Salle : Hellfest Open Air
Ville : Clisson

Hellfest samedi
Lien Hellfest vendredi : lien ici




Et c’est parti pour une nouvelle journée très chaude. Après une petite demie-heure de marche depuis le parking pour se réveiller, j’ai choisi de débuter ce samedi avec du Stoner, celui de Los dissidentes del sucio motel.



Le groupe a un son qui navigue entre différents univers. C'est du Stoner certes, mais avec des passages très atmosphériques et une rythmique très lourde.
Une sorte de Stoner progressif et plombé. Ça sonne très bien, c'est entraînant dans le sens hypnotique du terme.
Les deux chants donnent une couleur chaleureuse à leur musique même si les thèmes du dernier album ne sont pas très joyeux.
Les nappes de sons sont utilisées pour faire du lien en arrière plan de leur musique. Ce qui fait que vous ne vous en apercevez presque pas. Ici, pas de tout électro pour donner un semblant de groove. C'est l'authenticité qui prime.
Cela fait longtemps que je ne les avais pas croisés, cette erreur est réparée.
Un groupe à revoir le plus tôt possible.


Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.LosDissidentesDelSucioMotel-06-2017.mp3


Puis je me suis plongé dans la noirceur de Monolithe. Leur black métal est d'une lourdeur! C'est pas comme si j’étais pas prévenu ; mais en live, leur musique prend une telle ampleur.

Avec un problème de taille comme le dit le chanteur : les titres de monolithes sont très longs et ils n'ont que 30 minutes de set. Mais peu importe. Même si c'était trop court, ce fut très bon.
L'attitude des musiciens, leur tenues identiques donnent une ambiance spéciale : entre respect et inquiétude. Va-t-il se passer quelque chose ? Cette tension aura duré tout leur show.
Avec un son profond et puissant, emmené par la très belle voix du chanteur.
Une première pour moi. Quel plaisir.

Il fait déjà si chaud que je suis resté sous les tentes pour Monarque et leur black métal québécois ! Avec un chant en français du coup.
Sur scène de one man band se transforme en quintet pour proposer un black métal des plus sombres.



Le chanteur semble comme possédé. Avec des gestes saccadés où il se frappe le torse ou mime qu'il se tranche le buste.
Un son monolithique qui souffle tout sur son passage. Le public apprécie bien sûr. Vue la qualité des compositions!
Sombre et sombre et encore plus sombre.



Un petit rafraîchissement : Ultra Vomit ou l’art de faire du grand n'importe quoi de façon très bien organisée.
Le groupe ne s'en laisse pas compter. Gros, Gros show.

Avec un set qui complètement fou. Ça part dans tous les sens. Ça n'a ni queue ni tête et c'est ça qui est bon.
Tout le monde s'amuse, rigole. Avec une qualité des musiciens indéniable.
Chapeau messieurs

Phil Campbell Nous connaissions leur EP. Du bon rock bien classique. Le show est dans cette même veine comme vous vous en doutez.


Un grand professionnalisme de la part du groupe qui est là au service de Phil Campbell. Personne ne boude son plaisir d'être sur scène.
Avec un petit cadeau : la reprise de Ace of Spades.



Ugly Kid Joe C’est notre côté nostalgie du Hellfest. Ré-entendre les titres phares du groupes, avec un set list bien orientée sur les premiers albums, c’est un vrai plaisir pour moi.

Rien de nouveau pour le groupe, mais peu importe, la musique est toujours là, intacte et c’est bien la seule chose qui compte.


Sans avoir assisté à la conférence de presse de Steel Panther, blindée de journalistes, j'étais pourtant juste à côté en train de travailler sur autre chose… Je peux vous garantir que c’était déjà le bazar. Ça rigole, ça chante, ça hurle et les journalistes en redemandent. Le groupe a l'air d'être bien chaud pour le concert de tout à l'heure.




J’ai profité du Hellfest pour réaliser une interview du groupe Worselder
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Worselder-06-2017.mp3

https://fr-fr.facebook.com/worselder/


Puis ce fut l'heure d’aller sur devant la Main Stage pour assister à la performance de Steel Panther.
Nous avons très vite eu la confirmation que Le groupe était bien excité. Ils ont pris un très long moment au début du concert pour nous expliquer à quel point ils aiment la France et le Hellfest. Tout en s'envoyant des vannes pour dire que ce même discours était servi tous les soirs... C'est cet humour qui fait aussi le charme du groupe.
Musicalement le groupe est au top, avec leur glam indémodable.

Leurs titres acoustiques font aussi mouche que ceux qui sont électrifiés. Avec des paroles on ne peut plus explicites cela fait rire tout le monde, comme à chaque fois.
Nous avons eu, comme le veut la tradition notre lots de festivalières topless aussi bien dans le public que sur scène. Celles-ci étaient bien énervées cette année. Chaleur ou notoriété du groupe ?
En tout cas Le show a été bien au-delà de toutes les espérances de certains.
Même le chanteur a eu des expressions de surprise en voyant l'attitude des filles.
Ce concert restera peut être dans les mémoires comme le plus chaud de Steel Panther dans tous les sens du terme.
C'est un réel délice de voir des musiciens aussi talentueux s'amuser comme des adolescents sur scène et en faire profiter le public par la même occasion. Car sans interaction, si le public ne joue pas le jeu, il manquerait un petit quelque chose au show, même si la musique doit primer.
Un très bon concert de Steel Panther.

Soilwork Quelle puissance ! Et même si le chanteur regrette l'absence d'un membre du groupe sur cette date, ça le fait et pas qu'un peu.


La batterie est une arme de destruction auditive. Les guitares sont ultra agressives et la basse bien véloce. Quant à la voix, c'est vraiment impressionnant d'avoir ce rendu, encore et encore.
À cette force se connecte des mélodies presque douces : une alchimie si spéciale qui caractérise Soilwork.
Une belle claque qui redonne de l'énergie en ce début de soirée après une journée harassante.

Alcest : Le groupe est connu pour son style si envoûtant. Nous en avons eu un bel exemple ce soir.
Avec ses titres hypnotiques, dont certains instrumentaux, le groupe nous a fait voyager comme lui seul sait le faire.


Aux confins du métal, leur sensibilité s'associe avec des mélodies improbables qui ont un effet si étrange sur le public.
Tout en retenue, comme si ils étaient timides les musiciens nous offrent une playlist sélectionnée avec soin.
Un moment à part dans ce Hellfest 2017. Un concert de toute beauté.

Petit retour dans le temps avec Apocalyptica qui a décidé ce soir de rejouer l'album Plays Metallica by Four Cellos, avec sur quelques titres leur batteur, puisqu'ils sont sur une tournée anniversaire de cet album.
En début de concert, il a été demandé au public de chanter pour l'occasion sur tous les titres. Une belle initiative, mais qui n'est pas tout à fait adaptée à un Festival. Le public soit est complètement exténué, soit ne connaît pas les chansons de Metallica. Cela dit, ce n'est pas si grave car nous sommes là pour la musique avant tout.



Pour les refrains, le public s'excite un peu et sur Seek and destroy ça bouge bien plus.
Ce ne sera pas le concert le plus mémorable d'Apocalyptica que j'aurai vu. Mais tout de même. Cet album valait le coup d'être ré-entendu cela ne fait aucun doute.
Une belle initiative à saluer.

Et pour finir (pour moi) Aerosmith. Pas de photos autorisées pour le groupe, désolé
La prestation de l'année dernière avait été exceptionnelle à mon avis. En tout cas elle m'avait énormément plu. Cette fois je suis plus mitigé.
D'une part en raison de la setlist. Pour une tournée d'adieu je m'attendais à des grands classiques d'un bout à l'autre. Cela n'a pas été le cas. Bien sûr Love in an elevator, Sweet emotion, Walk this way… mais pour le reste, c'était un peu moins connu. Il faut dire que je suis bien plus connaisseur des premiers albums du groupe.
Et surtout Steven Tyler n'a fait que de râler après les techniciens, cela devenait passablement gênant à voir.
Mis à part ce détail le show était là : propre, calibré et de qualité. « A l'américaine » diront certains.
En tout cas tout le Hellfest ou presque était là. C'était la date à ne pas manquer : la seule date française de la tournée d’adieu du groupe



Lien Hellfest dimanche : lien ici