Douce MorphineLe 04/04/2002

Interview du groupe Douce Morphine, réalisée en direct dans les studios de la radio.

Site officiel : www.doucemorphine.com

LAM : (après problèmes de micros).

Davy : Bonjour. Alors on va commencer. Présentez-vous.

Douce Morphine :

Matthieu : Alors, je m’appelle Matthieu, je suis le fondateur de Douce Morphine. Au départ, j’avais un groupe qui s’appelait Neurasthénie, mais ça n’a pas marché. Et toutes les compos que j’avais composées ne collaient pas avec le concept de Neurasthénie. J’ai donc décidé de développer mon projet à part. Donc Douce Morphine, nom tiré d’un des vers de la première chanson qui a lancé l’univers que l’on a créé.

Voilà. Donc moi dans Douce Morphine je compose tous les textes et la musique. Je joue de tous les instruments. Sur scène je joue de la guitare et je chante.



Flore : Je chante. Et je pense que Matthieu a assez bien présenté le groupe, donc voilà.

LAM :

Xavier : Au niveau des idées, Douce Morphine, ça vient d’expériences personnelles, de lectures…

Douce Morphine :

Matthieu : De lectures et d’expériences personnelles. En fait c’est surtout autobiographique, donc je parle surtout de mon expérience. Les textes de Douce Morphine sont surtout basés sur le Mal de Vivre. Et surtout notre futur album, un album concept, qui s’appelle « Du Mal de Vivre » justement. Il résume en fait l’entrée dans la mélancolie, tout le Mal de Vivre qui se développe dans un être torturé et sensible. De l’entrée dans la mélancolie jusqu’au suicide.

Et mes lectures ont influencées quelques chansons des premières démos, comme « Jefferson » par exemple, BD écrit par Ptiluc. C’est l’histoire d’un rat dépressif qui recherche le sens de la Vie. Qui à la fin se suicide, qui au lieu de se suicider, puisqu’il décide de se pendre dans un dépôt de munitions, la corde accrochée à une goupille de grenade, il tombe dans une machine à laver, et c’est tout le reste du monde qui saute. Et à la fin il se retrouve tout seul et il a faim, ce qui veut dire qu’il n’est pas mort. Voilà. Et euh… peut-être « Monsieur Mercredi-Gras Descendres » de Eric Liberge. Très bonne Bd, je suis tout de suite tombé amoureux quand le premier tome est sorti. Ca m’a peut-être influencé au niveau des ambiances dans le futur album, très froid, très gris.

Mais nos textes sont surtout autobiographiques.

LAM :

Davy : Tu parlais d’influences. Tu considères avoir quelles influences sur le niveau musical ?

Douce Morphine :

Matthieu : (hésitation…) Notre musique, quand on l’écoute, on n’en ressort pas forcément des influences. Moi j’estime avoir comme influences Nirvana, au niveau spirituel surtout, peut-être au niveau simplicité musicale et efficacité mélodique. Soundgarden, au niveau de je ne sais pas quoi… Ca a forgé mon expérience musicale. Peut-être dans le Black. Euh, Nigthwish, mais c’est léger. Tool. On ressent quelques influences dans le futur album. Peut-être des trucs comme Dark Tranquillitty, Cradle of Filth…



Flore : Moonspell.



Matthieu : Oui, Moonspell. Mais nos influences musicales sont tellement brassées, que c’est vraiment un style personnel que nous jouons. Que nous avons appelé « Spleen Métal » (Métal Spleenien) en rapport au Spleen de Baudelaire.

LAM :

Xavier : Et au niveau des textes, tu as une petite influence, ou tu ne fais que les chanter…

Douce Morphine :

Flore : Je ne fais que les chanter.

LAM :

Xavier : Tu n’as pas le droit à une correction éventuelle?

Douce Morphine :

Flore : (rires). Non, mais en général ça va. J’ai rien à dire…

LAM :

Xavier : C’est parfait dès le départ., donc il n’y a rien à retoucher.

Douce Morphine :

Flore : Enfin si des fois, mais bon, hin … de toute façon…



Matthieu : Les textes sont en fait des poèmes. Un peu dans le style romantique dix-neuvième. Mais ce n’est pas du repompé. Je me suis approprié le style. Et en fait, je suis tellement perfectionniste, qu’à partir du moment où je présente un texte ou une compo, c’est déjà assez travaillé pour qu’il n’y ait pas grand-chose à faire derrière. Il ne reste à Flore, quand je n’ai pas composé la ligne de chant, à composer la ligne de chant.

LAM :

Xavier : C’est déjà pas mal de composer la ligne de chant, c’est déjà du boulot. Est-ce que tu trouve facilement les lignes de chant, ou c’est plutôt difficile ?

Douce Morphine :

Flore : Non, je me base le plus souvent sur les synthés. Ca vient assez facilement quand même.

LAM :

Davy : Justement au niveau du chant, as-tu une expérience ? Parce que on a pu voir que le compositeur avait une expérience derrière lui, un groupe qui a splitté, qui s’est un peu cassé la gueule. Excusez-moi des termes…

Douce Morphine :

Matthieu : Non, c’est tout à fait cela !

LAM :

Davy : Donc c’était simplement pour savoir si tu avais une expérience. Et savoir à quel moment tu t’es dis je vais me lancer là-dedans, c’est-à-dire à chanter, car à mon avis cela n’est pas venu du jour au lendemain.

Douce Morphine :

Flore : Je n’ai jamais chanté dans des groupes et tout ça. Mais comme ce que faisait Matthieu me plaisait beaucoup, la musique, les textes. Il cherchait une chanteuse, je me suis dis je peux essayer.



Matthieu : Ca a commencé en fait avec Neurasthénie. On avait une chanteuse qui ne bossait pas du tout. Et Flore était derrière elle, car c’est une de ses amies, pour la pousser, et elle lui trouvait les lignes de chant. (rires). C’était un peu ça, elle l’aidait à trouver les lignes de chant car cette chanteuse la ne faisait rien du tout. Donc c’est venu un peu comme cela. Et puis la voix de Flore est très timide, très fragile. En fait sincère, et c’est ce que je recherchais. Une voix très douce qui colle parfaitement à ce que l’on désire faire dans notre musique.

LAM :

Xavier : Pas mieux.



Davy : Oui, pas mieux. Donc vous avez sortit une démo. Le titre que l’on s’écoutera un peu plus tard a été refait.

Douce Morphine :

Matthieu : En fait non, Il a été simplement « remasterisé ». J’ai juste filtré des basses parce que il y en avait trop.

LAM :

Davy : Il y a eu un premier cd, à quand le second ? …

Douce Morphine :

Matthieu : En fait il y en a déjà eu deux…

LAM :

Davy : Oups !!..Je vais me faire flinguer…

Douce Morphine :

Matthieu : Il y a eu deux démo, mais nous n’en avons donné qu’une à Xavier car la première a un son exécrable, bien que je sais que certains fans de black aiment ce genre de son un peu pourri…(rires). Ca donne un certain charme il paraît… Mais c’est vrai que l’on n’entendait rien au textes et que le deuxième est un peu mieux produit. Pour l’instant, ça va rester à l’état de démo.

Là on prépare un album. Donc ça fait 8 mois en gros que l’on travaille dessus. Les visuels sont pratiquement tous arrêtés. Les textes sont tous composés, on les joue déjà en concert. C’est un album concept, je l’ai déjà dit. On espère le sortir au niveau national. On cherche un petit label que puisse nous aider.

LAM :

Davy : Justement j’allais en arriver là. Est-ce que c’est difficile ? Parce qu’il y a beaucoup de groupes qui se disent un peu dégoûtés car c’est énorme le travail de promo. Envoyer des démos au labels… Où en êtes-vous sur ce point ? Vous avez fait des recherches ?

Douce Morphine :

Matthieu : J’attends surtout d’avoir pré-produit la démo de l’album pour pouvoir l’envoyer. Car on compte beaucoup là-dessus. La musique et les textes sont plus évolués que ceux de la démo « Cœur Sombre ». Et ma manière de chanter a complètement changé, ce qui donne un plus. C’est beaucoup plus parlé, ce qui me permet de bien poser ma voix.

LAM :

Davy : Tu parlais tout à l’heure de concerts. Avez-vous une difficulté de trouver des concerts en France ? Et comment ça se passe lorsque vous en trouvez ? Il y a peut-être un petit peu de trac des deux côté je suppose. Quelles sont les réactions du public face à vos compositions ?

Douce Morphine :

Matthieu : Le public réagit très bien. Même si le public est surtout composé d’amis. On a un petit fan club. (S’adressant à Xavier) Tu a vu au concert du 09 Mars, ça gueulait un peu dans tout les sens…

LAM :

Xavier : Il y a eu un bon accueil. Mais au début, c’est normal de venir avec ces amis.

Douce Morphine :

Matthieu : Le public est assez éclectique. Les métalleux aiment bien notre musique parce qu’elle est bien métal quand même. Le public gothique aime bien parce que ça fait bien gothique. Et les déprimés apprécient car c’est bien dépressif quand même.

Notre plus grande fan, c’est la grand-mère de Flore, qui adore notre musique. Nous avons un public éclectique. Il y peu de gens qui n’ont pas apprécié ce que nous faisons.

LAM :

Davy : Tout le monde s’y retrouve..

Douce Morphine :

Matthieu : Voilà ! Mais c’est vrai que c’est dur de trouver des dates. On des amis qui nous aident, soit qui organisent, ou nous on essayent d’en trouver.

LAM :

Davy : Je propose de faire un petite pause. Je te laisse le soin de lancer la chanson.

Douce Morphine :

Matthieu : Il s’agit d’une reprise de Nirvana « Heart-Shaped Box ». Car en fait, demain nous sommes le 05 Avril, et cela fera 08 ans que Kurt Cobain s’est suicidé. J’ai surtout choisi cette chanson pour ça. C’est donc un petit hommage à une personne qui a été un peu un guide spirituel. Donc une reprise de Nirvana avec du chant féminin, ce qui donne une autre sensibilité. Moi ça me plait en tout cas…

LAM : *Pause : morceau « Heart-shaped box »*



Xavier : Après cette reprise de Nirvana, retour à l’interview. Si vous voulez posez des questions en direct, allez-si.

Retour sur les concerts. Est-ce que vous mettez en place des petits trucs pour que ça marche. Des mimiques à faire. Est-ce que vous avez une playlist bien définie pour que les morceaux s’enchaînent bien, ou est-ce que vous faites ça comme ça. Changez-vous de playlist à chaque concert ? Vous adaptez-vous à la demande du public ?

Douce Morphine :

Flore : Le dernier album, comme c’est un album-concept, il faut que toutes les chansons s’enchaînent car c’est une histoire. Il faut les laisser dans l’ordre. Nous faisons des playlists dans tous les cas. Mais bon, nous n’avons pas fait non plus énormément de concerts.



Matthieu : Nous préparons les playlists à l’avance. Nous préparons donc les morceaux que l’on veut jouer. Récemment nous avons fait un concert, nous avons joué tout le nouvel album pour présenter les morceaux. Ca a bien plu. Mais je pense qu’à l’avenir nous prendrons les meilleurs morceaux de cet album, avec les meilleurs de nos anciens morceaux, pour faire un concert de meilleurs morceaux, donc un bon concert.

Mais bon, dans le nouvel album, il n’y a rien à jeter, donc ça va être difficile de faire une sélection.

LAM :

Xavier : Donc ça vous fait des concerts de combien de temps à peu près ?

Douce Morphine :

Matthieu : En général, les endroits où nous jouons, le concert ne doit pas durer plus d’une heure…

LAM :

Xavier : Ah oui, c’est donc limité !

Douce Morphine :

Matthieu : En général oui ! Nous avons joué dans un magasin de musique à Montargis. Le son y est très bon. Nous allons sûrement y rejouer pour enregistrer un live du nouvel album.

Avec Trespass, nous n’avons joué qu’une heure car nous n’avions que deux heures et demie pour jouer. Mais nous ne savions pas qu’ils n’allaient jouer qu’une demie heure. Sinon nous aurions pu jouer plus. Car nous apportons de toute façon tous les samples de nos chansons. Par exemple, le public du 09 Mars nous a réclamé un titre supplémentaire, et donc nous avons joué un titre des démos.

LAM :

Xavier : Donc vous pouvez vous adapter à la demande du public.

Douce Morphine :

Flore et Matthieu : Tout à fait !

LAM :

Xavier : Ma question favorite : de quel groupe aimeriez-vous faire la première partie ?

Douce Morphine :

Flore et Matthieu : Moonspell !

LAM :

Davy : Ca mérite d’être clair !



Xavier : Vous êtes allé les voir récemment ?

Douce Morphine :

Matthieu : J’ai été les voir au printemps de Bourges. Flore n’a pas eu cette chance la car sa mère lui a interdit ! C’était excellent ! D’ailleurs je les ai un peu découvert grâce à ce concert. Et depuis je suis fan : j’ai tous leurs disques ! (rires).

LAM :

Xavier : Et depuis ?

Douce Morphine :

Matthieu : Non, je n’ai pas eu cette chance.

LAM :

Davy : Tu parlais d’influences, je parles surtout à Matthieu car c‘est lui qui compose. Excuses-moi Flore. Est-ce que des films vous inspires au niveau de l’écrit ?

Douce Morphine :

Matthieu : Pour l’instant nous n’avons pas de visuels sur scène. Nous préparons une sorte de clips d’une chanson du nouvel album qui s’appelle Obsessions Tristes. Ce sera un mélange d’animations (de dessins animés) et de vidéo classique. En animation, nous aimerions faire un peu comme le court-métrage de Tim Burton, « Vincent ». On le trouve excellent, et nous aimerions avoir des graphismes dans le genre. J’ai réalisé un storyboard, et nous travaillons sur une sorte de mini-bd pour préparer le clip.

Mais pour l’instant sur scène, nous n’avons pas grand chose. On va essayer de se dégoter un rétroprojecteur pour mettre des ambiances derrière. Mais pour l’instant, c’est très grunge, c’est-à-dire que sur scène il n’y a que les amplis et nous.

LAM :

Davy : C’est le principal !



Xavier : Tu nous a apporté les visuels du prochain album. Vous travaillez vos visuels en numérique. Est-ce que vous retravaillez beaucoup ?

Douce Morphine :

Matthieu : Nous retravaillons les photos sur Photoshop (marque déposée ®). Mais les photos de départ sont généralement bien. Nous retravaillons la luminosité, les contrastes.



Flore : Tout ce qui est typographie aussi.



M : Nous travaillons pas mal !

LAM :

Davy : Qui se charge de tout cela ?

Douce Morphine :

Matthieu : C’est nous deux. Pour les deux premières démos, c’est surtout Flore qui s’en est chargé. Pour la première, j’ai quand même mis mon grain de sel un peu beaucoup. Et pour le dernier, c’est surtout moi, car je raconte l’histoire de ma vie dans cet album, et celle de ma mort envisagée. Mais je voulais aussi avoir l’avis de Flore, donc elle était aussi là pour me conseiller.

LAM :

Xavier : Et ça donne pas mal à fortiori ! Et le public est d’accord.

Douce Morphine :

Matthieu : Nous essayons de nous rapprocher de ce qu’à peint Friedrich, peintre romantique, au niveau des ambiances.

LAM :

Davy : Le dernier film que vous êtes allé voir, c’était ?

Douce Morphine :

Matthieu : Euh … « From Hell » et « Vanilla Sky ». Nous ne savons plu. « From Hell » en tout cas nous a bien plu !

LAM :

Xavier : Quel est le contact pour vous proposer des concerts, ou se procurer vos démos ?

Douce Morphine :

Matthieu : A « Chasseloup », 45600 Villemurlin. Ou sur internet : flore.lune@free.fr. C’est l’email de Flore.

LAM :

Davy et Xavier : Merci d’être venu d’Orléans pour l’interview.

Douce Morphine :

Flore et Matthieu : Non, c’est nous qui vous remercions.