Les Utopiales 2013Date : 30-10-2013

Salle : Cité des congrés
Ville : Nantes

Pour voir toutes nos photos : lien photos ici

Jeudi :
Dès l'entrée une petite nouveauté avec la réorganisation des zones d'exposition.
Et surtout les plantes en pots suspendus devant l'affiche de Vincent Callebaut.


Rien de plus normal en fait car cet architecte est très sensibilisé à l'évolution de notre écosystème. Son travail sur les batiments est très intéressant. Partant d'un principe simple : la reproduction de systèmes existants dans la nature, il réinvente des constructions pour l'homme de demain.



Comme chaque année, nous avons eu droit à une multitude de conférences très intéressantes. Comme il n'est pas possible d'assister à toute, vous pouvez aller sur le forum d'Actu Sf pour écouter (ou voir) celles que vous avez manquées :http://www.actusf.com/forum/viewtopic.php?t=22125&start=0.

Vous pouviez voir de nombreuses et fort différentes expositions cette années. En commançant par la partie droite du Palais des congrés, vous pouviez admirer le travail de Vincent Callebaut. Les projets de constructions qu'il a élaboré sont déroutants et obligent à la réflexion.

Pour remonter le temps, vous aviez l'exposition consacrée à la BD SOUVENIRS DE L’EMPIRE DE L’ATOME de Thierry Solderen et Alexandre Clerisse. Vous retrouverez leur interview ci-dessous.



Le très beau coffre du capitaine Némo était là pour vous émerveiller : Coffret en ronce d'acajou et wengué souligné de tulipier noirci et de laiton, finition au tampon !



EXPLORNOVA 360° vous permettait de vous promener sur Mars, rien que cela, grace aux images qui ont été retransmises par tous les robots qui ont foulé le sol martien.

L'exposition sur le jeu REMEMBER ME que vous avez peut-être déjà vu au comic con était présentée sur une plus grande zone et vous pouviez également y jouer.



Il y avait aussi l'exposition consacrée au travail de RAYMOND POIVET (1910-1999) avec plus de 80 planches originales.



Pour les curieux de science, il y avait également des machines qui font rêver et qui sont pourtant bien réelles.
Comme ce bras exosquelette : véritable aide au travail. La démonstration avait pour but de sensibiliser le public sur l'importance de la recherche. Ce bras qui se porte tout seul, peut aider sur les taches répétitives. Vous pouviez l'essayer pour viser en hauteur : premier avantage, c'est le bras qui porte la visseuse. Second avantage, dès que vous commencez à monter le bras vers la vis, votre mouvement est amplifié avec l'exosquelette, ce qui réduit votre fatigue musculaire. Imaginez ce genre d'exosquelette dans l'industrie, ou pour les infirmiers qui portent des malades, pour les déménageurs... Mais également pour aider des personnes à marcher, pour leur rééducation : finies les béquilles...
Il y avait également un systéme de création de texture. C'est à dire que pour une voiture, vous pouvez changer en un clic la couleur. Cela semble anodin, mais cela permet de gagner un temps précieux pour les industriels, car ils se rendent désormais compte en temps réel et en 3d de ce qui sera le rendu véritable d'une couleur.



Sans oublier le robot NAO, qui fait toujours autant sensation lors de ses apparitions.


Toute cette science, toute cette technologie est une nouvelle source d'imaginaire. Elle pourra créer des vocations pour nous faire rêver encore d'avantage dans les années futures.


Côté film une belle surprise qui confirme tout le bien que nous pensions de Kioshi Kurosawa. Il propose une histoire fantastique boulversante avec Real dont le titre original était "le jour du plésiosaure".
Une jeune mangaka tombe dans le coma. Son ami grâce à une nouvelle technologie rentre en contact avec elle. Un nouvel espoir nait, rempli de révellations surprenantes.
Entre univers sf, fantastique et réel, le film offre une vision de la relation de couple différente. Un récit poétique et rythmé. Le film se laisse voir avec plaisir. Si quelques longueurs sont présentes, un peu comme tout film asiatique, ça passe bien finalement. En bonus, les utopiales vous proposaient de repartir avec l'édition du manga présenté dans le film un petit bonus (gratuit), qui va devenir très vite un objet collector.


Vendredi :
Compétition de court métrage session 1:
THE VOICE THIEF d’Adan Jodorowski
France / Chili / États-Unis, 2013, 24’ Un film jodoroskiesque : donc très beau très barré.
Cette histoire de voix volée pour permettre à une diva colérique de continuer à chanter est une expérience surprenante. Très bien mis à scène, avec de très beaux décors, le film est une curiosité intéressante.
THE CREATOR de Al & Al Royaume-Uni, 2012, 40’. Nous avons détesté ce film, trop long, qui a une pseudo réflexion sur la psychanalyse et les robots. Nous l'avons trouvé sans aucun intérêt. Il a pourtant été primé par le jury o.O Nous n'avons toujours pas compris leur motivation ...
ELEFANTE de Pablo Larcuen Espagne, 2012, 9' Un film de genre espagnol est forcément très bon ! Nous n'avons pas été déçus. Très intélligent, très sensible, Pablo Larcuen joue avec l'absude, les sentiments et la différence, de la plus intélligente des manières. Un très beau film à voir dès que vous en avez l'occasion.
PLUG AND PLAY de Michael Frei Suisse, 2012, 6'  Sans véritable intérêt. Ces prises électriques qui se déplacent, s'imbriquent les unes dans les autres... pour quoi faire ???
ZOO de Nicolas Pleskof France, 2012, 26'  Un boulversement inattendu va intervenir dans la vie d'une famille : l'une de leur fille se retrouve dans un cocon. Les réactions des différents membres du foyer sont aussi extrèmes que la situation à laquelle ils doivent faire face. Très beau et en même temps très dérangeant. Un film à voir absolument.



Imaginarium : LE film à voir pour nous.
Il a été créé par le groupe de métal Nightwish. Autant dire qu'un événement pareil ne se rate pas. Le public était bien présent avec une salle Dune presque complète (capacité de 800 places)
Un film onirique, déroutant où vous retrouvez les influences de Peter Pan, Jack Frost, la coulrophobie, les relations familiales difficiles. Et bien sûr la musique de Nightwish. Le groupe s'est bien fait plaisir, sans pour autant transformer Imaginarium en clip géant. Ce n'est ni Interstella, ni Througt the Never !
Imaginarium est un véritable film fantastique, avec une belle histoire, un scénario bien travaillé, des acteurs professionnels et des effets spéciaux irréprochables. Ce fut un réel plaisir de partir à l'aventure avec Tom et cet étrange bonhomme de neige. Si l'atmosphère générale est assez pesante, vous passerez tout de même un très bon moment en visionnant de film. Dommage qu'il ne soit pas distribué en France actuellement. Nous remercions encore une fois les Utopiales pour cette projection unique.




Nous avons ensuite réalisé une interview avec Xavier Mauméjean qui est revenu sur son roman rosée de feu sorti en poche chez Folio sf, son travail comme Directeur de collection pour Pandore aux editions Le Pré aux clercs et sur ses prochains ouvrages.
pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-XavierMaumejean.mp3


Pour en savoir plus sur Rosée de feu: voici notre chronique lien ici

Nous avons enchainé avec une interview de Marie Pavlenko pour La fille sortilège aux éditions Le Pré aux clercs collection Pandore.
Pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-Maire.Pavlenko.mp3


Pour en savoir plus sur La Fille Sortilège: voici notre chronique lien ici


Retour dans la salle Dune, pour voir le film d'animation 009 re:cyborg.
Il s'agit d'un manga qui remet au goût du jour l'oeuvre de Ishinomori (élevé de Tezuka). Si l'ambiance et les personnages d'antant sont bien présents, il y a de grosses longueurs. Dommage car le rendez vous aurait pu être plus agréable. Malgré plusieurs scènes à couper le souffle, nous restons sur un avis mitigé. Les scènes de fan-service sont parasites et certains plans de l'intro très pauvres en animation. Ce qui est surprenant, car les scènes d'actions sont impressionnantes. Surtout les combats avec de belles chorégraphies. Le studio Production IG a fait un travail moyen.
Autre point négatif le scenario, qui n'est pas très clair. Ou plus exactement, les parties obscures sont tout d'un coup expliquées avec un discours pseudo philosophique, ésotérique, à la limite de l'anti christianisme. Pourquoi pas, mais sans intérêt réel.
Le thème de l'âme des cyborgs aurait pu être traité de façon bien plus intelligente et intéressante si cela ne se résumait pas à boire, manger, fumer, baiser et entendre une Voix qui réclame la destruction des gratte-ciels!
Un animé à voir à l'occasion, mais ce n'est pas à rajouter sur la liste de vos priorités.

Le vendredi soir est traditionnellement consacré à la remise du prix Julia Verlanger.
Il a été attribué cet année à Gail Carriger pour Le Protectorat de l'ombrelle aux éditions Orbit (nos chroniques : lien tome 1, lien tome 2, lien tome 3, lien tome 4, lien tome 5).

Vous pouvez écouter la réaction de Sylvie Denis, traductrice de la série et romancière.
pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-SylvieDenis.mp3



Samedi:
Début de journée consacrée à la patience.
Car il en fallait un minimum pour pouvoir récupérer son pass pour aller voir la projection très attendue d'Albator.
Les 800 places ont été très vite écoulées.
Et tout le monde n'attendait qu'une chose en ce samedi matin : pouvoir entrer dans la salle.
Ce fut chose faite à 13h15. Après une petite introduction de Roland Lehoucq, nous avons peu en prendre plein les yeux. 
Il y a peut être plein de choses à redire pour un véritable otaku. Mais pour nous qui avons vu Albator lorsque nous etions petits, ce fut un vrai plaisir de le revoir avec un nouveau graphisme très moderne.
Une image très léchée, des prises de vues extérieures de l'Arcadia à couper le souffle, des combats épiques et des costumes très bien taillés. 
Et c'est bien ce que l'on demande à un film n'est ce pas ? 
Du cote du scénario, il y a un peu à redire, les ficelles sont un peu grosses parfois.
En résumé : le scénario est assez court, l'action est mise en avant. Les combats entre vaisseaux spaciaux sont époustouflants.
De mémoire, Albator avait un côté romantique un peu sombre. Cet aspect a disparu du film. Mais peu importe, autre temps, autre mœurs, autre attente du public, qui a bien grandi.
Le résultat est somptueux. Nous avons pu voir le film en grande avant première, c'est une très grande chance. Pour cela, nous remercions (une fois de plus) les Utopiales, car réussir une projection presque 2 mois avant la sortie d'un tel film, ce n'est pas chose aisée.
De nombreuses avant premières sont prévues partout en France, n'hésitez pas un seul instant, Albator est un film à voir en salle, pour que les combats au milieu de l'espace aient un rendu optimal.
Nous avons vu le film en 2D, nous retournerons le voir lors de sa sortie officielle en 3D pour pouvoir comparer les 2 rendus.
Une petite remarque pour finir : cessez de vous faire abuser par une traduction française mensongère : Albator n'est pas un corsaire de l'espace, c'est bel et bien un pirate !



A peine sortis de la salle Dune, nous avons rejoint un large public qui attendait pour la scéance suivante : JODOROWSKY'S DUNE de Frank Pavich. La projection était d'autant plus attendue que nous devions y retrouver le réalisateur Frank Pavich, Alejandro Jodorowky et Chriss Foss. La venue de ce dernier ayant été annoncée au tout début du festival. Malheureusement, pour des raisons indépendantes de sa volonté, Alejandro Jodorowky n'a pu être présent à ce beau rendez-vous.
Pour visionner la présentation du documentaire aux Utopiales : lien ici
Quoiqu'il en soit, ce fut l'occasion de voir pour la première fois, ce documentaire dans sa version définitive.
Vous allez y découvrir comment le projet (dément) de réalisation de l'adaptation du roman de Frank Herbert par Alejandro Jodorowsky n'a pu aboutir.
Ce documentaire est surprenant. Toutes les personnes qui ont été interviewées vous parlent avec honneteté. Et au final, vous aurez eu l'impression de partager une tranche de vie d'un homme surpenant. A recommander à tous les amateurs de Jodorowsky, comme vous pouvez vous en douter, mais également aux amateurs de Frank Herbert, qui j'en suis certain, auraient été très surpris du résultat s'il avait pu un jour exister.
En tout cas, le jury et le public (salle comble à 800 places) n'ont pas hésité, en attribuant à ce documentaire le prix du long métrage 2013.
Reste tout de même une question en suspend, pourquoi faire concourir des films et des documentaires dans la même catégorie, mais cela est une autre histoire...



Nous avons ensuite enchainé les interviews :

Lodgraph : illustratrice et charmeuse de dragons (et dessinatrice de l'affiche du Pôle ludique)
pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-Lodgraph.mp3



La Breizh Steam Punk Society :
pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-breizh.steam.punk.society.mp3



Andoryss (lien vers nos chroniques de la série Le Cercle chez Delcourt : lien tome 1, lien tome 2, lien tome 3)

pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-Andoryss.mp3



Thierry Solderen et Alexandre Clerisse pour souvenir de l'Empire de l'atome (notre chronique lien ici)
pour écouter leur interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-Smolderen.Clerisse.mp3





Cérémonie de remise des prix.
Si les années précédentes la cérémonie de remise des prix étaient, comme souvent, très protocolaire et sans véritable intérêt. Les changements apportés cette année nous ont beaucoup plu.



En maître de cérémonie : Jérôme Vincent, qui a commencé par la traditionnelle présentation de l'équipe de Utopiales. Ce qui permet de rappeler à quel point le festival est l'oeuvre d'une volonté et d'une passion commune de nombreuses personnes.

Nous avons pu apprendre que Chris Foss doit faire l'affiche et une exposition en 2014. Information très intéressante pour les amateurs de SF. Pour ceux qui ne connaissent pas Chris Foss, nous vous invitons à aller faire un petit tour dans vos bibliothèques et de regarder le nom de l'illustrateur des couvertures ou de faire un rapide passage sur internet. Ce dessinateur de talent a marqué de son style toute une génération de lecteur,http://www.chrisfossart.com/

Ensuite nous avons eu droit à un petit intermède concocté par Daniel Tron. Daniel Tron a choisi de nous présenter quelques petits bijoux du 7ème art. Il a souhaité mettre en exergue quelques petites incohérences scientifiques ou erreurs de traduction : résultat nous avons tous hurlé de rire pendant 10 minutes.


Voila ce que nous avons pu voir :
Extrait du film de Roland Emmerich « 2012 »
Grosse aberration scientifique. Les neutrinos ont muté et provoquent de la chaleur !Non mais sans rire, que font les conseillers techniques pour laisser une telle chose dans un scenario ! Roland Lehoucq avait un large de sourire en revoyant cet extrait.
http://www.youtube.com/watch?v=uXqUcuE8fNo

Extrait du film de Michael Bay: Armageddon
Lois de la physique encore mises à mal, mais quoi de plus normal pour un film de Michale Bay !

Et ainsi de suite.

Un dernier clin d'oeil avec retour vers le futur. Vous n'aviez peut-être pas fait attention, mais lors de la présentation de la formule de Doc à Marty, les doubleurs français ont parlé de gigowatts !!! Il ne restait à Daniel Tron qu'à nous proposer une petite illustration de ce que pourrait être un gigowatt et une fois de plus, nous avons tous ri aux éclats.
http://www.youtube.com/watch?v=oHqncoevWJk

Pôle ludique: 
Meilleur scénario de jeu de rôle:  écrit à 4 mains pour cette année pour le jeu de Rôle Chtulhu. Stephan Roulc et Cyril Puig pour Longue est la nuit
pour en savoir un peu plus, voici l'interview de Samuel Tarapacki des éditions Sans Détour
pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw-utopiales2013-Samuel.Tarapacki.mp3



Jeux vidéo : la game-jam a eu lieu le week end dernier. Ce qui a permis une présentation pendant les utopiales. Tout le monde pouvait ainsi s'amuser avec les jeux conçus pendant la game-jam.
26 participants: 6 équipes. Le thème cet année était : le temps 
Vainqueur :Tar is paradox



BD: souvenir de l'Empire de l'atome de Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse aux éditions Dargaud. Ce qui nous fait très plaisir, d'autant que nous avions interviewé juste avant les deux auteurs et que très honnêtement, ils ne pensaient pas recevoir le prix. Une récompense bien méritée.
Pour en savoir plus sur l'ouvrage : voici notre chronique lien ici


Cinéma:
Court métrage : 
Prix du jury : "The Creator" de Al & Al et "Sleepworking" de Gavin Williams
Prix public : "Orbit Ever After" de Jamie Stone



Long métrage : 
Grand prix du jury : Jodorowsky's Dune de Frank Pavich pour l'abnégation démontrée dans le documentaire
Etaient membres du jury Jan Kounen, Clotilde Courau, Nöel Godin, Speedy Graphito, Winshluss.
Prix SyFy du public : Jodorowsky's Dune de Frank Pavich



Romans :
Jeunesse : Nox (T.1) d'Yves Grevet des éditions Syros



Adultes : Exodes de Jean Marc Ligny chez L'Atalante



Le dimanche est traditionnellement consacré au manga. Les cosplayers sont arrivés de bonne heure pour commencer leurs parades dans les allées des Utopiales.



Du beau monde également sur scène, comme les jours précédents, avec entre autre, la rencontre avec Michel Serres.



De notre côté nous avons kidnappé Jerôme Vincent pour qu'il nous parle de l'anthologie des Utopiales (lien ici) et des futurs projets pour Actu SF. Il y a du lourd !
pour écouter son interview :

Pour télécharger l'interview: itw.utopiales2013-ActuSF.mp3



Cette nouvelle édition des utopiales a tenu toutes ses promesses. Nous en avons pris plein les yeux et plein les oreilles. Nous avons pu rencontrer des auteurs passionnés et passionnants.
Pourvu que cela dure .

Pour voir toutes nos photos : lien photos ici