Salle : open air
Ville : Clisson



Pour le vendredi : lien Hellfest vendredi


Hellfest samedi:


Début de la journée avec Zuul Fx, ce qui commence à devenir une habitude au Hellfest.



Encore une fois le groupe se donne à fond. Il fait déjà très chaud. Zuul Fx est un excellent groupe, qui mérite toute votre attention. Bougez vous pour les soutenir dès qu'il passe près de chez vous. Cette énergie déployée par le groupe est toujours aussi agréable à voir sur scène.



Deep in Hate : Avec un jeu de scène on ne peut plus minimaliste, le groupe mise tout sur sa musique et tant mieux. Véritable uppercut en pleine face, vous allez en prendre plein les oreilles. Avec cette voix ultra puissante, c'est parfait pour vous décrasser les oreilles en ce samedi matin et vous mettre en forme pour le reste de la journée.

Doctor Livingstone :La mise en scène, simple mais très efficace met dans l'ambiance.



Fini de jouer, l'heure est importante. Avec ses 2 chanteurs dissimulés, vous devez vous concentrer sur la musique: agressive, visiteuse, malsaine. Tout ce que devrait être un groupe de black métal en somme. Le public n'est pas très nombreux, mais ceux qui sont venus au Temple ne sont pas là par hasard.
Une performance intense.

Pour écouter l'interview :
Pour télécharger l'interview: itw.doctor.livingstone_hellfest2015.mp3



Cock and Ball Torture: death allemand.




Je ne sais pas ce qui s'est passé avec les micros. Mais c'est une véritable bouillie qui sort des enceintes. Ce qui gâche le plaisir. Pourtant le public semble aimer...
Pour moi, direction une autre scène : The Valley.



Elder: leur mélange de stoner et de doom vous amène dans un univers musical doux et cotonneux avec un petit côté musclé. Un trio impeccable qui nous offert un très bon concert.

Der weg einer freiheit : Ce groupe allemand de black métal est une tuerie.



Avec un jeu sur scène quasi inexistant le groupe envoie un son massif d'une puissance rare. La batterie, ultra rapide vous scotche. Les guitares vous inondent de riffs. Et que dire de cette voix d'écorché… Un groupe qui va continuer de faire parler de lui pendant longtemps car ils sont très bons musiciens et imposent leur patte.



Même le diable était dans le public


Pour écouter l'interview :
Pour télécharger l'interview: itw.der.weg.einer.freiheit_hellfest2015.mp3



Ghost Brigade : Leur musique doom ultra lente a achevé tout le monde : la moitié du public est devant la scène à brailler. L'autre moitié est assise dans l'herbe sous une chaleur écrasante.
Le groupe nous distille sa musique avec raffinement. Tout en nuance Ghost Brigade fait planer tout le monde. Un bon concert.



Pour écouter l'interview :
Pour télécharger l'interview: itw.ghost.brigade_hellfest2015.mp3




Craft: Black jusque dans leur maquillage qui pourrait être fait à la suif, avec un chant venu d'outre tombe, les suédois assènent un black métal lent et malsain. Peu d'effets, et c'est tant mieux. Le côté brut de leur musique leur va si bien. Sans fioritures, leur musique est abrasive. Du très bon, pour les amateurs du genre.

Onslaught : Dire que le groupe existe depuis si longtemps. Et que ce n’est que leur 3ème concert en France !



Le groupe est ultra motivé de jouer au Hellfest et ainsi de se faire d’avantage connaître de notre pays avec un motivation supplémentaire pour l’un des membres du groupe. Je vous laisse découvrir pourquoi en écoutant leur interview.
Leur set est offensif. Avec une belle part faite à leur album « 6 », qui confirme que le retour d’Onslaught n’est pas du au hasard. Amateurs de trash, si vous ne connaissez pas ce groupe, sur scène, ça balance comme il faut. Sachez qu’il n’y a pas que Kreator et Slayer dans la vie. Onslaught est bel et bien là pour nous le rappeler, de la meilleure des manières.


Pour écouter l'interview :
Pour télécharger l'interview: itw.onslaught_hellfest2015.mp3


J'ai bien tenté d'aller voir Airbourne mais comme aucun son ne sortait des enceintes, j'ai continué ma route pour retrouver le groupe de black métal sulfureux Mutiilation.



Particulièrement sombre, malsain et angoissant ce groupe est à voir. Une intensité infernale émane de la scène.

Pour me remettre de mes émotions : Ahab, groupe de doom.



D'une lenteur parfaite, avec une voix caverneuse comme il se doit. Le groupe a plongé le public dans une sorte de léthargie relative. Car quand le chanteur commence à donner de la voix et du poing avec quelques "oye oye oye" tout le monde se met à lui répondre.
Amateur de son lourd c'est un groupe que je vous recommande.


Finntroll: Nombreux sont les festivaliers qui attendent ce moment. Tout comme moi.



Les trolls ont souvent fait forte impression. Leur dernier passage à Clisson a été quelque chose de mémorable. Avec cette scène Temple, plus grande et plus lumineuse que le chapiteau des années passées, l'impression d'être au fond d'une caverne n'est plus possible. Mais cela ne change rien pour Finntroll. Un grand espace qui peut contenir de nombreux furieux pourrait bien être une belle taverne. L'ambiance en tout cas est des plus festives. Le public est bel et bien la pour s'amuser. Et le groupe en profite. Avec une setlist que va chercher à toutes les époques le public s'en donne à cœur joie.
Un concert où le public est aussi connecté avec le groupe ça n'arrive pas si souvent. Je souhaite que vous ayez pu partager ce bel instant. Sinon, il faudra vous rattraper le plus vite possible car l'expérience est toujours mémorable.



Killing Joke: Devant une foule clairsemée les suisses sortent de leur retraite pour nous offrir leur son profond et dansant. Quel plaisir d'entendre de nouveaux ces morceaux en live. Certes il n'y a pas beaucoup d'action sur scène et la casquette de golf du bassiste est assez surprenante, mais peu importe, le son est bien là. Et c'est tout ce qui compte.

Le temps de remonter et je profite de la fin du concert d'Ensiferum.


Une belle énergie sur scène et dans le public une fois encore. Le pagan est une valeur sûre au Hellfest, ça déborde de tous les côtés. Mais en se faufilant on peut atteigne une zone où le son est bon. Et quel plaisir alors.

Retour au Temple avec Mayhem.



Que dire sur ce groupe dont la réputation n'est plus à faire ?
Ils ont proposé un concert où la violence musicale était omniprésente. Avec une rage rarement égalée le groupe enchaîne les titres dans un magma sonore assourdissant.
Toujours aussi intriguant Mayhem attire les curieux vous pouvez vous en douter. Mais ils restent rarement car le son du groupe reste très difficile d'accès. En tout cas les amateurs de métal extrême en ont eu une bonne dose ce soir.
La mise en scène est limitée aux tenues et maquillage. Comme d'habitude la batterie est un vrai mur qui empêche de voir le jeu de Hellhammer, qui frappe comme un sourd.

Après un magnifique feu d'artifice qui a illuminé mon repas, je suis allé voir Triggerfinger.



Ce trio joue du rock, mais avec une dose de classe en plus qui fait toute la différence.
La preuve une fois de plus qu'il ne sert à rien de rajouter des milliards d'effets à la musique. Lorsque la mélodie est là. Que le rythme est accrocheur, même simple, vous avez une chanson qui groove. Et c'est tout ce qui compte dans la musique. Il suffit de regarder le public : certains bougent la tête, d'autres les hanches, les épaules ou les pieds... Personne n'est statique devant cette scène. Une preuve incontestable de la qualité de la musique des Triggerfinger.
Avec ce solo de batterie, où les 2 musiciens s'amusent avec les projecteurs : du plus bel effet.
Et ce petit jeu vocal qui met de bonne humeur. Et comme le dit le chanteur à propos du public : vous cassez la baraque!



Et pendant ce temps là, certains s’amusent à faire tenir en équilibre des pichets de bière avec comme support, un festivalier endormi !


Venom : Les précurseurs du Black métal ont perdu de leur superbe.



Ça fait mal au cœur de dire ça mais Venom ne ressemble plus à grand chose désormais. Le public n'est pas si nombreux que cela pour les voir. Et il n’y a pas énormément d’action sur scène. Le guitariste essaie de son mieux de capter l'attention du public (et des photographes, merci pour cette attention), mais cela ne suffit pas pour remuer le trio.
Dommage.

Marilyn Manson: L'ancien « agitateur provocateur » n'est plus que l'ombre de lui même.



S'il faisait un minimum d'effort pour articuler ce serait déjà mieux. Et s'il ne prenait pas autant de temps entre chaque morceau, l'ambiance ne tomberait pas.
Cela dit quelle mauvaise idée de demander au public de lancer ses gobelets sur Twiggy pour fêter son anniversaire. Soit personne n'a compris, soit personne ne veut jeter un gobelet qui coûte 1 € et est un objet de collection, soit l'idée est débile. Résultat nous avons 2 malheureux gobelets et un pichet qui s'envolent mais n'atteindront jamais la scène. Manson attend. Rien de plus. Finalement le show repend son court avec Rock is on the Tv. Mais l'émotion et l'envie n'y sont plus.
Manson est à côté de la plaque. Décevant. Et ce n'est pas en faisant l'imbécile avec une tortue gonflable que cela va relever le niveau.
Un concert à oublier après toutes les merveilles émotions qui ont marqué la journée.

Xavier


Pour le vendredi : lien Hellfest vendredi

Pour le dimanche : lien Hellfest dimanche