Eidolon

Groupe : Dark Fortress
Label : Century Media
Année de sortie : 2008

Dark Fortress a un son Black Métal assez particulier, car il y a ce son très True-Black bien sale. Et en même temps, un côté très atmosphérique et symphonique constamment présent, avec l’omniprésence d’un clavier à la tonalité sépulcrale.

Le résultat est des plus intéressants, car la rudesse du son True est adoucie ou plus exactement refroidie pas le côté symphonique. Les compositions font froid dans le dos et pourraient parfaitement tenir lieu de bande son à un film d’horreur.

Certains reprocheront une trop grande parenté avec Dimmu Borgir ou Craddle of Filth. Et alors ? Le son et là, puissant, prenant, envoutant. Avec des titres où la batterie martèle un rythme infernal (The Unflesh), d’autres (Analepsy) où le rythme se fait lancinant tel une succube. La voix étant des plus intrigante et fascinante, elle vous hypnotisera très rapidement.

Eidolon devrait réussir à réunir l’ensemble de la scène Black Métal qui a l’habitude de se disperser et de s’entre déchirer. Une merveille de noirceur malsaine.