Réalisateur : BAVA Mario
Distribution : Artus Films


Date de sortie en salle : 1966/sortie DVD Artus films : 7 avril 2015
Collection Cine Fumetti
Digipack 2 disques
Inclus le montage italien et le montage américain.

Versions : français, italien, anglais
Sous titres : français
Format 1.85 original respecté 16/9ème compatible 4/3 Couleur
Durée : 83 minutes (italien) ; 78 minutes (américain)

Avec : Vincent Price, Franco Franchi, Ciccio Ingrassia, Laura Antonelli, Fabian...

Les Suppléments du DVD :
Les deux montages du film : italien et américain
Dr Goldfoot et les filles explosives, par Eric Peretti
Générique américain alternatif
Diaporama d’affiches et photos
Film-annonce

Le méchant méchant Dr Goldfoot est de retour avec ses filles robots. Celles-ci, redoutables séductrices, se font exploser lorsqu’elles flirtent avec d’importants personnages militaires. Un espion aguerri (Fabian) tente de contrecarrer les plans du mauvais Docteur mais il se retrouve assister d’un duo incongru dont les membres souhaitent devenir agents secrets alors qu’ils enchaînent gaffe sur gaffe.

Difficile de trouver comment commencer cette chronique qui pourtant me tient très à cœur. En effet, il s’agit d’un véritable objet culte (deux montages du même film de Mario Bava), d’un must du cinéma bis et d’un très bon moment devant un écran.
Car la maison Artus Films n’a pas fait dans la demi mesure avec « l’Espion qui venait du surgelé » puisque nous disposons à la fois du montage italien et du montage américain pour ce même film. Mais est-ce vraiment le même ??

Pas pour nous en tout cas puisque les intentions ont été clairement différentes sur les deux productions.

D’une part la version italienne, plus longue et mentionne plusieurs espions dans son titre, fait la part belle à deux comiques très plébiscités à l’époque, Ciccio et Franco. Le film se transforme en parodie burlesque, clownesque d’espionnage. La cohérence scénaristique se perdant au profit du cabotinage (parfois un peu longuet) de ses deux anti héros.

D’autre part la version américaine, choisissant un méchant (Dr Goldfoot) comme héros avec aux commandes un Vincent Price succulent. Cette fois on reste dans une parodie pure et dure des films de James Bond. Les rôles sont mieux équilibrés avec des interventions décalées mais pas omniprésentes du duo de comique. Ce décalage savoureux nous a cette fois entièrement convaincus.

Il est vraiment passionnant (et pas du tout lassant) de visionner ces deux montages consécutivement tant le propos diverge et rend les deux films des œuvres à part entières.
Tout commence dès le générique. Pour le coup, la version italienne y reprend les codes des génériques à la James Bond avec une représentation animée de nos deux comiques, qui se baladent entre les lettres.
Quant à la version américaine, elle zappe carrément le générique au profit d’un résumé des activités machiavéliques du Dr Goldfoot, racontées en voix off par Vincent Price lui-même.
Entre cela et la chanson titre (qui rentre très bien dans la tête), notre intérêt est vite retenu par ces films.

L’espion qui venait du surgelé est un excellent titre de la collection cine fumetti et tout cinéphile ou amateur de bis devrait sérieusement s’y pencher ! En tout cas, j’ai beaucoup apprécié et conseil l’ensemble du digipak sans modération.


Tiphaine


L'espion qui venait du surgelé - Film-annonce par apparitor