Réalisateur : FREGONES Hugo
Distribution : Artus Films



Date de sortie en salle : 1953/sortie DVD Artus films : 8 décembre 2017

Collection Classiques Américains
Version : anglaise
Sous titres : français
NB
Durée : 78min

Avec : Jack Palance, Constance Smith, Byron Palmer, Frances Bavier…



Il s'agit de l'adaptation du roman « The Lodger » de Marie Belloc Lowndes, qui a déjà été porté à l'écran par Hitchcock en 1926 (La Fille aux cheveux d’or/The Lodger).

Dans ce roman, et dans le film qui le respecte avec une grande fidélité, nous nous retrouvons à Londres en 1888. Comme vous le savez, la période est troublée par un bien mystérieux assassin…

Nous allons croiser la route d'un couple de bourgeois qui, pour faire face à quelques difficultés financières, ont décidé de louer une chambre et le grenier de leur grande maison. Un soir, un homme se présente à leur porte pour devenir leur nouveau locataire. S'il est poli et solvable, son comportement pique la curiosité de sa logeuse. Alors que l'époux de cette dernière estime que l’attitude de ce locataire est tout à fait logique.

Ce film de 1953 nous emmène dans un Londres en proie à la terreur. Malgré une très forte présence policière, l'éventreur court toujours. Qui est-il? Comment agit-il ? Pourquoi s'en prendre à ces femmes? Aucune piste n'est écartée, mais aucun résultat n'est constaté.
C'est un vrai jeu du chat et de la souris où seul Mr Slade connaît les cartes.

C'est une approche très fine qui permet de jouer avec les personnages. Qui voit juste ?
Est-ce que Mr Slade est bien ce qu'il prêtant être ?
Malgré un plutôt petit budget alloué à cette production, le réalisateur tente de jouer sur les effets de brume lors de l’utilisation de décors d’extérieurs reconstitués. Il y a un certain nombre de costumes et de figurants qui donne du cachet même si on reste loin de la superproduction des studios de l’époque.

Avec un Rythme bien à lui, ce film vous déroule les évènements sanglants, dont personne ne peut se dégager.
Les acteurs ont des rôles qui leur vont comme un gant. Il faut bien avouer que nous n'avons pas affaire à des jeunes premiers. Et là encore le réalisateur s’appuie sur ses atouts en soulignant les traits anguleux du visage d’un Jack Palance en grande forme.
Cette opposition si flagrante, entre Mr Slade et Miss Bonner est exploitée au mieux. Quel que soit votre point de vue le résultat est le même : les opposés s'attirent. Mais jusqu'où ?

La mise en scène est à saluer. Tout comme les chorégraphies, simples et équivoques, lors des prestations de Miss Bonner.
Les dialogues sont à mon sens le point fort du film. Certes il y a de l'action, mais ce sont les répliques des différents protagonistes qui donnent un ton et une atmosphère bien particulière au film.
Pour un film qui a été tourné en studio, c'est un beau résultat. Même de nos jours, nous ne connaissons pas l'identité de Jack l'Eventreur, alors pour ne pas adopter cette version ?
Un classique du cinéma qui ne manque pas d'intérêt.


Xavier