Réalisateur : PETERSON Wolfgang
Distribution :  

USA/Allemagne de l'Ouest
Date de Sortie : 21/11/1984
Durée : 1h35min



Bastien a dix ans et porte le deuil de sa maman. Il se fait harceler au collège et reste plutôt solitaire. Son refuge ? La lecture de romans d’aventures. Un jour, il « emprunte » un ouvrage à la reliure extraordinaire chez le libraire. Ce livre s’intitule « L’Histoire sans fin » et le jeune lecteur s’y plonge avidement jusqu’à faire partie de l’aventure lorsqu’il rêve. Il y rencontre des personnages fabuleux et inoubliables : le héros Atreyu et son vaillant destrier Artax, Falcor le dragon porte-bonheur, l’impératrice de Fantasia, Morla la tortue…

L’Histoire Sans Fin reste un must des films fantastiques et de fantaisie. Malgré ses effets spéciaux artisanaux et la mode vestimentaire largement dépassés, le jeune public de 2018 frémit, voire pleure ou rit, toujours dans les moments clefs. La narration fonctionne parfaitement et continue de délivrer son message aux enfants (qui s’étonnent surtout des jeux vidéos de l’époque). Quant à moi j’éprouve toujours la même douce nostalgie mêlée à un vrai plaisir de spectatrice quand je vois ce long métrage !

Le début est peut être un peu long à se mettre en place mais il faut bien définir le contexte de vie du lecteur-héros. A part cela, L’Histoire Sans Fin est une ode à la lecture et à l’imaginaire sans limite. Il développe les différents thèmes chers à la fantaisie comme la quête, la montée en expérience d’un jeune héros, la lutte contre l’Obscurité ou l’Obscurantisme… Le monde de Fantasia est magnifique et sans limite mais il s’avère aussi dangereux et porteur de peine. En cela Bastien, le lecteur interactif, va apprendre à gérer son propre deuil et à vivre avec.