Mad Max Fury Road - 3DAnnée de sortie : 2015

Réalisateur : MILLER George
Distribution : Warner Bros.


Date de sortie en salle : 14 mai 2015
Diffusé hors-compétition au Festival de Cannes 2015.

Durée : 120min

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Tout le monde attendait beaucoup de Mad Max Fury Road.
Il faut bien avouer que toucher à cette trilogie culte pour tous les passionnés de post apocalyptique était un pari osé. Mais avec George Miller aux commandes, il n'y avait pas d'inquiétude à avoir. Ce George là n'avait pas l'intention de cracher dans la soupe (comme l'a fait Lucas avec les épisodes 1 à 3), bien au contraire. C’est l'occasion pour lui de proposer un nouveau passage de la vie de Max, avec tout le talent des acteurs en vogue actuellement (Tom Hardy, Charlize Théron, Nicholas Hoult, Josh Helman). Et même de ré-employer des acteurs des premiers Mad Max, comme Hugh Keays-Byrne (Toecutter dans Mad Max 1979). Ajoutez à cela une bonne 3D parfaitement maîtrisée, un sens des effets spéciaux et une gestion des cascades hors pair et vous avez tous les ingrédients pour obtenir un très bon film. Encore faut-il que la sauce prenne. C'est là que la patte du réalisateur est importante, ainsi que le choix du montage.

Ce que vous allez voir, pendant 2 heures sera au-dessus de toutes vos espérances, soyez en certains.
Je suis allé voir le film en version originale, dans une salle qui devait contenir 400 personnes. De la première à la dernière image, il n'y a pas eu un seul bruit dans le public!
Aussi incroyable que cela puisse paraître vous êtes pris à la gorge dans Mad Max Fury Road. Il y a une telle pression, comme si une chape de plomb s'abattait sur vous. Dès les premiers instants, vous savez que personne n'est là pour rigoler. Et que le moins faux pas peut coûter la vie.

Tout au long de cette course poursuite mécanique, 2 heures durant, vous serez trimballé, secoué, bousculé, percuté sans aucun temps mort. Si parfois les machines s'arrêtent, la pression ne retombe pas pour autant. Bien au contraire. Lorsque l'on fuit à toute blinde, l'immobilité est souvent synonyme de mort imminente. Du coup, vous allez connaître le paradoxe suivant : vous vous sentirez moins en danger (car vous ne serez jamais en sécurité, que cela soit dit une bonne fois pour toute) au volant d'un véhicule au moteur booster avec vos armes à portée de main. Car le mouvement signifie que vous êtes toujours vivant. Et ainsi en capacité de réagir fasse aux attaques incessantes de vos multiples ennemis.

Pour ceux qui auraient un peu peur de s'ennuyer à voir pendant 120 minutes des voitures rouler le plus vite possible au milieu du désert en se balançant des bombes à la figure, je peux vous répondre que ce ne sera pas le cas. Comment est-ce possible? Tout simplement grâce aux acteurs!
Même au milieu des scènes d'actions il y a un échange. Il suffit d'un mot, un regard, un geste pour en dire long. Cela fait évoluer les relations entre Max et Furiosa. Mais ils ne sont pas tous seuls à avoir embarqué dans cette galère. Je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler et vous laisser la surprise. C'est ce mélange de non-dits, d'actions spectaculaires qui laissent des émotions fortes en mémoire. Les alliance plus ou moins forcées qui amènent les personnages à se lancer à corps perdu dans cette extraordinaire poursuite/fuite insensée.
Chaque personnage a un vrai rôle à jouer. Et si certains sont des êtres solitaires, ils vont comprendre que la solution à leurs problèmes (et leur survie) sera moins compliquée s'ils s'y mettent à plusieurs. Cela les fera évoluer, car il va s'en passer des choses, même si le temps du film ne représente que quelques jours de vie. On peut parfois apprendre très vite avec des expériences fortes comme celles que vont vivre Max , Furiosa et tous les autres.

Côté cascades mécaniques : vous ne verrez jamais (ou presque) deux fois la même chose à l'écran. Pourtant il va y en avoir des attaques, des explosions, des projections et du rentre dedans. Mais avec une infinité de variantes qui vous empêchera de savoir à l'avance d'où va venir le coup. Cela fait partie des techniques qui font monter la pression tout au long du film. Tout est source de danger. Les voitures explosent, sautent, rebondissent... Tout cela dans un ballet de métal, d'essence et de flammes incessant.
La chorégraphie de ces affrontements mécaniques est somptueuse. Même si les grosses mécaniques ne vous passionnent pas (ce qui est mon cas), vous serez pris sous le charme de cette optimisation des bolides. Qui se transforment en armure, dernier rempart avant une mort certaine.

La musique a aussi son importance. Lourde, répétitive, elle n'est pour autant en rien mécanique.
L'avantage de ce film, vient aussi du fait que tous les spectateurs connaissent déjà le monde post apocalyptique. Inutile de nous raconter ce qui s'est passé pendant des heures. Cela permet d'entrer immédiatement dans le vif du sujet. Mais si d’aventure vous ne savez rien de ce monde désertique où le pétrole est une richesse sans commune mesure, ne vous inquiétez pas, vous allez très vite tout comprendre.

Le résultat de tout cela est un excellent film qui mettra tout le monde d'accord.
Il ne reste plus qu'une chose à faire. Allez voir Mad Max Fury Road. And be witness!



Xavier