Salle :  
Ville : Clisson


Nouvelle édition pour le Hellfest et tout va bien. Comme vous le savez l'organisation est bien rodée. Et malgré une sécurité renforcée, tout se passe tranquillement.


Dès le jeudi soir il y avait beaucoup de monde, surtout pour acheter son pass pour l'année prochaine. Les 5.000 billets ont rapidement trouvé acquéreurs. Pour avoir entendu un festivalier en parler, il lui a fallu patienter 3 heures, mais il est très heureux de son achat.
Vendredi 10h30 tout a commencé comme prévu.

Pour ma part, démarrage en douceur devant la MainStage 2 avec le trio The Shrine.


Ambiance très hard rock, pour ne pas dire simplement rock. Ça groove, avec un bon touché de guitare. A titre d'exemple les bénévoles au stand de Merch ont commencé à bouger leurs hanches dès les premières notes produites par The Shrine.
Une musique simple et efficace avec de bons soli de guitare, une basse rapide et une batterie qui sait produire de nombreuses variations avec peu d'éléments.
Avec un guest au chant sur le dernier titre, à la prestation scénique qui ne pouvait que faire penser à Iggy pop.
Tout va bien. Un bon début pour ce vendredi avec un soleil qui tape fort. Autant en profiter, il semblerait que cela ne dure pas toute la journée.

Et effectivement les gouttes apparaissent pendant Delain ; mais pas de quoi gâcher le plaisir d'écouter leur Métal symphonique.


Ils ont eu la bonne idée de commercer avec Sucker Punch qui figure sur leur dernier EP. Le public leur est tout de suite acquis de cette façon.
Si le show est classique, le fait que la chanteuse parle un peu français facilite la communication et encourage la foule à réagir.
Une belle énergie est échangée.
Tout se passe pour le mieux. C'est bien le moins que mérite Delain.


Pour écouter l'interview de Delain :

Pour télécharger l'interview: itw.Delain.Hellfest2016.mp3

Audrey Horne sur la MainStage 2.


Le groupe envoie bien comme il faut. Même si le chanteur nous dit qu’il est dommage qu'ils jouent de plus en plus tôt et qu’il faut remédier à cela, l'énergie est bien là. Et le public aussi malgré la pluie qui ne s’arrête pas vraiment. Mais peu importe le son de Audrey Horne réchauffe les festivaliers. Les soli de guitare sont un régal pour les yeux et les oreilles.
Le temps de poser pour les photographes sur les 3 premiers titres et le groupe continue de s'amuser sur la MainStage. Et lorsque le chanteur descend dans le public sur le titre « I got a night » ça répond au quart de tour.
C'est une première pour moi. Ce fut un réel plaisir.


Pour écouter l'interview de Audrey Horne:

Pour télécharger l'interview: itw.AudreyHorne.Hellfest2016.mp3

Harms Way de Chicago


Sur la warzone le groupe de hardcore est d'une violence sèche.
La carrure du chanteur est impressionnante. Leur musique est à son image : très musclée.
S’il n'y a pas beaucoup d’originalité, il y a de l'énergie à revendre. Avec des riffs très courts et sans solo, le groupe balance ses accords avec quelques breaks mais sans beatdown très poussés. Les amateurs de moshpit auraient tous dû se donner rendez vous ici.
Le fait d'avoir quelques backing vocals d'un des deux guitaristes permet d'amener sur certains titres de légères variations bien senties.
Sans être tombé sous le charme, je garderai un bon souvenir de leur prestation tonitruante.


Nashville Pussy main stage 2.


Le groupe n’a plus vraiment besoin d’être présenté. Leur bon gros rock qui tache résonne avec leurs influences sudistes. Pour le côté glamour et raffiné, il faut passer voir un autre quatuor. Ici, c’est plus huile de vidange et cambouis. Bonne ambiance assurée.


Le bal des enragés sur la main stage 2.

C'est toujours un bel événement de voir le bal des enragés. Devant la Main Stage, il y a un monde fou. C'est impressionnant et dire qu’il n'est que 14h30. Impossible de s’approcher pour avoir une photo convenable !
Très chaude ambiance pour voir cette bande d'excités nous offrir des reprises toutes plus furieuses les unes que les autres. Tout est prétexte à gueuler. Dans la meilleure ambiance possible.
Une belle communion musicale ultra fédératrice.


Mass Hysteria main stage 2



Toujours le même plaisir de voir ces révoltés sur scène. Avec le discours qui est là pour ouvrir les yeux et les esprits. Mass Hysteria est en grande forme. Leur dernier album nous l'annonçait il y a quelques mois. Nous en avons confirmation en live cette après-midi.
Quelle belle démonstration de musique et de messages sociaux. Avec ce qu'il faut de retenue pour rester crédible et réaliste. Même si certains trouvent que cela va un peu trop loin. Il est vrai que le couplet sur les groupes de métal américains était un peu surprenant. Il est bien d’être fier de ce que l’on fait, mais il n’est pas utile de dénigrer le travail des autres pour autant.
Mass Hysteria est toujours un bon moment à partager.


Il est temps de nous tourner vers le côté obscur du métal avec Kampfar.
Les scènes Temple et Altar ont été habillées de grands draps noirs. Ce qui donne un très bel effet visuel.
Avec les torches enflammées prévues par Kampfar, c'était parfait pour les pupilles.


La violence de la musique de Kampfar est palpable. Les musiciens sont pour ainsi dire habités. Leurs visages sont très expressifs et le message est clair. Nous ne sommes pas là pour rigoler. Le black métal est une affaire sérieuse.


Ambiance sombre au possible pour tout leur show. C'est tout ce que nous aimons.


Vader : le groupe de trash-death est connu pour la violence et la vitesse de ses compositions. Nous avons été servis en la matière. Sans temps morts, les morceaux se sont enchaînés. Le public en prend plein les oreilles au point d'être presque assommé par la déferlante musicale.


Un rythme assourdissant. Il est presque difficile de reprendre son souffle !
Une prestation rondement menée pour les maîtres en la matière.
Il suffit que le groupe s'arrête quelques instants pour présenter le prochain morceau et le public peut enfin donner de la voix.
En un mot : puissant.



Killswitch Engage sur la Warzone
Comme le disent certains pour plaisanter : "enfin un groupe de hardcore avec un vrai chanteur qui ne fait pas que beugler".



Le groupe est là pour s'amuser. Déjà avec une intro musicale un peu disco, ensuite en annonçant au public qu'il y a 4 règles : 1/boire beaucoup de bière, 2/écouter du métal, 3/manger des pizza, 4/baiser nos copines! Si les 3 premières propositions ont reçu un bon accueil, je vous laisse imaginer les sifflets du public pour la dernière.
Mais peu importe finalement, l'important c'est de se faire plaisir et de s'amuser ensemble. C'est bien ce qui s'est passé ce soir.
Les amateurs de slam ont pu s'en donner à cœur joie, avec une foule aussi compacte, il est si facile de se faire porter.



Inquisition: si vous n'êtes pas dépressif et amateur de Black Métal, le monde musical d'Inquisition est impénétrable pour vous.


Deux musiciens : un son assourdissant et hypnotique. Des effets de lumières qui pourraient bien favoriser quelques crises d’épilepsie. Voila ce que nous a proposé le duo. Avec grand talent il faut bien le dire. Réussir à capter l'attention d'un public aussi nombreux n'est pas à la portée du premier venu. Inquisition est un groupe sans concession. Leur prestation a été à la hauteur de nos attentes.

Korpiklaani : Le groupe de pagan folk est là pour nous offrir un petit florilège de leurs meilleurs titres et parfaire notre accent finlandais.



Korpiklaani a depuis de nombreuses années la réputation d'être particulièrement festif. Il faut bien avouer que sur les derniers concerts auxquels nous avons assisté, il y avait plus d'animation dans le public que sur scène. Cette année, le public est bien sage. À part quelques fans qui sont devant à lever les bras, ça ne réagit pas tant que cela. Les festivaliers se seraient ils retrouvés là à défaut d'aimer les autres propositions de concerts ?
Lorsque le chanteur demande la participation du public, cela dure 5 « hé, hé » les bras levés puis plus rien... Dommage.
Pour ma part, je ne suis pas plus emballé que ça.
Et pourtant, en partant j'ai pu constater que le public débordait du fond de l'espace abrité de The Temple. Ce qui prouve qu'il y a bien un public fidèle pour Korpiklaani. Peut être a-t-il vieilli avec le groupe et s’est assagi.
Par contre pour ce qui est de la qualité de la prestation scénique rien à redire comme vous pouvez vous en douter. Le groupe tourne depuis si longtemps que le contraire serait surprenant.


La pluie s'est arrêtée. Je suis allé voir la fin du concert de Volbeat. Comme espéré, ce fut un pur moment de plaisir. D'une part en raison du bon son du groupe, d'autre part le chanteur est plein d'humour lors de ses intermèdes avec le public.


Avec un son bien rond et bien chaud comme celui qu'ils arrivent à sortir de leurs guitares, ça emmène en un instant.
C'est devant une esplanade complètement remplie que le groupe s'est produit.
Quelle reconnaissance! Cela fait chaud au cœur comme l'a constaté le chanteur lorsqu'il a retiré quelques instants ses protections auditives pour entendre la foule.
Lorsque le groupe demande à ce que les filles montent sur les épaules de leur voisin le temps d'une chanson, une trentaine de demoiselles apparaissent rapidement. Le but est vraiment que tout le monde passe un bon moment. C'est tout à fait réussi.

Dropkick Murphys : Les irlandais étaient très attendus.
Devant un public déjà acquis, ils ont fait danser tout le monde de ceux au pied de la scène jusqu’aux arbres.


Leur musique sur vitaminée fait mouche à chaque fois.
Grosse ambiance. Avec en prime 2 titres du prochain album.


Rammstein : les photos étaient interdites sauf pour quelques photographes professionnels triés sur le volet, désolé.

Après l’affichage sur les écrans d’un décompte de 60 secondes, les réjouissances ont débuté.
Le premier titre est celui qui a été mis en ligne par le groupe il y a quelques semaines.

Puis nous avons eu droit à une belle sélection de leurs morceaux phares. De quoi bien mettre en appétit pour la sortie de leur prochain album.
La première partie du concert n'a utilisé que les lumières et de la fumée au point que je me suis demandé si Rammstein tentait le pari de limiter les effets pyrotechniques à l'avenir. Puis les premières flammes sont venues nous réchauffer. Et là le public a commencé à bien se déchaîner.
Et ce fut grandiose comme d'habitude pour Rammstein qui fait toujours les choses en grand. Le public était là pour eux. Aucun doute là dessus.

J’étais pour ma part juste au niveau du premier relais de son. Autant vous dire quand lorsque le relais de flamme s'est allumé nous avons tous été bien surpris. Ce qui nous a excités encore un peu plus. Ça a commencé à sauter, à légèrement bousculer. Tout était là pour que ce concert se passe dans les meilleures conditions. Même la pluie nous a oubliés.

Ce fut un bon concert de Rammstein.

Vivement que l'album sorte et qu'ils reviennent en tournée en France !


Kvelertak sur la Warzone.


Le groupe avait déjà commencé son set lorsque je suis arrivé. J’y suis allé sur recommandation. Ce fut une très bonne idée. Le groupe a un son qui emmène, bien lourd et avec beaucoup de mélodies et de sens du rythme.
Le résultat est très agréable à entendre.
Mais je ne suis pas resté car l'info est tombée : Tremonti allait jouer à The Valley en rattrapage de leur annulation pour des problèmes de logistique
J'y suis allé plein d'entrain.


Tremonti : le groupe a été reprogrammé au dernier moment.

Il n'y a pas tant de monde que ça, mais tout de même l'information a bien circulé. Et puis il faut dire qu'il est 1h35 du matin lorsque Tremonti commence à jouer. Ce qui veut dire beaucoup de fatigue pour tout le monde.


Le groupe est là pour rattraper le coup et se donne comme si tout avait été prévu ainsi.

Un son bien massif. Une prestation sobre, car la scène ne laisse pas beaucoup d'espace. Mais tout de même. Ça bouge sur scène comme il faut.

Ce fut un plaisir de voir le groupe même si tard.

Lien journée de samedi : lien ici