Salle :  
Ville : Angouleme




http://www.bdangouleme.com


Rendez vous incontournable des amoureux de bande dessinée, Angoulême fut plus que jamais cette année le paradis des amateurs du 9ème art. Tous les styles y étaient bien représentés : Franco-Belge, Comics, Manga etc.

Pour nous, un programme chargé, entre les interviews et les expositions, il y tant de belles choses à voir et de rencontres mémorables à faire.

Pour commencer, nous avons eu le plaisir de discuter une nouvelle fois avec José Luis Munuera, pour la sortie de l’album Zorglub, 1- La Fille du Z aux éditions Dupuis ( lien chronique ici)



Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Munuera.FIBD.2018.mp3






Nous sommes ensuite partis à la rencontre de Peter J. Tomasi (déjà croisé il y a quelques années pour parler de Batman) et Ian Bertram, pour la sortie de Dans l’antre de la pénitence, roman graphique en compétition, aux éditions Glénat ( lien chronique ici)




Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Tomasi.Bertram.FIBD.2018.mp3




Nous avons eu le privilège de croiser Dave Mc Kean également en compétition pour Black Dog, Les rêves de Paul Nash, aux éditions Glénat ( lien chronique ici)



Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Tomasi.Bertram.FIBD.2018.mp3


>/center>


Un passage par les éditions Delcourt et Soleil pour discuter avec Arleston de l’un de ses très nombreux projets : Sangre T1 lien chronique ici , Sangre T2 lien chronique ici


Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Arleston.FIBD.2018.mp3

Nous sommes ensuite partis sur les contrées d’Eric Henninot pour l’adaptation du roman SF de Alain Damasio La Horde du contrevent lien chronique ici




Interview de Eric Henninot :
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Henninot.FIBD.2018.mp3






A peine le temps de souffler et nous voici en compagnie de Pascal Jousselin et de son drôle de super héros qui s’échappe des cases et anticipe la narration, Imbattable, en compétition jeunesse pour Dupuis, lien chronique ici





Interview Pascal Jousselin :
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Jousselin.FIBD.2018.mp3






Nous avons pris plaisir à croiser le duo Yves Sente et Laurent Verron pour en savoir d’avantage sur l’excellent Il s’appelait Ptirou : lien chronique ici





Interview de Yves Sente et Laurent Verron :
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Sente.Verron.FIBD.2018.mp3







Nous avons dû, comme tout le monde, patienter de longues minutes pour accéder à l’exposition Cosey. Nous comprenons que l’architecture d’Angoulême soit mise en avant, mais cette vielle bâtisse, si souvent utilisée comme lieu d’exposition n’est pas du tout adaptée pour le FIBD. Devoir faire attendre les festivaliers, comme les auteurs présents aussi longtemps (heureusement, pas de neige, ni de pluie cette année), au point que certains soient obligés de renoncer par manque de temps, c’est une situation que nous ne pouvons que regretter. Surtout quand l’exposition est consacrée à un auteur aussi talentueux que Cosey, qui mérite une exposition bien plus importante de ses œuvres.
Voici quelques exemples de planches que nous avons eu la joie d’admirer. Ce qui vous donne une petite idée des techniques développées par Cosey.






Une autre exposition valait le déplacement jusqu’à Angoulême, cette consacrée au mangaka Tesuka. Le FIBD a bien compris depuis plusieurs années (n’en déplaisent à quelques vieux grincheux), que le manga a toute sa place ici. Surtout quand il s’agit d’exposer des originaux, ce qui arrive de plus en plus rarement. Quel immense plaisir de voir le travail du maître en la matière ! Lui qui a influencé tant d’artistes contemporains.
La finesse du trait, le jeu de perspective et cette si grande variété de personnages… nous n’avons que des compliments à adresser à celui qui fut un véritable chef de file.
Voici quelques clichés pris pour l’occasion.





Un peu plus haut dans les étages, se trouvait une exposition qui avait pour but de mélanger les genres artistiques : peinture et bande dessinée. Ce qui nous a permis de découvrir des dessins à côté d’huiles sur le thème de Venise. Des représentations parfois surprenantes, d’autres classiques nous ont été présentées. Une idée originale que nous aimerions retrouver.






Devant l’hôtel de ville, vous pouviez voir de grands panneaux réalisés par Zep, sur lesquels il rendait hommage à des artistes comme Enki Bilal, Star Wars, Tim Burton etc.




Chez Rue de Sèvres nous avons enchaîné les rencontres avec les dessinateurs de la série Infinity 8. Pour le Tome 3 : Olivier BALEZ lien chronique ici, pour le Tome 6 : Franck BIANCERELLI : lien chronique ici




Interview Olivier Balez :
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Balez-FIBD.2018.mp3






Interview Franck Biancarelli :
Pour écouter l'interview :

Pour télécharger l'interview: itw.Biancarelli.FIBD.2018.mp3






L’événement à ne pas manquer pour toute la famille, c’était le bal “Petit Vampire”, qui vous permettait d’accéder à un lieu normalement réservé aux seuls auteurs! Le Magic Mirror. Au programme : masque et cape de Petit Vampire, musique et dégustation de gâteaux pour un goûter par comme les autres, organisé par les éditions Rue de Sèvres. Il y a eu de nombreux mordus de la série, comme vous pouvez le constater.




Même si ce n’est pas dans le thème de l’émission, nous sommes allés voir les très belles planches du roman graphique de Steve Cuzor, sur un scénario de Yves Sente « Cinq Branches de coton noir » aux éditions Dupuis.




Nous attendions beaucoup de l’exposition Fairy Tail, surtout après en avoir pris plein les yeux avec Tesuka. Autant le dire clairement : grosse déception !
Il n’y avait que des reproductions des pages du manga. Des explications sans intérêt si vous connaissez un minimum la série. Consacrer autant d’espace pour aussi peu d’exclusivités, c’est bien dommage. Surtout quand on se souvient de la très belle exposition consacrée au Château dans les étoiles d’Alex Alice l’année dernière. C’est dommage de ne pas avoir pu faire mieux, car il y avait de la matière et de nombreux fans… déçus.





Nous avons enchaîné avec une autre exposition sur un auteur regretté : Jacques Martin, connu notamment pour la série Alix et qui a travaillé sur plusieurs album de Tintin.
Son apprentissage n’a pas toujours été facile, comme nous avons pu le constater dans ses échanges épistolaires. Mais il a toujours poursuivi son travail. Il nous laisse environ 120 albums. Ce fut un délice de se replonger dans son œuvre.





Le FIBD a pu fêter avec fierté ses 45 ans d’existence. La vie des auteurs n’est pas toujours simple, les réformes en cours sont à surveiller de près. Nous avons pu assister à une très belle manifestation, qui fait d’Angoulême un rendez vous incontestablement incontournable si vous vous intéressez un tant soit peu au 9ème art.

Pour retrouver tout le palmarès : lien palmarès ici



Rendez vous est déjà pris pour les 46 ans : du 24 au 27 janvier 2019

http://www.bdangouleme.com