Les Amants d’Outre-Tombe (DVD) Année de sortie : 2014

Réalisateur : CAIANO Mario
Distribution : Artus Films


Date de sortie en salle : 1965 /sortie DVD Artus films : juin 2014

Interdit aux moins de 16 ans

Collection : Les chefs-d'oeuvre du Gothique
Coffret Collector avec livre 64 pages "20 ans de cinéma Gothique italien"
Durée : 100 minutes
Versions : français, italien
Sous titres : français
Format 1.66 original respecté 16/9ème compatible 4/3 Noir et blanc

Avec : Barbara Steele, Paul Muller, Helga, Liné...
Les suppléments du DVD
- Livre 64 pages “20 ans de cinéma Gothique italien”
- Le château du cauchemar, par Alain Petit
- Le noir, le blanc, le rouge. Entretien avec Mario Caiano et Paul Muller
- Diaporama d’affiches et photos
- Bandes-annonces de la collection Gothique

Muriel Hampton (Barbara Steele), femme du « scientifique » Stephen (Paul Muller), ne supporte plus les recherches incessantes de son mari ni leur caractère vicieux. Elle prend pour amant l’homme à tour faire, le séduisant David. De son côté, le mari trompé n’attend qu’une occasion de confondre les amants pour les tuer et hériter de la fortune de sa femme. Mais celle-ci a anticipé son sort et changer son testament en faveur de sa sœur détestée Jenny. Complètement à l’opposée de la brune Muriel, l’ingénue Jenny accepte d’épouser Stephen et vient vivre au château des Hampton. Les plans du châtelain restent tourner vers le meurtre mais l’esprit faible de Jenny exige la venue dans la demeure de son ami d’enfance et médecin Dereck.

Film gothique italien par excellence, Les Amants d’Outre-Tombe rendent d’abord hommage aux fantastiques anglais. Cela nous sera bien expliqué par le réalisateur lui-même dans les bonus. Il y évoque ses sources d’influence de l’époque (Hammer, son professeur de littérature anglaise du XIXème, Le Moine de Lewis… en plus des écrits de Poe). Mais il faut bien admettre que l’utilisation de prénoms exclusivement anglophones et francophones déroute (Stephen, Dereck, Jenny, Jonathan, David, Solange, Muriel).
Ce film se démarque aussi par la cruauté et le sadisme des personnages qui le fait interdire aux moins de seize ans. Même dans la vengeance, les protagonistes prennent du plaisir à torturer les autres. La servante plutôt passive possède elle-même des idées de tortures morales assez perverse sur la douce Jenny, victime idéale.
A part cela, le scénario n’est pas d’une originalité folle. On a encore un mari sadique, une bonne complice et maîtresse, une femme adultère (ou amoureuse), un héritage, et des spectres vengeurs dans une habitation étouffante. On a néanmoins droit à du fantastique (fantômes qui hantent les survivants), un savant machiavélique qui fait des expériences sur humains et de l’horreur avec les tortures que le mari inflige aux amants en début d’histoire.

Au niveau de la réalisation, on a une utilisation magistrale du noir et blanc même si Mario Caiano souhaitait au départ faire un film en noir, blanc et rouge. Les objets sont très bien mis en valeur pour rendre l’atmosphère oppressante à souhait.
Tout d’abord, on remarque une surabondance appropriée de décors (lourdes tentures, tapisseries murales, tapis d’orient, plantes envahissantes dans la serre…). L’omniprésence de portraits de Muriel, avec des traits anguleux accentués contribue à rendre l’habitation peu accueillante pour Jenny.
D’ailleurs le château est quasiment un personnage à part entière, qui joue son rôle dans la diffusion du message des fantômes. Jenny est tellement envahie par cet espace, qu’elle se fond même dans le décor lorsque sa chevelure en forme de chignon en double ouroboros croisé se mêle au motif de la tapisserie murale dans une des scènes.
Les acteurs sont également très bien dirigés. On retient évidemment l’excellente double prestation de Barbara Steele, décidément habituée du genre ! Mais il est vrai qu’elle passe avec une justesse déconcertante de la jeune fille innocente et hébétée à la sorcière furieuse et parfois lubrique qui la possède.

A noter, une musique pas exceptionnelle mais qui fonctionne bien, lancinante comme il faut, signée par Monsieur Ennio Morricone.

Gros plus de cette édition collector en sus du livre de 64 pages sur l’histoire du cinéma gothique italien : les bonus proposés par Artus Films. Depuis quelques temps, les équipes d’Artus interviewent les réalisateurs et/ou acteurs des films proposés. Leur vision est une plus value vraiment importante pour tout amateur de cinéma.

Tiphaine


Les amants d'outre-tombe - Bande-annonce par apparitor