchant mage et bien sûr s’occuper du dragon qui doit dévorer la princesse une semaine plus tard…
Il se fait aider par sept preux chevaliers de différentes nationalités revenus d’entre les morts, un étalon immaculé et merveilleux et une armure et une épée magique.

Vous voulez de la fantaisie ? Pas de doute, vous êtes en plein dedans avec L’épée enchantée ! En plus de tous les ingrédients précédemment évoqués, vous y verrez un ogre, une enchanteresse polymorphe, des potions et sortilège et bien sûr… un dragon !
Franchement, ce film est le parfait divertissement de tout fan de fantaisie qui ne se prend pas la tête et apprécie un bon retour aux sources.
Faisons fi du carton pâte et des effets spéciaux de disparition empruntés à Méliès. Nous avons passé un bon moment au visionnage de L’épée enchantée. De toute façon, il ne pouvait guère en être autrement car nous retrouvons toujours avec plaisir Monsieur Rathbone dans ses rôles de méchants pathétiques. Il faut aussi reconnaître que les autres acteurs s’en sortent vraiment bien et évitent au film de tomber dans le trop kitch.
Le scénario est classique et fonctionne bien. Des touches d’humour y sont parsemées ça et là. La très bonne idée ayant été de donner des nationalités différentes aux chevaliers ce qui permet de bien les distinguer (et au passage de leur associer des clichés énormes en plus de leurs accents excessifs).

L’épée enchantée est donc à découvrir car tout retour aux sources ne peut être que bénéfique. Si l’on oublie les progrès techniques réalisés depuis, on se trouve devant un bon film de fantaisie familiale qui plaira à tous les amateurs.


Tiphaine


The Magic Sword - trailer par apparitor