Salle : Espace Gentiana
Ville : Tours (37)


Lien vendredi : lien ici


Riip Fest #3 – samedi 8 juillet 2017

Running Order :
Sensorial Damage
Ashes to fire
Bjcl
Mind awake
Sisterhood issue
Realdeal
Risk it!
Ghoul
Born From Pain




Il est 15 heures quand Sensorial Damage monte sur scène.
Il n'y a pas grand monde encore mais le public arrive au fur et à mesure.



Le groupe ne s'en laisse pas compter pour autant. Il ne fait pas si chaud dans la salle comparé à hier soir mais quand même.
Un bon gros son, bien classique avec des breaks appuyés. Et une batterie qui claque fort.
Chose intéressante : ça moshe sur scène et dans le public. Les musiciens bougent sur le petit espace qui leur est consacré, mais en ajoutant 3 pieds de micro ça complique les choses.
Bonne entrée en matière.
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.SensorialDamage-RiipFest-07-2017.mp3




Ce fut ensuite le tour de Ashes to Fire de tenter de faire monter encore un peu la température, mais pour être tout à fait honnête, le public a eu la mauvaise idée de les bouder. Je ne comprends pas pourquoi, le metalcore qu'ils proposent est très moderne. Certains titres auraient presque une connotation djent, mais les riffs et le chant frappent bien dans la veine hardcore.



La seule faiblesse du groupe reste le chant clair, qui manque de stabilité et de puissance, mais dès qu’il devient plus forcé, l'énergie est bien là. Et il en faut pour bouger comme ça.
Le public, lui, écoute, presque amorphe. Malgré les passages du chanteur dans la fosse pour faire bouger les quelques spectateurs. Même leur offrir du jaggermeister ne suffit pas à les rapprocher plus que ça.



Le groupe a envoyé un set bien sec, avec un mélange de technique et de violence. Basse 6 cordes, guitares 8 cordes : ça tricote sur les manches.



Avec pour finir le titre hommage à Sylvian (le bar Les Runes à Bordeaux). À partir de septembre changement de nom et une nouvelle orientation.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.AshesToFire-RiipFest-07.2017.mp3




BJCL (big joe crazy leg) : ambiance weird-punk débonnaire pour ce groupe tourangeau que je découvre.



C’est-à-dire des riffs punks, un chant volontairement tout juste maîtrisé, limite parlé. Et ça enchaîne tout au long du set. Peu d'action sur scène, mais ça sonne post punk rien à redire. Avec ces passages accélérés qui rendent le style reconnaissable en quelques secondes. Une sorte de grosse blague avec des musiciens sérieux. C'est un concept qui ne doit pas en laisser indifférent certains.
D’ailleurs quand le fil du micro se prend dans la guitare, la musique continue, tout le monde souris, mais pas de fausse note. Une belle maitrise.




Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.BJCL-RiipFest-07-2017.mp3




Le Riip Fest c'est aussi le plaisir de découvrir des groupes que nous ne serions jamais allés voir en concert de notre propre initiative et une fois leur show terminé, se dire que nous irons les revoir avec joie.





Mind Awake: Les parisiens ne vont pas venus pour se tourner les pouces. Du hardcore Bien sec qui secoue les corps et les esprits. Messages bien envoyés entre les morceaux par le chanteur sur le respect, l’altruisme, la capacité de votre en harmonie entre les hommes mais aussi avec les animaux…



Un groupe avec de belles convictions qui devraient être partagées avec tout le monde. Ça envoie très fort. Et les festivaliers n'attendaient que ça pour se défouler.

Au passage, merci aux gars de la sécu de nous avoir permis de faire nos photos en toute sécurité sur les premiers titres car ça bougeait fort devant la scène.
Quelle énergie ! Quelle motivation ! Merci au groupe d'être venu nous voir.
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.MindAwake-RiipFest-07-2017.mp3




Sisterhood Issue. Le quatuor de Tours envoie un hardcore brut de décoffrage.
Pas de demie mesure. Même si le bassiste n'a pas l'air de beaucoup s'exciter, ça sonne bien rapide, et c'est surtout grâce à la batterie. Celui qui frappe les peaux a dû souffrir en ce début de soirée.



Question ambiance : pas de prise de tête, même si certains sujets sont graves. En somme, simplicité apparente et efficacité sont les maîtres mots de la musique de Sisterhood Issue. Un groupe de hardcore qui a mis tout le monde d'accord.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.SisterhoodIssue-RiipFest-07.2017.mp3




Real Deal : le groupe a été programmé au dernier moment, c'est un plaisir de pouvoir les revoir aussi vite et d'entendre leurs morceaux en live, que ce soit les récents ou des plus anciens.



Une énergie débordante, comme toujours pour le groupe. Avec un public qui s'est fait timide au départ, mais qui s'est vite rapproché pour aller mosher. C'est bon un son aussi solide, puissant et sec à souhait, mais vous savez certainement déjà tout ça. Le chanteur est survolté, comme à son habitude. Comme s'il ne souffrait pas de la chaleur ou qu'elle décuplait son énergie. Cela oblige le public à suivre son rythme. Un concert intense à tous les niveaux.
Encore de bons souvenirs ont été enregistrés grâce à Real Deal.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.RealDeal-RiipFest-07.2017.mp3




La partie internationale de ce samedi arrive sur scène dans une salle surchauffée avec Risk it!
Le public est lui aussi monté en température. Ça moshe dans tous les sens! Certains se sont même essayés à un slam depuis la scène. Mini circle pit ; attention car ça glisse avec la condensation et la sueur au sol !



Sur scène c'est du sérieusement lourd. C'est pas révolutionnaire, certes, mais quelle puissance. Un son qui explose tout. Faut dire qu'avec 2 guitares ça sonne toujours plus fort. Et quel bordel dans le pit! Ca donne envie au groupe de faire son maximum et la réciproque est vraie. Le groupe était attendu par beaucoup, notamment par certains autres groupes. Il y avait de quoi. Et toujours ce respect envers les autres formations musicales qui ont foulé la scène plus tôt. Un petit mot pour l'engagement de Mind Awake par exemple. Et pour la qualité de la prestation de Real Deal. Car c'est ça le hardcore aussi, un mode de vie, des convictions… mais rien de dogmatique ou d'imposé.
La musique de Risk it! est à la hauteur de leur physique : il y a du travail derrière pour un résultat qui vaut le détour.
Du très bon encore dans la programmation du Riip Fest.
Pas d’interview pour le groupe, car après avoir repoussé 2 fois l’échéance, il m’a posé un lapin. Comme je ne m’appelle pas Alice, je ne suis pas parti à sa recherche.



Ghoul : Tout le public du Riip Fest attendait le groupe pour sa musique et son show. C'est aussi notre cas. Et nous avons été rassasiés grâce à tout ce que le groupe a partagé avec nous. Un bon gros festin gore.



Leur musique est très directe, un Trash-Death bien énervé avec quelques relents de hardcore. Ça bouge, ça s'énerve, ça s'égorge… dans la joie et la bonne humeur.
Les photographes ont déserté le premier rang sous peine de finir couverts d'hémoglobine, le public a repris la place qui lui revient de droit : le pit, qui est bien gluant et glissant, mais cela n'arrête pas les festivaliers, bien au contraire, pogo, slam… s’enchaînent.



La musique de Ghoul est violente mais surtout avec des riffs bien accrocheurs. Ça balance sans compter des vagues de métal avec des soli de guitares qui sont de vraies tornades. Quel jeu, au milieu de cette chaleur, avec les costumes. C'est incroyable…



Un show d'une qualité parfaite, le Grand Guignol et le métal à leurs paroxysme comme prévu. Vraiment génial.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Ghoul-RiipFest-07.2017.mp3




L'heure du dernier concert est arrivée. C'est le moment de tout donner sur Born From Pain. Les festivaliers l'ont bien compris, le pit est déchaîné. Avec le chanteur qui en rajoute en mettant un espace sur scène pour les plus courageux qui voudraient slammer.
Mais nous n’avons que des moshers dans la salle. Ce qui est déjà bien impressionnant. Comme nous le confiait le chanteur en interview, c'est important d'avoir un échange d’énergie, je pense qu'il a eu une bonne dose ce soir. La musique est redoutable : un bloc solide.



Quelle lourdeur ! C'est si massif. Et si rapide comme si vous preniez un bulldozer à la vitesse d'une roquette. Avec ces beatdowns si appuyés comme sur le titre The New Hate. La set-list tape dans toute la discographie du groupe. Pas de jaloux ce soir. Et tant mieux car il y a vraiment tous les âges dans le public. Cela fait plaisir à voir, Le hardcore se perpétue de génération en génération. Avec des groupes de la qualité de Born From Pain, c'est tout à fait logique.



Une grosse session pour le groupe et pour nous. Personne n'est fatigué, l'excitation est à son comble tout au long de leur concert.
C'est carré, surpuissant. Du très haut niveau.

Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.BornFromPain-RiipFest-07.2017.mp3



Merci encore à Riipfest pour l'organisation.
C'était épique une fois encore.
Rendez vous est pris pour l'année prochaine !