Salle : Espace Gentiana
Ville : Tours (37)

Riip Fest #3 – vendredi 7 juillet 2017




Running order :
Blend
Hard mind
Pyrecult
Pulmonary Fibrosis
Fall brawl
Leng T'che



C'est presque devenu une tradition pour le Riipfest : nous sommes en période de canicule !
Il est 18h et il fait très très chaud à l'espace Gentiana.


Même le groupe Blend qui nous offre un Stoner relativement posé est en eaux. Comme probablement tout le public qui écoute. Comme le dit Le chanteur : « j'espère que vous appréciez cette sueur qui coule de votre nuque jusqu'à votre entrejambe, même si c'est bien dégueulasse ».



La musique de Blend est bien connue des tourangeaux maintenant. C'est toujours agréable d'entendre leur Stoner planant et lourd, avec ces petites envolées de voix ou un soli de guitare de temps en temps.
C'est une sacrée épreuve pour eux avec cette moiteur de la salle. Mais ils ne s'en laissent pas compter, en vaillants musiciens qu’ils sont. Ce fut intense pour Blend. Leur style est lourd et atmosphérique en alternance. C'est ce jeu très modulé qui est si bon à entendre.
Belle entrée en matière pour un festival hardcore.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Blend-RiipFest-07.2017.mp3




Hardmind : un hardcore bien sec et violent. Grosse base rythmique avec ce chant braillé où le son sort par à-coups puissants, comme le veulent les canons du style.



Un set bien carré dans un sens où ça envoie fort sur scène. Et même au-delà, car le chanteur descend régulièrement dans le pit, qui est bien animé. Attention aux règles et aux autres. Et tout se passe bien avec les bras et les jambes qui volent.
Ça chauffe encore et encore, ce qui laisse augurer de belles choses pour la suite de la soirée.
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Hardmind-RiipFest-07-2017.mp3




Gros Gros son pour Pyrecult. Un son proche du black metal, avec un chant très agressif, des blasts à la batterie, mais la guitare et la basse sont bien hardcores.



C'est surpuissant, sans concession. Un vrai exutoire. Aucune limite, il n'y a que le meilleur qui transpire de la musique extrême de Pyrecult.
Avec en prime le premier concert pour la sortie de leur EP. Une belle occasion qu'il ne fallait pas manquer.
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Pyrecult-RiipFest-07-2017.mp3




Pulmonary Fibrosis: le grind que c'est bon ; c'est lourd ; c'est gras. C'est sale aussi, surtout si vous regardez les vidéos qui sont projetées sur les murs… dissection en veux tu en voilà.
Le groupe n'est plus à présenter, mais pour autant il faut continuer de les soutenir pour que cette explosivité sonore perdure.



C'est extrême, presque sélectif mais que c'est plaisant cette violence et cette provocation incessante.
Vous avez déjà vu un circle pit où les gars ont des pistolets à eau ? Et où des pandas vous offrent des goodies ? C'est ce qui se passe au Riip fest pendant le set Pulmonary Fibrosis!
Même le fait de perdre un des micros n'arrête pas le groupe! Et Le public en redemande. Intense et énorme. Le chaos total !

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.PulmonaryFibrosis-RiipFest-07-2017.mp3



Rangez les enfants et les vieillards : Fallbrawl est sur scène. Le pit est surexcité. Au point que le chanteur doive rappeler qu'il faut faire attention à ses amis, à sa figure et à son corps. Certains sont un peu novices en la matière et confondent chorégraphie hardcore et gestes dangereux.



Sur scène c'est du sérieux. Un son ultra lourd, bien sec et puissant : power chords; harmoniques ; beats down ; tout y est, c'est impressionnant à voir (et pas uniquement parce que les gars sont des montagnes de muscles) et à entendre.
Un son massif, rapide, perforant.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Fallbrawl-RiipFest-07-2017.mp3




Leng T'che nous a fait un énorme cadeau : jouer leur album qui sortira le 25 août.
C'est une sacrée avant première pour le Riip fest. Je peux vous garantir que tout le monde a apprécié cette belle surprise. Un son d'une efficacité indéniable. C'est rapide, puissant, technique…



D'une violence rare, avec des fulgurances, des beatdowns bien sentis et très appuyés.
Et les variations sur le chant. C'est quelque chose que j'aime beaucoup. Leng T'che est un maître en la matière. Ici, pas d'effet de pitch etc. Ça le fait et pas qu'un peu. Avec des petits intérimaires assez drôles et d'une certaine façon, proches de l'absurde.
Avec pour dernier titre, celui qui sortira en clip prochainement (désolé nous n’avons pas compris son nom).


Quoi qu'il en soit, et malgré une chaleur suffocante, cette première journée du Riipfest 2017 a été de haute volée.
Le plateau avait un super niveau et nous savons que demain il en sera de même.
Quel pied !

Lien vers le samedi : lien ici