Salle : Parc des Expositions
Ville : Tours (37)

American Tours Festival - Vendredi

https://www.americantoursfestival.com


Pour ce début de festival, les cavaliers western s’échauffent et se mettent en jambe avec une séance non scorée de Ranch Cutting. Au passage, le speaker expose les règles et rappelle certains principes de l’équitation western.




Dans le ranch cutting, il faut séparer 1 vache du troupeau en douceur. La vache doit rester isolée et « se rendre », c’est à dire ne pas affronter le cheval en permanence.
Il faut travailler en douceur avec un cheval calme, sans utiliser les renes de façon excessive ou intempestive. Sans non plus demander d’aide (pas vocale en tout cas, toute communication se faisant par signe de tête, ou plus précisément de chapeau) au Turnback ou au Corner, qui sont des cavaliers en plus qui soutiennent le cowboy.




Système de point, débit / crédit en fonction de l’action du cowboy, du calme du cheval et de son cow sense (habilité du cheval à anticiper seul les actions de la vache et à agir en autonomie). Toute vache perdue entraîne un score lourd de -5 points. Durée 2 minutes 30. Avec toujours beaucoup de bienveillance de la part des cavaliers.

The Chris slade Time Line :
Le batteur a une sacrée biographie et nous en fait profiter une fois de plus en Touraine.




Une track list très sympa : AC DC (pour une bonne moitié), Uria Heep, Gary Moore… comme vous pouvez vous en douter. Avec 2 chanteurs pour varier les ambiances vocales. Le son de batterie est très en avant. Normal, nous sommes là pour Chris Slade avant tout.




Un concert avec un soleil qui chauffe comme en plein cœur de l’Arizona, difficile de faire mieux pour planter le décor de cette édition 2019 de l’American Tours Festival.

Petite visite du hall vintage - Rock, avec ses belles américaines et les caravanes aux chromes resplendissant du camping retro qui font rêver.






Et il est temps d’aller écouter les Smoky Tonk (Paris). Un groupe de rock perpétue la tradition rock. Smoky Tonk YouTube


C’est l’occasion pour les danseurs de s’approcher de la scène. Le parquet extérieur ayant disparu.




Sur scène, de la bonne humeur et des chansons toutes très bien balancées, qui donnent envie aux hanches de s’agiter avec des mouvements chaloupés. La chaleur commence à baisser. Très bien pour apprécier ce concert qui s’avère des plus chaleureux.




Une set list avec des groupes comme Sleepy Labeef , Elvis Presley, Willie Dixon, des chansons « crazy arms », don’t tell me your troubles, Honky Tonk Man… que demander de plus ?



La tête d’affiche cette année est assurée par les Scorpions : (photos non autorisées)
Avec un set qui a débuté à 22h00 précise, les allemands étaient très attendus. Le public est très présent. Et continue d’essayer de s’approcher pendant tout le concert. Avec une scène à étage, le groupe assure un show bien rodé et agréable à entendre. Une avancée de scène est également là pour mieux satisfaire le public qui peut admirer les différents membres du groupe de près. Sur le premier passage instrumental, le chanteur s’amuse à distribuer à tour de bras des baguettes de batteries…
Les amateurs de 6cordes ont été gâtés, des soli très très longs sont proposés par le groupe. Si vous connaissez que les 2 titres phares que sont Still loving you et Wind of change, alors vous êtes loin de tout connaître de la richesse musicale du groupe, qui malgré les années et la multiplication des tournées d’adieu, tient plus que jamais le haut du pavé.
Le solo de batterie, lui aussi valait le détour. Avec un petit effet visuel supplémentaire : la batterie qui se surélève à quelques mètres au dessus de la scène, et des jeux de lumière bleue donnent l’impression qu’elle flotte dans les airs. Les Scorpions soignent leur public, y a rien à redire.
Et la scène, immense, avec des écrans vidéo partout qui mélangent des projections vidéo et des images en direct du groupe. Cela donne un visuel dynamique, avec des images de guitares, des formes psychédéliques, des danseuses dans des cages etc. Et les paroles sur Aleya qui se transforment en karaoke géant …
Pour Holiday, nous avons un titre acoustique : chant + 2 guitares, et interprètes sur l’avancée de scène, l’occasion de faire participer le public sur le chant, bien sûr enchaîner avec Send Me an Angel dans la même configuration, vite rejointe par le bassiste. Puis un peu plus tard par le batteur sur un mini kit de batterie, rajouté pour l’occasion sur l’avancée de scène.
Retour des guitares électriques avec Wind of Change. Et ça enchaîne de plus en plus vite. Rappel avec Still Loving You et Like a Hurricane.
Leur hard rock a retenti en ce début de nuit pour électriser tout l’American Tours Festival.

Et pour finir en douceur, rien de tel qu’un bon concert de bon vieux rockabilly, swing, jumpin’Jive et autres styles hauts en couleur. Sugar Ray Ford est là pour ça.





Le public ne s’y trompe pas. Une fois de plus il y a de quoi se faire plaisir sur scène et sur le parquet.
Ambiance douce, savoureuse et dansante à souhait.


Lien compte rendu Samedi : prochainement