Salle : Phoenix Events
Ville : Saint Pierre des Corps (37)



Pour commencer un mot sur la salle Phoenix Events, où je me trouve pour la 1ère fois : tout va bien. Au milieu d'une zone industrielle, comme ça les voisins ne se plaindront pas, la salle est vaste. Avec un son qui, une fois le public entré, est très puissant. Des lights qui donnent sur toute la scène pour permettre d'avoir des variations intéressantes, tout est neuf et propre.
Un bien bel endroit.
https://www.facebook.com/phoenixeventstours


HECATE :




Le groupe m'avait marqué la première fois que je les avais vus à Tours. Il a failli disparaître mais après un changement de line up, voici de nouveau Hecate sur scène.
Leur Black métal a un son et une ambiance toujours aussi étranges. Nous ne savons jamais vraiment sur quel pied danser (façon de parler). Entre l'attitude des plus froides du chanteur, avec des paint corpses, qui mettent mal à l'aise et le bassiste qui s'amuse, bouge, s'excite; c'est un peu comme si le chaud et le froid vous arrivaient en pleine figure à chaque instant. De ce conflit nait une atmosphère subtile où tous les amateurs de Black métal vont trouver leur compte.




Hecate est un pur groupe de Black, qui est là pour marquer votre âme au fer rouge. Sans avoir un son révolutionnaire, Hecate s'inscrit dans la droite ligne de ses pairs. Qu'ils en soient remerciés. Une belle entrée en matière pour cette soirée.


MOONREICH :



Je m'attendais à un concert atmosphérique, enfin façon de parler... J'en ai pris plein les oreilles avec un son assourdissant. Le volume et l'énergie développés par Moonreich sont impressionnants. Le chanteur n'en finit pas de brailler comme si c'était son dernier souffle. Et les musiciens derrière lui envoient comme j'ai rarement vu ça dans une salle de cette taille.
Le groupe est à fond, le résultat est un tsunami sonore. Vous n'aurez jamais le temps de vous reposer pendant le set de Moonreich.



Les 2 kakémono constituent un décor de scène sobre et délicat autour de la batterie. Le choix de M Fest Asso de projeter des images du groupe en fond est aussi une bonne idée, cela achève d'habiller la scène.
Le public est ravi, avec un petit pogo au milieu du show. Tout le monde s'excite : objectif atteint sans contestation possible pour Moonreich. Pour leur 2ème concert depuis la sortie de Pillars of Detest, une chose est certaine : il ne faut rien changer.
Bravo messieurs.
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Moonreich.2015.mp3


BLISS OF FLESH :



Avec le chanteur qui porte un t-shirt l'Antre du Chaos et qui dédicace un titre à Slayer :
Respect. Le devoir de mémoire est important. Les plus anciens dans la salle n’auront pas oublié cet homme qui était surnommé Slayer, cet activiste de la scène métal tourangelle qui nous a quitté bien trop tôt il y a quelques années.
Cela ne fait pas si longtemps que j'avais vu Bliss of Flesh (motocultor 2015 lien ici). Même si le public est moins nombreux cette fois (comme vous vous en doutez), le groupe se donne autant. Leur métal agressif à souhait fait mouche. Il n'y a pas à dire, Bliss of Flesh connaît son affaire quand il s'agit de vous défoncer les oreilles et la nuque à grands coups de riffs infernaux qui vous font headbanger.



Bliss of Flesh est une sorte de rouleau compresseur supersonique. Vous ne voyez pas arriver les riffs qui vous écrasent en quelques secondes. Et lorsque vous pensez vous en être sorti, vous en reprendrez un autre venu de nulle part.
Une violence assourdissante qui ne laisse rien sur son passage. Quel plaisir de se faire ainsi malmener, car leurs titres sont aussi de petits bijoux de techniques. Faites un minimum attention aux soli des guitares ou aux accélérations de la batterie et vous comprendrez ce dont je parle. Comme si vous étiez à fond et que vous accélériez encore sans vous soucier de ce qui arrive en face!


REGARDE LES HOMMES TOMBER :



Bienvenue dans un monde de chaos où l'homme va être bousculé comme jamais. La musique de « Regarde les hommes tomber » est un tout, compact, homogène qui vous fait comprendre que vous n'êtes pas grand chose.
Avec un fond de scène d'une sobriété épurée, le groupe utilise 2 techniques imparables pour assurer son ambiance : les lumières qui jouent avec les oppositions noir/blanc aveuglantes et la position du chanteur.
Pour les lights le fait de laisser le groupe dans une pénombre ou dans un contre jour ou de balancer jets de lumières stroboscopiques, a un effet hypnotique. Cela capte l'attention très vite et attire l'œil tout en l'agressant de façon régulière.
Le fait que le chanteur se retrouve souvent au sol, illustre à merveille le nom du groupe qui est aussi tout leur concept.
Leur musique est sans concession. Quelle puissance! La meilleure manière de finir la soirée.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Regarde.les.hommes.tomber.2015.mp3


Merci à tous les groupes et aux organisateurs.
Vivement le prochain concert dans cette salle très prometteuse !