X-Men, Days Of Future Past 3D Année de sortie : 2014

Réalisateur : SINGER Bryan
Distribution : Twentieth Century Fox



Sortie en salle : 21 mai 2014

Durée : 2h12min

C’est encore une avant première en VOST que nous a proposée le cinéma CGR de Tours Centre, ce que nous ne pouvons qu’approuver. Plusieurs séances en version originale sont d’ailleurs programmées en semaine dont il serait dommage de vous priver.
En revanche, comme bien souvent, la 3D n’apporte pas grand chose au film et nous préférerions pouvoir avoir accès à une version alternative en 2D. (Etre otage d'un système commercial qui veut soit disant éviter le piratage en ne proposant que de la 3D ne me satisfait guère). Notons quand même une belle maîtrise technique de la 3D avec une utilisation appropriée de la profondeur de champ dans la scène de Vif Argent.

Les aventures des X-Men constituent un éternel recommencement. C’est plus que jamais le cas avec ce nouvel épisode Days Of Future Past, signé Bryan Singer. En effet, le monde s’écroule autour des mutants encore vivants et des humains leur prêtant assistance. La seule solution pour survivre : modifier un événement clef du passé. Wolverine, le seul à pouvoir encaisser physiquement ce voyage dans le temps particulier (mais pas le mieux armé au niveau diplomatie) accepte alors de partir convaincre les mutants du passé de ne pas agir comme ils l’ont prévu.

On retrouve avec un plaisir non dissimulé tous nos mutants chouchous. Le charismatique Logan est peut être un poil sur exploité par rapport à la véritable (anti)héroïne du film, Mystique. Mais cela n’a guère d’importance car ils sont tous là. Et même plus. Ainsi, Omar Sy ne démérite pas dans le rôle du puissant Bishop (dont on a un peu de mal à apprécier les pouvoirs de mutants). Mais surtout on se délecte du virevoltant Vif-Argent (Evan Peters) dont on ne peut déjà plus se passé.
Ajoutons à cela Helen Page et Peter Dinklage (qui a provoqué un intense murmure dans la salle à sa première apparition à l’écran, laissant supposer le nombre d’adeptes de la série Games Of Throne présents dans la salle) ainsi que la plupart des « vieux de la vieille » et on profite pleinement du casting. Le fait de mélanger dans le même film les acteurs de la trilogie X-men et ceux de la prequel X-Men origins s’avère bien pertinent aussi et bien évidemment facteur de plaisir même si propre au comics et non au scénario original du film.
Pour quelques autres, y compris Singer, on se contentera de quelques caméo...

Le scénario en lui même ne démérite pas même si le début (période apocalyptique) peut s’avérer déroutant et un peu dur à suivre. De même, le film aurait presque pu faire partie de la série Wolverine tant on voit ce personnage mais on a néanmoins un beau panel de mutants présents ici ce qui faisait défaut dans les opus consacrés à Logan.

Bref, comme bien souvent, X-Men : Days Of Future Past c’est du pur plaisir de cinéma. Aucune raison de le bouder, bien au contraire !


Tiphaine