Salle : Le Petit Faucheux
Ville : Tours (37)

Nouvelle journée sous la pluie et 3 nouveaux films en compétitions. Une séance de minuit à 22h45 pour atténuer le contrecoup certain du décalage horaire du lendemain. La conférence d’un des membres du jury, Eric Ebouaney, et un premier concert qui a eu lieu à l’intérieur du Petit Faucheux pour cause de météo hasardeuse.
Demain les organisateurs l’assurent, il y aura du soleil pour la première journée de dédicaces et autres festivités au square Sourdillon. Par contre, il faudra prévoir bonnet et après skis car l’air sera glacé. Pas grave… on les aime nos auteurs SFFF et autre fantaisistes !

FILMS EN COMPETITION

Portrait Of A Zombie de Bing Bailey (Irlande)





Images sales, façon documentaire un peu cheap. Mélanges de plans classiques, de caméra à l'épaule et de prise de vues à la première personne.
Rempli d'humour même sur des sujets particulièrement graves comme la mort, ce film est un petit bijou dans la catégorie low-budget indé. À croire qu'il n'y a que dans cette partie de l'Europe que l'on peut être intelligent et drôle !
Cette histoire invraisemblable de jeune homme qui s'est transformé en zombie et que sa famille (surtout ses parents) garde avec eux est poignante en un sens. Surtout lorsque l'on voit jusqu'où va la dévotion de la mère!
Le film est aussi dérangeant. Les méchancetés et vilénies des voisins sont exposées au grand jour, ce qui vous oblige à réfléchir sur le fait de savoir qui est le monstre ? Et comment peut-on légitimer une telle discrimination ?
La critique se fait aussi sur les équipes documentaires et sur leur implication ou non avec le sujet filmé. Tout le monde en prend pour son grade du réal au preneur de son en passant par le cameraman et l’assistante. Il faut bien dire, que personne n’est super clean dans cette histoire !
Habilement présenté, avec des effets spéciaux de maquillage réussis et des choix d'angles de caméra très réfléchis pour réussir à laisser imaginer le spectateur lorsque le budget ne permettait pas de le montrer à l'écran, Portrait OF a zombie est un film que vous devez faire en sorte de voir dés que vous en aurez l'occasion.


Notre interview de la productrice Betina Goldman :

Pour télécharger l'interview: Portrait.Of.A.Zombie.mp3


Juan In A Million de Sergio Allard, Denis Arqueros et Nikolas Klein (Chili/USA/Brésil)






Ce film est trop long, lent, répétitif et le pire, c'est qu'il n'y a pas d'histoire !
Qu'ont-ils fait au scénariste ?
Un jeune homme se réveille à 21h12 le 17 décembre. Il est le seul être humain à Santiago. Il va errer dans la ville, encore et encore et encore.
Si le but était de faire un guide touristique c'est raté aussi, car nous voyons beaucoup de rues, mais pas beaucoup de bâtiments historiques.
Sans intérêt aucun.
La photo n'est même pas soignée.
Seule le choix des chansons semble assez judicieux et colle bien à certaines ambiances qui peine néanmoins à décoller et retombent après quelques notes.
Peut-être un exercice de style, et encore, mais dans ce cas il fallait se contenter d'une bande demo ou d'un court métrage
Un film à éviter et pour nous à oublier !


CONCERT
Thee mysterious ashmatic avenger and the good old boys



Initialement prévu en extérieur, le concert a fait son petit effet près du bar du Petit Faucheux où l’ambiance était bien là malgré l’exiguïté des lieux. Bravo pour la prestation.




RENCONTRE AVEC ERIQ EBOUANEY

Membre du Jury et acteur pour Ridley Scott, Brian de Palma ou encore Cédric Klapisch, Eric Ebouaney a présenté son travail d’acteur.
Il avait donné à Gary Constant une liste de 10 films. Gary a choisi 5 extraits afin d'en discuter.

FILM EN COMPETITION

Errors Of A Human Body de Eron Sheean (Allemagne/USA)






Très clinique, froid, dérangeant et fascinant!
Pour un premier film, les deux scénaristes, dont le réalisateur, ont frappé fort !
Le réalisateur maîtrise son art. Il va jusqu'au bout de son idée, sans concession et pourtant toujours supportable. Le traitement du sujet de la maladie et de la recherche génétique est parfait. Avec pour faire passer le tout une histoire d'amour compliqué.
Entre réalité et science fiction Errors Of The Human Body va vous surprendre par un scénario bien léché. Vous trouverez aussi quelques rebondissements très bien amenés qui donnent un très bon rythme à l'ensemble.
Une très belle découverte.
Merci mille fois au Festival Mauvais Genre de proposer de telles pépites qui mériteraient une bien plus large diffusion.


SEANCE DE « MINUIT » hors compétition

Lyfstraf de Rudi Steyn (Afrique du Sud)






Encore un film qui va marquer votre esprit et qui va vous remuer les intestins.
Prenez un groupe de lycéens. Il y a toujours un souffre douleur. Le soir du bal de promo, ce petit groupe décide de retourner dans son lycée pour s’amuser un peu. D’un coup, les esprits s’échauffent et la situation dérape bien au-delà de ce que tous auraient pu imaginer.
Rudi Steyn a très bien travaillé.
Que ce soit le choix des comédiens, qui malgré leur jeune age sont d’une justesse parfaite. Que ce soit le choix de la mise en scène (la scène avec le reflet dans la salle de couture) est très bien maîtrisée.
L’utilisation de quelques effets sur la partie où PJ est sous acide, a un très bon rendu. Une petite cascade au ralenti bien placée… Tout est bon dans Lyfstraf.
Pour autant, il faut avoir le cœur bien accroché. Car il va y avoir des larmes, des cris, de la douleur et du sang.
Certains disent que les enfants sont cruels. Les adolescents aussi.
Un très bon film.