Réalisateur : Collectif
Distribution : Artus Films


Puppet Master (1989) lien artus films ici

Réalisation : David Schmoeller
Production : Full Moon - USA - 1989
Avec : Paul Le Mat, Irene Miracle, William Hickey…

Puppet Master 2 (1991) lien artus films ici

Réalisation : David Allen
Production - Full Moon - USA - 1991
Avec : Elizabeth Maclellan, Collin Bernsen, Steve Welles…

Puppet Master 3 - La revanche de Toulon (1991) lien artus films ici
Réalisation : David DeCoteau
Production : Full Moon - USA - 1991
Avec : Guy Rolfe, Richard Lynch, Ian Abercrombie...

Puppet Master est une série de film qui a vu le jour en 1989. Le 10ème volet a été tourné en 2012.
Ces films ont fait l’objet d’une sortie directe en vidéo. Ce qui explique peut-être qu’à moins d’être fan hardcore du genre, à savoir les marionnettes tueuses, vous n’en avez pas entendu parlé.

Les 3 premiers films font l’objet d’une nouvelle sortie chez Artus Films, avec en bonus, les riches commentaires de Francis Barbier.





Cette série de films existe grâce, notamment à un homme, le producteur Charles Band.
Par contre, la réalisation est confiée à plusieurs personnes : David Schmoeller (Puppet Master 1), David Allen (Puppet Master 2), David DeCoteau (Puppet Master 3).
Ces changements successifs donnent des ambiances très différentes aux films, comme vous pouvez vous en douter. D’autant que les scénaristes et acteurs sont également différents à chaque épisode. Même le personnage récurent d’André Toulon est interprété tour à tour par William Hickey
, Steve Welles , Guy Rolfe. Toutes ces alternances n’ont en réalité que peu d’importance, car les stars, dans les Puppet Master, ce sont bel et bien les marionnettes.
Elles sont animées de façon remarquable, en stop-motion par David Allen, qui n’est pas le premier venu. Vous avez déjà vu son travail (que se soit du stop motion ou une autre technique) dans des films comme Dolls - les poupées, Willow, Flesh Gordon, Chérie, j'ai rétréci les gosses … C’est à mon sens ce qui contribue à l’intérêt de la série ou à tout le moins qui lui a permi de survivre tant bien que mal depuis 24 ans. Grâce à des effets spéciaux simples et de très bonnes idées cela permet de surmonter toutes les épreuves, comme des faiblesses dans le jeu des acteurs, dans le scénario etc. C’est en tout cas, appréciable, pour une série B comme Puppet Master de découvrir d’aussi bons techniciens.




En ce qui concerne l’histoire.
Puppet Master 1 : C’est à se demander s’il y a eu un scénario d’écrit pour ce premier volet, qui fut pourtant un succès !
Plusieurs personnes aux pouvoirs extralucides se retrouvent dans un hôtel, pour l’enterrement d’une de leur connaissance. Sur place, elles font faire la rencontre des marionnettes de M. Toulon…
Aucune explication n’est donnée dans Puppet Master, premier du nom. Les scènes s’enchaînent avec plus ou moins de bonheur, les meurtres aussi. Et nous assistons à l’éradication des personnages les uns après les autres, car rien ne résiste à ces petites marionnettes aux pouvoirs démoniaques.
Malheureusement rien n’est dévoilé. Nous ne savons rien des marionnettes, pourquoi une telle envie de meurtres ? Comment sont-elles animées ?
Le véritable intérêt du film, comme le souligne Francis Barbier dans son commentaire, c’est le travail du directeur de la photographie, qui réussit à mettre une très belle ambiance sur le film.

Puppet Master 2 : Enfin quelques informations et explications. Suite directe au 1er film, nous retournons dans le même hôtel, pour suivre, cette fois, une équipe de recherches paranormales mandatée par le gouvernement. Alors que toute l’équipe est en place, arrive un homme recouvert de bandelette, en raison d’une grave blessure. Il se présente comme le propriétaire de l’hôtel, que tout le monde croyait abandonné. Son arrivée coïncide avec le premier meurtre. Faut-il y voir un malheureux hasard ?
Bien plus clair que le premier opus, ce deuxième Puppet Master nous révèle enfin comment fonctionnent les marionnettes et les raisons de leurs activités meurtrières. Si le jeu d’acteur laisse quelque peu à désirer, car il n’y a pas de grandes stars à l’écran, la prestation reste honnête pour une série B.

Puppet Master 3 : C’est celui qui a bénéficié du plus gros budget avec 800.000$. Et enfin vous allez voir de vrais acteurs (Guy Rolfe, Richard Lynch, Walter Gotell
, Ian Abercrombie , Sarah Douglas
. Si le scénario souffre encore de quelques lacunes et incohérences, l’ensemble est intéressant.
Ce 3ème volet est une préquelle. Vous retrouvez André Toulon et son épouse, en 1941, en Allemagne. Vous allez apprendre d’où vient la haine que porte André Toulon pour les nazis. Vous comprendrez un peu mieux la relation qui unie le marionnettiste avec ses marionnettes, à travers la création de deux d’entre elle : Blade et Leech Woman.




C’est sans conteste, le film le plus abouti des Puppet Master. Même si plusieurs erreurs sont commises sur le scénario (peut-être en raison d’un manque de temps sur le tournage) et que quelques éléments techniques restent dans le champ de la caméra, Puppet Master 3 La revanche de Toulon est très agréable à regarder.

Si vous aviez quelques questions après avoir regardé les 2 précédents, maintenant tout est clair. C’est presque à se demander s’il ne faudrait pas regarder la trilogie à l’envers.
Surtout, le thème principal composé par Richard Band, va vous marquer. Il instaure une parfaite ambiance, à la fois angoissante et mélancolique. Du très bon travail pour ce compositeur habitué des films de genre.


Au final, lorsque vous aurez vu les 3 Puppet Master qui vous sont proposés par Artus Films (et regardé les bonus avec les commentaires de Francis Barbier), vous vous demanderez pourquoi cette franchise n’a pas rencontré un plus large succès en comparaison à d’autres histoires de poupées tueuses, comme Chucky. Certes, la distribution n’est pas la même. Mais sur le fond, Puppet Master a un propos bien plus ambitieux, plus intéressant et plus profond.
Pour en savoir plus, reportez vous à l’analyse de Francis Barbier sur les éléments suivants : la rencontre entre le pseudo Indiana et Torch, la dénonciation juive sous le 3ème Reich etc.




Si les Puppet Master ne sont pas des films cultes, ils pourraient rapidement devenir des classiques du genre grâce à cette nouvelle édition.
Elle vous permet de (re)découvrir des films qui ont une place déjà toute trouvée dans votre vidéothèque.



Xavier