Les Utopiales 2011Date : 11-11-2011

Salle : Cité des Congrès
Ville : Nantes



12ème édition pour le festival des Utopiales plus que jamais placée sous le signe de la ville de Nantes et de Jules Verne mais aussi toujours plus ouvert sur l’international. La pluridisciplinarité qui fait la marque de fabrique du festival a de nouveau fait bien des heureux, avec un public particulièrement nombreux vendredi et samedi, ainsi que pour le concours de cosplay dans le cadre de la journée manga dimanche.

Les expositions :

Les expositions de cette 12ème édition nous ont beaucoup plu.
Du jeu d’échec géant sculpté en bois (Paul Corbineau) avec des pièces évoquant des lieux marquants ou typiques de la ville de Nantes à l’impressionnante Exposition Steampunk (Greg Broadmore) qui occupait l’esplanade du 1er étage, en passant par la seconde saison de Voyage Au cœur du vivant présenté par l’INSERM.

Pas moins de neuf expositions ainsi que la réalisation d’une fresque teintée manga étaient proposées dans les allées du festival.

C’est donc « la très extraordinaire expérience du Dr Grordbort » et la présence de Greg Broadmore (également créateur de l’affiche de cette année) qui a bluffé les visiteurs. L’univers retro futur présenté là permettait notamment de baver d’envie devant les réalisations d’armes à feu d’influence victorienne et les maquettes de bestioles étranges et poilues… Cet artiste néozélandais s’est vu offrir la possibilité de faire découvrir au public français son univers décalé. Et surtout son souci du détail à travers de très grandes peintures où rien n’est laissé au hasard. Son style aux couleurs chaudes et au trait affirmé a fait l’unanimité. Tous les visiteurs et invités présents ont salué le travail de Greg Broadmore.
Chaque pièce mécanique d’un robot ou d’un pistolet, chaque ombre est soigneusement étudiée et dessinée. Les armes, tirées de son univers, étaient exposées et leurs répliques ont malheureusement été source de frustrations en raison de leur prix élevé. Mais pour se consoler, il y avait la bande dessinée éditée par les éditions Milady.





Autre exposition phare, qui était présentée dès l’entrée du Palais des Congrès : Les planches originales de David Lloyd, qui a dessiné « V pour vendetta » (scénarisé par Alan Moore et porté à l’écran par James Mc Teigue en 2006). Il s’agit des dernières planches originales que possèdent David Lloyd, car il vendu tout le reste à un seul acheteur, il y a bien des années. Nous avons ainsi pu découvrir son travail en noir et blanc, sa mise en couleur et quelques peintures sous format A3. Cette œuvre intemporelle continue de fasciner les nouvelles générations de lecteurs. Vous en saurez un petit peu plus en écoutant la conférence de presse à laquelle nous avons assisté (voir les interviews ci-dessous).




« Au pays de la mémoire blanche » permettait de découvrir les illustrations de Stéphane Poulin. Il s’agit d’un chat qui a perdu la mémoire après un accident. Il se rend compte qu’il vit dans un monde où les chats sont persécutés par les chiens. L’un des principaux attrait de cette exposition résidait dans l’affichage de certaines des sources d’inspiration de Stéphane Poulin. Avec juste à côté leurs transformations pour leur intégration dans « Au pays de la mémoire blanche ». Une très bonne idée, qui permet de mieux comprendre les influences de ce dessinateur et de découvrir de quelle manière il s’est réappropriée ces œuvres classiques pour les intégrer dans la bande dessinée, sans que cela ne soit particulièrement perceptibles, sauf pour un regard aiguisé.





Le jeu d’échecs de Paul Corbineau a également eu beaucoup de succès. Ces pièces de bois qui évoquent l’œuvre de Jules Verne étaient particulièrement bien réalisées. Et la présence de Paul Corbineau, qui expliquait son travail était un plus indéniable.



Il était également possible de voir travailler de jeunes artistes sur une très grande fresque réalisée en directe par le JAM (école de manga et d’animation de Niigata), l’école des beaux arts de Nantes et l’école Pivaut de Nantes.



Pour les fans de jeux vidéos, une rétrospective étaient organisée sur « Another World », un jeu vidéo créé il y a 20 ans et qui a fait l’objet d’une conférence donnée par son créateur. Vous pouviez voir les dessins préparatifs sur l’exposition et jouer à « Another World », grâce à l’association mo5.com.
Un concours de création de jeux vidéos a également été organisée.




Ce qui attirait également les yeux, c’était la zone d’exposition où se trouvaient des versions alternatives de l’affiche des Utopiales 2011. C'est-à-dire qu’il a été demandé aux élèves de l’EPAC (Ecole Professionnelle des Arts Contemporains) de proposer leur propre affiche pour les Utopiales. Les résultats étaient des plus hétéroclites comme vous pouvez le constater sur les photos que nous avons prises.



Juste en face, se trouvaient les expositions Histoire de la Science Fiction et Histoire des Extraterrestres, qui vous permettaient de voir à quel point les représentations ont pu évoluer au fil des années.




Conférences :
Au lieu de vous faire un résumé des conférences auxquelles nous avons pu assister, nous vous conseillons d’aller sur le forum d’Actu SF, qui comme tous les ans vous proposent de les réécouter ou de les télécharger : lien utopiales-actusf .

Cependant, l’une d’entre elle nous a plus particulièrement marqués. Il s’agit de la conférence croisée qui a eu lieu dimanche après midi avec Glen Cook et Didier Graffet. Voir enfin réunis en un même lieu l’auteur de la série de Dark Fantasy la plus marquante des ces dernières années et l’illustrateur qui a fourni le plus gros travail dessus, notamment en raison de l’édition des omnibus par L’Atalante, fut un réel plaisir. Car les deux hommes qui n’avaient visiblement pas eu beaucoup de contacts auparavant ont pu, dans un profond respect mutuel, livrer au public leurs pensées sur cette série incontournable.



Et chose rare, la conférence consacrée au prix européen Utopiales 2011, qui est normalement consacrée uniquement à l’auteur primé (cette année Roland Wagner pour Rêves de Gloire chez l’Atalante) a vu 2 auteurs monter sur scène, car Roland Wagner lors de la cérémonie de remise des prix a demandé à ce que tous les nominés soient invités à cette conférence. Malheureusement seul Ian Mc Donald a répondu à l’appel, les autres ayant dû quitter Nantes avant la conférence. Cela a permis de découvrir que les deux ouvrages avaient de nombreux points communs bien que les récits soient très éloignés.




Sinon, nous vous conseillons également Les anticipations sont-elles des uchronies ?, notamment pour le point de vue toujours très intéressant à entendre de Pierre Bordage.
Et L’histoire de l’imaginaire américain où l’on découvre que nous, pauvres européen sommes complètement à côté de la plaque dans votre analyse de l’imaginaire américain. Il suffit de d’écouter les réponses de Glen Cook pour voir s’effondrer les autres intervenants qui ne font que fantasmer sur un rêve américain. Un grand moment !

Sans oublier les rencontres avec les artistes présents et le master class d’Aleksi Briclot.

Cinéma :
Contrairement à ce que certains pourraient penser ou souhaiteraient faire croire, la SF, ce n’est pas intéressant que dans les livres.
Les Utopiales sont un très bel endroit pour en avoir la démonstration. Cette année encore, la sélection présentée nous a surpris. Nous n’avons pas pu voir autant de films en compétition que l’année dernière, mais le choix était des plus large. Il y avait la compétition de longs métrages, les rétrospectives, les séances spéciales et la compétition de court métrage.

Côté compétition de longs métrages, nous avons vu Love de William Eubank, avec en acteur principal Gunner Wright (retrouvez son interview ci-dessous), que vous avez peut-être vu dans Gi-Joe. Love a été réalisé avec un tout petit budget dans le jardin des parents du réalisateur, en 4 ans. Il est visuellement fort. Particulièrement impressionnant sur les premières scènes qui se déroulent pendant la guerre de sécession. Ce qui pèche, cependant, c’est le scenario. Car même si William Eubank a eu de très bonnes idées, notamment pour ses angles de caméra, afin de nous donner l’impression d’avoir tourné en apesanteur, l’histoire traîne en longueur. Et finalement, nous attendons qu’il se passe quelque chose, ce qui n’arrive qu’à la toute fin du film.
Même si « Love » est trop long et trop lent, il mérite toute votre attention, car il démontre tout le talent de William Eubank en tant que réalisateur. Vous verrez comment il a réussi à monter son film avec 4 fois rien, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Et surtout vous verrez Gunner Wright sous un autre angle (dans tous les sens du terme). Car il est tout seul dans sa station spatiale pendant tout le film. Et jouer sans avoir un autre acteur pour donner la réplique est un exercice particulièrement périlleux dont il se sort avec les honneurs.




Nous nous sommes fait du mal en regardant le documentaire de James Marsh Le Projet Nim. Il s’agit d’une expérience qui a été réalisée aux états unis en 1973, qui avait pour but de prouver qu’un chimpanzé peut apprendre à communiquer par le langage des signes. Malheureusement les universitaires américains, et notamment le directeur de recherche n’avaient rien préparé. Et cette expérience fut un fiasco dont la première des victimes est le chimpanzé Nim lui-même, qui fut renvoyé d’où il venait, puis vendu à un laboratoire de tests médicaux, avant de finir dans un refuge dans des conditions déplorables. Ames sensibles, sortez vos mouchoirs. Et même si vous n’êtes pas sensibilisés à la cause animale en tant que membre de Peta ou One Voice, vous ne pourrez que trouver insupportable la façon dont a été traité ce pauvre singe qui n’avait rien demandé. Ce douloureux mais excellent documentaire était présenté en avant première aux Utopiales.

Dans les rétrospectives, nous avons eu la chance (car ce film n’existe pas en dvd) de voir La Planète des Vampires dont le titre original est Terrore nello spazio. Autant vous le dire tout de suite, il n’y a pas de vampire dans ce film. Le principe est simple : deux vaisseaux atterrissent sur une planète inconnue. C’est alors que les membres d’équipages sont pris de folie meurtrière les uns envers les autres. La raison est simple : une sorte de bactérie survit difficilement sur cette planète. Elle souhaite s’échapper par tous les moyens possibles, notamment en contrôlant son hôte. Et le plus sûr moyen de n’avoir aucune volonté de la part de l’hôte investi est de le tuer. Ainsi, il devient une simple marionnette contrôlable à merci.
Durant tous le film, le jeu consiste à savoir qui est contaminé et qui est encore sain.
D’un kitch particulièrement criant avec des effets spéciaux très datés, ce film de Bava est tout de même une petite merveille grâce à son scénario. Et surtout à la chute qui vous est proposée. Rien que pour cela, il faut voir La Planète des Vampires.

Les 5000 doigts du Dr T de Roy Rowland était projeté. Œuvre de référence qui a marqué de nombreux réalisateurs dont Tim Burton pour n’en citer qu’un. Ce film qualifié jeunesse de part son propos est une œuvre magistrale que tout intéressé par le cinéma fantastique se doit de connaître. Comme on dit, un must !

Pour ce qui est des courts métrages, il y a comme d’habitude du très bon, du très beau et du très mauvais. Difficile de faire son choix de façon objective en la matière. Car que privilégier ? Une bonne maîtrise technique, une idée originale, des producteurs ou une bonne blague ? Notre coup de cœur va à Decapoda Shock, un film espagnol qui développe toutes les techniques du cinéma : animation, séquences live etc. Avec une idée simple et beaucoup d’humour. Il s’agit d’un astronaute qui revient sur Terre transformé en homard suite à un incident.
Pour le côté cheap, mais avec une bonne dose d’humour, c’est Lazarov de Nietov qu’il faut voir, cette expérience de réanimation sur un poulet mort vous réserve une belle crise de rire.
Pour une très belle animation, tournez vous vers Paths of Hate de Damian Nenow. Une petite prouesse technique pour ce combat aérien sans limite.
Blinky Tm est également à voir, de Ruari Robinson. Le thème du robot domestique qui finit par devenir une menace est décliné de très belle manière.

Mais surtout, LA SEANCE à ne pas manquer, c’était le workshop consacré à Iron Sky. Nous avons pu assister à la projection de quelques bandes annonces et surtout avoir des explications sur le processus de réalisation de ce film qui sortira en avril 2012, en présences de 2 des créateurs. Le pitch est le suivant : les nazis vivent sur la face cachée de la lune. Ils préparent sur grande invasion de la terre pour 2018 ! Partant de cette idée complètement folle, une masse particulièrement impressionnante de bonnes volontés ont rejoint le projet (actuellement 78 946 fans facebook). Le principe de cette communauté est de faire participer tout le monde. Par exemple, vous avez besoin d’une grande foule pour une scène, vous envoyez les horaires à votre mailing list et le tour est joué. Vous avez 200 figurants devant votre caméra ! Grâce à toutes les bonnes volontés, le résultat devrait être des plus impressionnants. Et pour avoir discuté des images avec des réalisateurs, tout le monde est bluffé par la qualité des effets spéciaux. Reste à voir ce que donne le scénario. Rendez-vous en avril 2012 dans les salles obscures.


A la suite de ce workshop, a été présenté un jeu de plateau tiré du film. Le principe est le suivant : une équipe de nazi qui veut envahir la terre, contre une équipe de terriens qui doit défendre la planète bleue.



Les jeux : Une très belle place était donnée aux jeux sous toutes leurs formes. Que ce soit les jeux de plateaux, les jeux de rôles ou les grandeur-nature, tous étaient représentés.
Dans nos interviews, vous retrouverez un focus sur le jeu de rôle post-apocalyptique WasteLand et sur les stands des associations de grandeur nature.



Pôle manga : Particulièrement occupés par les diffusions de court-métrages, nous n’avons pas beaucoup suivi le cosplay, ni le défilé de mode. Mais le bruit produit par les acclamations du public nous fait dire que ce fut encore un grand moment.



Comme tous les ans, nous avons vécu un très agréable week-end en terre nantaise pour cette nouvelle édition des Utopiales.
Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.


Les interviews réalisées :

Interview de Mathieu Gaborit pour son roman Chronique du Soupir aux éditions Le Pré aux Clercs (pour lire notre chronique lien ici)

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous): ITW-MathieuGABORIT-Utopiales2011.mp3




Interview de Laurent Genefort pour son roman Memorio édité chez Folio sf (pour lire notre chronique lien ici)

Pour télécharger l'interview (clic droit+enregistrer sous): ITW-LaurentGenefort-Utopiales2011.mp3
http://www.folio-lesite.fr/foliosf/




Interview de Loic Henry pour son roman Loar édité chez griffe d'encre (pour lire notre chronique lien ici)

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-LoicHenry-Utopiales2011.mp3





Interview de Fabien Vehlmann pour sa bande dessinée Voyage en Satanie aux éditions Dargaud (pour lire notre chronique lien ici)

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-Fabien-Vehlmann-Utopiales2011.mp3



Interveiw de David Chauvel et Jerome Lereculey pour leur bande dessinée Wollodrin aux éditions Delcourt (pour lire nos chroniques lien Tome 1 et lien Tome 2 )

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-DavidCHAUVEL-JeromeLERECULEY-Utopiales2011.mp3




Interview de Gunner Wright qui joue dans le film Love réalisé par William Eubank.

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-GunnerWright-Utopiales2011.mp3






Interview de Julien Mokrani qui était là en tant que visiteur. Nous avons profité de sa présence pour lui poser quelques questions sur son fan film adapté du comics de Ben Templesmith Welcome to Hoxford qui est disponible en France aux éditions Delcourt (pour lire notre chronique lien ici)


Pour écouter l'interview de Julien Mokrani:
Pour télécharger l'interview: ITW-JulienMokrani-Utopiales2011.mp3
L'affiche du film:


Le fan film de Julien Mokrani:

Welcome to Hoxford, the fan film from Julien Mokrani on Vimeo.



Conférence de Presse de Glen Cook, auteur de plusieurs séries traduites en France aux éditions de L' Atalante

Pour télécharger la conférence de presse (clic droit + enregistrer sous) Conf-Presse-GlenCOOK-Utopiales2011.mp3




Conférence de Presse de David Lloyd dessinateur anglais principalement connu pour son travail avec Alan Moore sur V pour Vendetta édité en France chez Panini Comics.

Pour télécharger la conférence de presse (clic droit + enregistre sous) ConfPresse-DavidLloyd-Utopiales2011.mp3




Interview de l'un des créateurs du jeux de rôles Wastland Les Terres Gâchées aux éditions Sombres Projets

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-WasteLand-Utopiales2011.mp3



Interview du stand consacré aux Jeux Grandeur Nature.

Pour télécharger l'interview (clic droit + enregistrer sous) ITW-StandGrandeurNature-Utopiales2011.mp3



Les associations présentes sur le stand:
Camp du Dragon : http://www.camp-du-dragon.fr
Vampire Requiem: http://nantes.vampires.free.fr
Mondes Paralleles: http://www.mondesparalleles.com
Avalon: http://www.terresdavalon.com
A3DL: http://www.a3dl.fr
La Fédération Française des Jeux Grandeur Nature: http://www.fedegn.org