Maléfique (Maléficient) - 3DAnnée de sortie : 2014

Réalisateur : STROMBERG Robert
Distribution : The Walt Disney Company France



Sortie en salle : 28 mai 2014

Durée : 1h37min

Maléfice (j’y tiens puisqu’en français elle change de nom dans le film de 2014) est ce qu’on appelle un monstre sacré. Sans doute la plus charismatique méchante de l’univers de mister Walt. Cette sorcière cornue au costume noir, au visage anguleux, toujours accompagnée de son sceptre ensorcelé et de son fidèle corbeau… et qui peut lors de grosses colères se transformer en un dragon aussi glamour que terrifiant.

Alors on pouvait se poser la question du bien fondé d’adapter ce formidable personnage en « réel ». Après quelques images promo, on se disait que finalement pourquoi pas un reboot puisqu’Angelina Jolie paraissait donner diablement d’elle-même pour faire vivre la méchante fée. C’est confiants, en pensant à l’excellente comédie musicale Wicked (qui explique pourquoi la Méchante Sorcière de l’Ouest est devenue ce qu’elle est dans le Magicien d’Oz), que nous sommes allés voir Maléfique. Notre grosse réserve était due à l’inaccessibilité du long métrage en vost à proximité de chez nous…

La jeune et innocente ( !) Maléfique donc, vit en communion avec la Nature en tant que fée aimée de tout le Petit Peuple. Elle tombe amoureuse du jeune Stéphane un fils de paysans ambitieux et prêt à tout pour s’approcher du trône du Royaume des hommes. Pour cela, il trahit la belle sans vergogne et lui coupe les ailes ( !!). Quelque temps plus tard naît la princesse héritière Aurore, fille du roi Stéphane. Maléfique revient donc se venger et lance la fameuse malédiction du rouet. Mais elle s’attache bien vite à l’enfant recluse dans une chaumière près de sa forêt magique.
Bon, je ne vais pas tout raconter car sinon il n’y aura vraiment plus rien à découvrir dans le film. Ce qui serait embêtant car je vous souhaite bien du courage avec ce scénario pitoyable, mal ficelé et stupide !

Je vais quand même souligner que la déception augmente encore quand on voit la qualité des effets sonores et spéciaux qui aurait permis une œuvre grandiose si seulement la narration avait eu de l’intérêt. Les acteurs se défendent bien également, avec une Angelina Jolie qui se transcende et une Elle Fanning neuneu à souhait. Petite erreur de casting pour Sharlto Copley qui ne m’a pas convaincue en Roi Stéphane.
On a deux combats plutôt bien orchestrés et un dragon (de substitution) assez bien animé (encore heureux vus les moyens disponibles).

Reste un personnage saccagé. J’aime pourtant les adaptations et détournements de contes et y suis habituée. Mais quelle idée de transformer un méchant en gentil (assez pathétique en plus) ? Et surtout quelle méchante … rien de moins que la porte-parole des sorcières les plus puissantes de l’univers des légendes. Pour en faire quoi ? Une pauvre fille trompée, restée célibataire et qui s’entiche de l’enfant de son ex au point de devenir une mère de substitution ! Il y a de quoi rire, avouez le ! Et je ne parle pas des pathétiques fées qui servent de marraines à la Belle et enchaînent les gaffes idiotes. A ce niveau là, il aurait mieux fallu jouer dans un vrai registre burlesque. Mais je suppose que c’est censé plaire aux plus jeunes.

Finalement, je ne sais pas ce qui le pire entre la voix off mielleuse et la présentation de l’héroïne : « il y avait une gentille jeune fée qui s’appelait Maléfique » (bah oui c’est un prénom bien connu et pas du tout connoté !).

Bon allez, je vais de ce pas visionner La Belle au bois dormant, ça me consolera !


Tiphaine