La Nuit des FéesDate : 29-09-2007

Salle :  
Ville : Clisson

Pour cette seconde édition du 29 septembre 2007, Prikosnovenie a vu les choses en plus grand dans leur fief, Clisson. Quelques unes des plus belles voix du label ont été réunies pour l’occasion.



Cette Nuit des Fées commence en fin d’après-midi par le sympathique Amadous Sanfa et sa musique basée sur des contes africains. Son chant très aérien et profond est accompagné d’une simple guitare acoustique. Cet artiste a un très bon contact avec le public, jeune surtout. Il est surprenant et agréable sur scène.

Même si je ne suis pas fan du style, j’ai apprécié cette ambiance de veillée autour du feu. Ce fût un régal pour les enfants de tout âge et pour les amateurs d’exotisme.



Avec une demi-heure de retard, ONZE H 30 sont les prochains à jouer. Leur son est très approximatif. Les basses et la guitare disto sont très en avant. Les textes sont malheureusement très peu compréhensibles. Malgré cela, les atmosphères sont restituées.

Le décor de scène est plutôt original, installant leur univers particulier. Les musiciens sont costumés achevant planter la scène.

Le groupe alterne les titres calmes et les titres pêchus, comme sur l’album. Cela nous permet de découvrir les deux facettes du groupe.

La prestation fût honnête, mais ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Je vous conseille néanmoins de jeter une oreille à l’album éponyme de ce groupe.



Entre les prestations, vous aviez la possibilité de flâner sur le marché. Il vous était proposé de l’artisanat, des livres et des cds. Du fait de la petite taille de la halle, Prikosnovenie a certainement du restreindre le nombre d’exposants. Pour le coup, le mot « marché » est un peu exagéré. Et à part l’artisan aux chapeaux de papier, les enfants n’ont eu que peu d’attraction.



Après une deuxième prestation de Amadou Sanfé, CORDE OBLIQUE monte sur scène. Ils nous offrent un moment pur et beau. Le chant féminin est superbe. Les musiciens de ASHRAM qui accompagnent Riccardo Prencipe, accompagnent superbement le guitariste.

Il est néanmoins dommage que le groupe utilise des samples, qui d’ailleurs passent inaperçus et sont parfois en décalage avec le groupe.

Malgré cela, CORDE OBLIQUE nous a offert une prestation mémorable, tant par la beauté de la musique présentée que par l’interprétation.



Nous avons ensuite eu droit à un concert magique de COLLECTION D’ARNELL ANDREA dans l’enceinte d’une chapelle reconverti en lieu de concert. Le groupe nous a présenté un concert entièrement acoustique : piano, alto, violoncelle et 2 voix. Le rendu fût intense, profond, somptueux.

L’acoustique du lieu était très agréable et posée. L’interprétation fût des plus subtiles. Les instruments se marièrent dans un équilibre parfait, jusqu’à la dernière note.

La musique de CDDA est toujours aussi porteuse d’images : les flots, la pluie, le froid, etc. Et après de nombreux rappels, nous sommes tous sortis la tête pleine de magie.



La chapelle était toute prête pour accueillir le trio ASHRAM. Le concert était si complet que l’organisation a choisi de supprimer des places assises pour faire entrer plus de monde. Mauvaise surprise pour ceux qui avaient payé leur place assise.

Ce désagrément mis à part, la voix masculine fut superbe, chargée d’émotions. Le groupe est poignant et nous a offert une performance d’une grande intensité. La tristesse générale des chansons et la douleur furent exprimées avec brio. Et le dernier titre, joué à six mains au piano, fut très rythmé, presque joyeux. Les nuages sont chassés d’une note. Un beau concert.



Avec plus d’une heure de retard sur le planning, MEDIAVOLO achève cette Nuit des Fées en demie teinte. Le son est bien meilleur que pour ONZE H 30, leur expérience scénique aidant certainement.

La voix est utilisée comme un instrument. Le show est pro. La section rythmique est en place et le groupe soudé.

MEDIAVOLO est un groupe qui a de l’expérience et assure un show rodé.



Pour conclure, cette Nuit des Fées fût de qualité, du point de vue des prestations.

En revanche, du point de vue de l’organisation, le bilan est plus mitigé. En effet, les concerts ont tous subit des retards, le marché fût un peu pauvre et les enfants n’ont eu que peu d’occasions d’être à la fête, hormis lors des prestations de Amadou Sanfé.

La ville de Clisson est un cadre propice à ce type d’évènement et je parie que la prochaine édition tiendra mieux ses promesses.