ZombilléniumAnnée de sortie : 2017

Réalisateur : DE PINS Arthur/DUCORD Alexis



http://www.zombillenium.com/
https://fr-fr.facebook.com/ZombilleniumTheMovie/


Date de sortie française : 2017

Durée : 1h18

Une petite fille qui aime les parcs d’attraction, rien de plus classique. Mais quand il s’agit de Zombillénium, c’est une autre histoire. Ce parc d’attraction où souhaite aller Lucie, la fille d’Hector Sachs, contrôleur des normes, est dirigé depuis 15 ans par Francis, un vieux vampire. Et la formule est en train de s’éroder. La solution ? Le Diable a bien une idée : faire descendre tout ce petit monde (vampires, sorcières, loups garous, zombies et autres créatures) en enfer de façon définitive. Mais Francis va obtenir un délai supplémentaire : 15 jours pour sauver le parc.
Entre Gretchen, la sorcière stagiaire, Steven, le vampire beau gosse et Sirius, le squelette syndicaliste (doublé par Mathieu Monnaert aka Mat Bastard), Francis n’a pas beaucoup de chance. Les vampires se prennent pour des élites, en bons poseurs romantiques, ils ne font plus peur à personne. Les zombies sont considérés comme des moins que rien, has been. Et les autres créatures ne sont pas assez nombreuses pour former un groupe cohérent. Francis va avoir une idée qui bouscule les règles : ouvrir le parc à des investisseurs humains ! C’est ouvrir la boite de pandore. Et d’autres membres du parc ont des idées différentes sur l’avenir du parc. Au milieu de tout cela, Hector va faire son apparition. Il sera l’élément imprévu et déterminant.
Le film Zombillenium est tiré des bandes dessinées d’Arthur de Pins (liens chroniques : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4). Vous pouvez regarder le film en connaissant les BDs ou pas. Et l’inverse est vrai.
Ce film d’animation est à voir pour de nombreuses raisons qui sont (sans ordre d’importance) :
Des personnages très charismatiques mais pas (tous) des stéréotypes.
Une animation très propre, qui vous permet d’apprécier le film dans vous arrêter sur la technique.
Une histoire qui possède plusieurs niveaux de lecture. Ainsi les enfants comme les parents prennent plaisir à regarder le film. Chacun y trouve son compte.
Un humour sain. Ici les blagues ne manquent pas. Elles sont intelligentes. Pas de grossièreté, pas de vulgarité. Il est possible de rire de tout avec tout le monde, mais pas au dépend des autres.
Une bande originale qui envoie fort, avec un climax sur le morceau de « Stand as one » de Mat Bastard. (clip à regarder ici : Lien YouTube)

Vous rentrez directement dans l’histoire. Pas besoin de passer la moitié du film à vous présenter chaque protagoniste pour vous expliquer ce qu’ils savent faire. Vous le découvrirez quand vous les rencontrerez. Ici, pas vraiment de bons ni de méchants. Les rôles sont interchangeables. Et il faut bien se rappeler que Zombillénium, c’est l’antichambre de l’enfer, et les enfants de chœur sont normalement destinés au paradis.
A Zombillénium, c’est plus ambiance rock n’ roll. Ça déboîte, ça envoie et ça balance (en rythme).
Une vision élargie sur les personnes différentes à travers le prisme des monstres. Un moment de détente dans un parc d’attraction digne des meilleures soirées qu’Halloween peut produire.



Xavier