Shotgun Reality

Groupe : Lahannya
Label : Kabuki
Année de sortie : 2007

Après un premier EP 4 titres sorti en 2000, Lahannya nous revient avec un nouveau line-up et un nouveau producteur. C’est Lutz (Umbra et Imago) qui s’occupe désormais de l’enregistrement des titres, il est également co-compositeur et bassiste. Belle (batterie) et Chris (guitare) ont désormais rejoint le groupe.

Cette DJ londonienne nous livre avec son premier album Shotgun Reality un florilège de titres au son mélangeant rock-gothique et base électronique.

Chaque chanson a une sonorité propre, mais toujours avec ce son qui permet de reconnaître la création de Lahannya. Et surtout la voix de Lahannya qui est si juste. Sur chaque titre, les intonations varient suivant l’émotion à donner, toujours en phase avec la musique. Preuve d’un sens aigu de la mélodie et d’un grand professionnalisme.

Beautiful girl et Silent Victim sont des titres rock, avec de bons riffs de guitare. Ce à quoi se rajoute une petite base de sons électroniques. Heaven est plus classic-rock.

Bleed for me est un titre très efficace, avec son rythme electro mid-tempo. La voix est particulièrement mise en avant. Parfait pour le live avec sa montée en puissance sur le refrain.

Narcotic, dans sa nouvelle version 2007, est une chanson très hypnotique, avec un son de basse et de guitare rempli d’effets. Une chanson lancinante à souhait.

Doors a un son presque rock-indus, avec un riff de guitare très agressif et tranchant, puis la douceur de la voix de Lahannya s’impose, pour de nouveau laisser parler la puissance de la guitare et ainsi de suite. Un titre simple et pragmatique.

Wandering est une ballade gothique au plus pur sens du terme, avec cette complainte d’une jeune femme espérant avoir trouvé le prince charmant lui permettant de la libérer de la solitude. Roundabouts est dans le même esprit, avec la présence d’un piano en plus.

Rain se rapproche de Beautiful girl, les backing vocals de Lahannya avec beaucoup de reverb donne une profondeur au chant. Le choix du son de guitare, avec des passages acoustiques, d’autres avec beaucoup de reverb renforce cette impression d’immensité.

Charades sonne très dance-floor, avec une touche électro prédominante. Le titre est assez calme sur l’album, mais sur scène il pulse énormément.

Losing Yourself a un peu le même son lancinant que sur Narcotic, avec ces quelques notes qui se répètent en boucle. Ce qui donne une vraie impression d’errance comme si l’on était au milieu d’un labyrinthe à chercher la sortie. Les textes peuvent être interprétés de nombreuses façons, je vous laisse le soin de leur donner un sens, le labyrinthe et la recherche de la sortie pouvant s’entendre d’un point de vue physique, mais également d’un point de vue psychologique.

Payback termine en point d’orgue cet album, vous retrouverez dans ce titre tout ce qui fait le son de Lahannya, tout ce qui lui donne cette touche si particulière.

Je vous encourage à découvrir ce groupe et à les soutenir lors de leurs passages sur scène, car ils sont tout à fait authentiques et ne vivent que pour leur musique. Shotgun reality est une merveilleuse synthèse de gothic-rock et d’electro, ni trop de l’un, ni trop de l’autre. Un son particulièrement travaillé qui vous ravira aussi bien sur album que sur scène.