Godzilla 3DAnnée de sortie : 2014

Réalisateur : EDWARDS Gareth
Distribution : Warner Bros



Date de sortie française : 14 mai 2014




C’est avec un mélange d’impatience et d’inquiétude que nous nous sommes rendus à l’avant première de Godzilla 3D au Méga CGR de Tours Centre pour une séance en VOST. D’ailleurs, nous saluons une fois encore le choix de cette salle de nous proposer régulièrement de la VOST, notamment sur des blockbusters.

Impatience parce que Godzilla, le lézard radioactif fait partie de l’Histoire du cinéma et que, parmi les films de genres, il tient forcément une place de choix.

Inquiétude parce que le navet de Roland Emmerich (1998) nous avait vraiment laissé un goût amer avec son scénario ridicule et outrancier, sa bestiole aux traits inappropriés et ses répliques pathétiques.

Bien heureusement, ce fut un très bon moment de cinéma avec un retour aux sources salvateur pour la maman dino (oui Godzilla est une femelle). Avec certes une narration bien américaine centralisée autour des relations familiales et de la transmission père/fils, Godzilla renoue avec son passé nucléaire et ne sert pas plus que cela à devenir une ode à la bannière étoilée (comme c’est souvent le cas avec les productions US).
Le film installe tout d’abord une belle tension, où le monstre reste absent, privilégiant l’attachement du spectateur aux personnages principaux.



Les scènes de destruction s’avèrent à la hauteur du budget. Les effets spéciaux sont impeccables avec un lézard parfaitement raccord et même intéressant dans ses motivations. La première intervention du monstre, montrée à travers le spectre d’une télévision est très réussie. Avec une authentique mise en abîme très astucieuse avec une perspective qui présente au premier plan les dinosaures miniatures d’un enfant.

Les combats entre monstres ne sont pas légion et restent donc efficaces. Il est toujours mieux de doser les apparitions plutôt que de sur exposer le spectateur au sensationnel.

Le propos antinucléaire, qui est le message mis en avant sur les premiers films japonais qui ont créé le mythe demeure bien présent. Avec une petite variante intéressante, que nous vous laissons découvrir en regardant le film.

Certains passages vous donneront des frissons à double titre : par leur qualité à l’écran et pour les souvenirs douloureux qu’ils évoqueront. Comme lorsque le tsunami frappe les côtes. Toute cette séquence vous rappellera en effet ce que vous avez pu voir sur les chaînes d’information en 2004.


Sans oublier les très bons bruitages et la bande son d’Alexandre DESPLAT qui colle parfaitement à l’ambiance et donne une dimension supplémentaire à ce film très réussi.

En conclusion, Godzilla possède toutes les qualités de ses aînés avec une maîtrise optimale des effets spéciaux en plus. Il serait plus que dommage de vous en priver si vous êtes adeptes !