Réalisateur : Tim BURTON



A l’origine, le personnage du barbier tueur fait partie de la légende populaire. En 1979, une comédie musicale à succès (elle même inspirée d’une pièce de la fin du 19ème siècle) s’ouvre sur Broadway. Elle fascine alors le Maître incontesté du cinéma fantastico-onirico-horrifique, Tim Burton. En résulte en ce début d’année 2008 la sortie d’une comédie musicale reprenant les textes originaux de Stephen Sondheim. On retrouve la patte de Mister Burton dans les décors tout à fait mal léchés des bas-fonds d’un Londres crado aux pavés crasseux. Une maîtrise admirable qui fait écho aux costumes également tout à fait appropriés. De nouveau les affinités du réalisateur sont présentes notamment dans la robe à rayures type « beetlejuice » de Mrs Lovett. Côté acteurs, Burton s’appuie sur des valeurs sûres : sa compagne Helena Bonham Carter (déjà présente dans Big Fish et Noces Funebres), Johnny Deep (qui signe là leur sixième collaboration) et Alan Rickman (personnage anglais par excellence)… Rien à dire côté du jeu, avec, cerise sur le gâteau des acteurs qui maîtrisent le chant. Côté scénario, un jeune homme, heureux en ménage et jeune papa, se voit voler sa fiancée et sa fille par le notable juge Turpin. Après 15 ans d’exil en mer, le jeune homme revient à Londres, apprend le décès de sa femme Lucy qui serait morte de chagrin et décide de se venger en devenant barbier et en assassinant tous les acteurs du drame de sa vie. Pour écouler les corps, il est aidé par la singulière Mrs Lovett (secrètement amoureuse de lui depuis toujours), une pâtissière ratée qui utilise la chair des cadavres fournis par Todd pour créer de goûteuses tourdes à la viande. Parallèlement, le barbier cherche à renouer les liens perdus avec sa fille. Nous avons donc là tous les éléments nécessaires à un film réussi. Si l’on ajoute que j’adore les comédies musicales et que je suis fan de Burton, on pourrait croire que Sweeney Todd sera en top list de mes recommandations. Ce n’est pas le cas. En effet, on tombe vite dans le grand guignol avec des effusions de sang dignes des premiers films gores mais qui nous noient assez rapidement le plaisir. Un peu, ça va, mais point trop n’en faut. Le film a des longueurs et l’on a vraiment du mal à s’attacher à des personnages aussi sordides quel que soit leur lot de malheur. Dommage, il y avait évidemment de la matière.

Tiphaine