Claymore Livre 1/2Année de sortie : 2011

Réalisateur : TANAKA Hiroyuki





Sortie: 05.01.2011

3 dvd

Langues : Japonais - Français

Sous-titres: Français

Supplément: Livret 16 pages couleurs



Claymore est au départ un manga de Norihiro Yagi (toujours en cours au Japon et édité en France chez Glenat). Le Studio Mad House a décidé d’en faire une série animée en utilisant les 11 premiers volumes. En voyant le résultat, il faut espérer que lorsque la série aura atteint son 22ème volume au Japon, la suite soit également adaptée en animé. Car le moins que l’on puisse dire, est que ce Livre I de Claymore, proposé par Kazé, vaut le détour. Avec 13 épisodes, vous allez vous retrouver dans un monde de Dark Fantasy où les démons terrorisent les villages aussi bien que les églises, sans rencontrer aucune résistance de la population locale, qui est bien mal armée pour tenter de repousser ces « Malebêtes », qui se nourrissent de leurs entrailles toutes les nuits. Avec Claymore, l’expression combattre le mal par le mal prend tout son sens. Car le seul moyen qui semble exister pour combattre ces Malebêtes est de faire appel à une organisation, qui enverra dans le village (contre rétribution), une Claymore. Les Claymores sont des combattantes hors pairs. Toutes sont des femmes (vous apprendrez pourquoi en à la fin des épisodes de ce Livre I). Ou pour être plus précis, elles sont toutes mi-femmes, mi-malebêtes. Vous ne saurez pas encore comment elles sont choisies ou de quelle façon elle fusionnent avec les malebêtes, mais le résultat est impressionnant : un démon contenu dans le corps d’une guerrière. Cela permet aux Claymores de repérer rapidement leurs ennemis mais surtout de dépasser les limites d’un simple corps humain. Elles sont rapides, agiles, d’une force incroyable, peuvent régénérer de leurs blessures et ne rien manger pendant des jours. Il n’en fallait pas moins pour tenter de limiter la propagation des malebêtes, car les démons semblent très bien implantés sur Terre.

Et si vous pensiez que les villageois les accueillent à bras ouverts, vous vous trompez lourdement. Mais comment leur en vouloir, les Claymores sont tout de même à moitié des démons! Et surtout elles se comportent bizarrement, n’ayant presque aucun sentiment face à la détresse des hommes.

Et pourtant Claire, la première Claymore que vous allez rencontrer, après avoir éliminé une malebête dans un petit village, va finir par accepter de voir Raki, un jeune garçon qui a perdu toute sa famille tuée par la malebête qui avait pris possession de son frère et que le village a rejeté, l’accompagner pour être son cuisinier (comme si elle avez besoin de nourriture !). Cette étrange relation va peut-être initier un changement dans le monde des Claymores. Mais il ne sera pas le seul, car de nombreuses choses sont entrain de se tramer dans l’ombre de l’organisation.

Les premiers épisodes sont un condensé d’actions où les combats sont incessants, les bras et les têtes ne cessent de tomber au milieu de mares de sang humain ou démoniaque, les contrats s’enchaînent les unes après les autres pour Claire. Puis vous aurez un long flash-back, sur plusieurs épisodes, pour comprendre la jeunesse de Claire, avant qu’elle devienne Claymore et quelles relations elle entretenait avec ces étranges guerrières avant de devenir l’une d’entre elles. Les derniers épisodes vous faisant découvrir de nouveaux personnages, dont certains restent encore bien mystérieux.

L’animation de Claymore est irréprochable. Certes, il n’y a rien de novateur dans la réalisation d’Hiroyuki Tanaka. Mais le travail qu’il a fait sur les lumières, les transformations lors de l’Eveil ou les chutes d’eaux lorsque Claire se trouve dans les montagnes, sont autant d’éléments qui démontrent toute la qualité du travail du studio MadHouse. Les combats ont été chorégraphiés avec soin. Ce qui permet d’apprécier la violence des confrontations, leur rapidité et leur fluidité sans que cela devienne brouillon. Bien au contraire, les accélérations restent visuellement efficaces, ce qui vous permettra d’apprécier à leur juste mesure les pouvoirs des Claymores que vous rencontrerez dans les épisodes 10 à 13 (je ne vous en dis pas plus).

Un autre coup de chapeau pour les bruitages et la bande son qui soulignent chaque passage de l’action. L’air de rien, il y a en permanence une petit son qui accentue l’effet dramatique de la scène. Que ce soit des passages bien rock pour quelques combats, des sons de grelots façon Akira ou Conan, ou encore cette mélodie qui mélange cornemuse et percussions, tout est du meilleur effet et vous plonge encore plus dans l’ambiance.

Très honnêtement, lorsque vous aurez commencé à visionner le premier épisode de Claymore, je vous conseille d’avoir du temps devant vous, car vous aurez envie de voir la suite immédiatement. Et pour avoir vu les 13 épisodes d’affiler, je peux vous garantir qu’il y a une intensité dans cette série qui satisfera les plus exigeants d’entre vous.

Claymore est dores et déjà un must incontournable.

Xavier