Iconoclast

Groupe : Heaven Shall Burn
Label : Century Media
Année de sortie : 2008

Toujours sans concession, Heaven Shall Burn revient en ce début d’année avec sa nouvelle production Iconoclast. Le groupe cette fois varie les plaisirs de la destruction. Pour commencer, un titre d’intro d’une beauté et d’une douceur incroyable (violon et piano), comme savent le faire les groupes à la musique musclée. Pour continuer, (Endzeit) nous plonge immédiatement dans le monde d’Heaven Shall Burn, (Like A thousand Suns) s’enchaine parfaitement. Sur « Murderers of all Murderers », le groupe se permet d’utiliser un beat qui sonne très électronique, tout en ayant un son d’une lourdeur incomparable. « Forlorn Skies » a des passages ultra speeds et des parties de guitare plus travaillées avec un riff assez long. « A Dying Ember » continue sur cette lancée, à un rythme effréné, avec un break ultra lent au milieu. Retour de flamme avec « Joel » qui remet les pendules à l’heure avec un cri tonitruant en guise d’intro, la suite est mid tempo avec un chant limite toujours aussi rocailleux mais plus articulé. Tout s’accélère avec « Quest for Resistance ». A noter la reprise du titre d’Edge Of Sanity « BlackTears ». La fin de l’album se fait tranquillement s’il on peut dire, c'est-à-dire avec des titres bien classiques du son d’Heaven Shall Burn : teigneux et malsain. Petites particularités : « Equinox » au violon, guitare sèche et piano et « Atonement », instrumental.

Heaven Shall Burn va satisfaire les fans de Trash-Death avec Iconoclast, sans lasser ses fans, grâce aux petites touches nouvelles qu’il a su ajouter à sa musique. Tout en sachant garder son âme.