Salle : Cinémas Studio
Ville : Tours (37)

Ouverture du Festival A Tours de Bulles 2016, carte blanche à Benjamin Renner, aux cinémas Le Studio, 09/09/2016

Comme chaque année, le Studio accueille la cérémonie d’ouverture de A Tours de Bulles.



Dès le hall d’entrée, on est dans le ton avec une mini expo de storyboards, sketches et esquisses des œuvres filmées de Benjamin Renner.



Rappelons-le, le thème de cette année 2016 pour A Tours de Bulles est « Drôles de bêtes ». Afin de le respecter, l’auteur du Grand Méchant Renard, Tour d’Ivoire de cette année, a choisi de présenter Les enfants Loups Ame et Yuki de HOSODA Mamoru. Non pas parce qu’il ait été subjugué par le graphisme mais parce que l’histoire de cette maman qui cherche par tous les moyens à bien élever ses enfants polymorphes loups/humains l’a beaucoup touché. Benjamin Renner espère que le public sera conquis également ce soir.



La soirée a débuté avec la « casquette animateur » de Benjamin Renner (co réalisateur rappelons-le du long métrage Ernest et Célestine). Dans ce cadre, nous pouvions découvrir trois courts-métrages animaliers puis un petit teaser jubilatoire pour présenter la version animée de 26 minutes du Grand Méchant Renard prévue sur grand écran avec deux autres courts issus de l’univers Rennerien pour juin 2017 (mais du retard peut être à prévoir).




Les courts-métrages :

Le plus gros président du monde
Un très grand et très gros président vit sur une planète (qui semble très petite en comparaison) avec un volcan et différents facteurs de pollution comme un paquebot et une fusée. Malgré des essais de nettoyage, ses tentatives restent infructueuses et il décide de s’exiler sur la Lune.
Sans parole et déjà humoristique, cette courte fable écologique a des allures lointaines de Petit Prince.

Le corbeau qui voulait imiter l’aigle (La poudrière, 2006)



Dans un monde fait de papier numérique découpé, tout en opposition de noirs et de blancs, un corbeau s’imagine aigle. Mais c’est quand même gros un mouton…

La Queue de la souris (2007)



Un jour un lion affamé capture une souris. Celle-ci tente alors de négocier. En échange de sa vie sauve, elle lui fournira de la nourriture. Hélas, le lion n’est pas satisfait de ce qui lui est proposé.
Le rouge vient s’ajouter au noir et au blanc pour ce court métrage de nouveau réalisé en papier numérique découpé. Un très esthétique travail a été fourni sur l’utilisation des zones d’ombre.

Les Enfants Loups :
Yuki nous conte l’histoire de sa mère. Hana, étudiante studieuse et réservée doit enchaîner les petits boulots pour mener à bien son cursus universitaire. Intriguée par un jeune homme dépourvu de manuel qui se tient à l’écart sur les bancs de son cours, elle lie peu à peu contact avec lui. Les deux jeunes gens se séduisent l’un l’autre. Hana apprend alors que son amoureux est un homme loup. Cela n’empêche pas le couple de fonder une famille. Yuki nait, suivie un an après par son frère Ame. Hélas un accident pousse Hana à élever seule ses enfants, deux adorables bambins… qui se transforment à tout bout de champ en louveteaux poilus ! Pas facile de cacher cette double identité au monde extérieur.

Les Enfants Loups est un long métrage émouvant mettant en scène deux très belles visions de l’amour : l’attachement maternel et l’amour entre un homme et une femme qui décident de fonder une famille. C’est aussi un plaidoyer pour la différence et l’entraide entre pairs. On y célèbre la Nature, ses bienfaits sur les humains et l’harmonie que ceux-ci doivent établir avec leur environnement.

Après La traversée des Temps et Summer Wars, Mamoru Hosoda s’impose comme le réalisateur d’un cinéma d’animation à la fois sensible et frais. Les touches fantastiques présentes dans ces œuvres permettent de souligner encore mieux le propos.
Les Enfants Loups plaira autant aux plus jeunes qu’aux adultes en quête de poésie graphique grâce à un scénario tantôt rigolo, tantôt nostalgique.
Certains passages sont toutefois un peu longs et auraient pu être raccourcis.

L’animation est impeccable notamment sur les transformations humains/loups et sur les expressions faciales des différents canidés. Les yeux en particuliers sont très bien traités.



A l’issue de la projection, un pot avec Benjamin Renner, les membres du festival, du Studio est offert aux spectateurs. Toujours un moment convivial pour reparler de la soirée. Surtout avec la douceur de ce mois de septembre 2016. C’est aussi le moment idéal pour découvrir toute la programmation du festival (expositions, conférences, lectures signées, dédicaces, ateliers initiation BD, chasse au trésor…) qui a lieu tout le week end place de Châteauneuf, Salle Ockeghem, Galerie Oz’art, Arcades Institute, et à la Bibliothèque Municipale de Tours.

En ce qui concerne le Studio, la séance jeune public A Tours de Bulles, avec présentation des œuvres des participants à « Bulles en herbe » aura lieu dimanche 11/09 à 14h15 en présence de Benjamin Renner et de Thomas Priou avec projection de Brendan et le secret de Kells.

http://www.studiocine.com

http://www.atoursdebulles.fr