Labyrinthes

Groupe : Jadallys
Label : Elianor
Année de sortie : 2008

Le Métal de Jadallys est empreint d’une douce mélancolie et d’une agréable haine. Le chant en français est parfaitement maîtrisé par Sélène qui varie sa voix sur chaque titre, allant du chant clair d’une pureté cristalline, jusqu’au cri de rage venant du fond des trippes (La Complainte de Judas). Les paroles sont autant d’appels ou de dénonciations qui s’adressent à différents interlocuteurs. Je me garderai bien de vous donner une explication des textes, car ils ont des sens multiples et je ne voudrais pas dénaturer le sens originel que Jadallys a voulu leur donner. Mais attardez vous en les lisant. Et perdez vous en leur trouvant plusieurs interprétations. Une chose est sure, l’inspiration reste toujours avec une base mystique, pour ne pas dire religieuse. Avec un regard acerbe sur notre monde.

Tout commence avec « Mer aimante ». Une très bonne entrée en matière, avec un riff bien accrocheur, des synthés hypnotiques et une alternance chant clair-chant hurlé. Le tout sur un mid-tempo bien efficace. « La complainte de Judas » est plus calme, avec style plus rock avec quelques touches explosives de ci, de là. « Vide » est ultra efficace, le riff avec le chant éraillé est redoutable. « Nuit » a le même esprit. « L’araignée » est un titre très planant et angoissant. « Rapport Sagittarius A » est un titre extrêmement engagé, l’un des plus rythmés et des plus métal. « Kabaret » part super bien, suivi d’un break, pour repartir sur une ambiance plus particulière avec de nombreux changements, comme autant de costumes revêtus par les musiciens. « Morte au combat » est bien agressif. Au milieu des titres se trouvent un interlude « Labyrinthes » qui est des plus étranges avec une musique très particulière sur fond de voix faisant penser à une incantation. S’en suit « Enfant de Personne », qui est une ballade très douce avec un chant clair et guitares. Pour « Expérience », Jadallys nous livre une chanson sur la vieillesse et le dépérissement. Labyrinthes se terminant sur le titre « Chaman » qui, comme son nom l’indique, a des sonorités ancestrales.

La pochette a été réalisée par Eric Liberge, dessinateur de bande dessinées comme « Monsieur Mardi-Gras Descendres » et « les Corsaires d’Alcibiade ». Elle représente un homme en état méditatif. Un artwork très travaillé et qui illustre parfaitement la musique de Jadallys.

Cet album est une véritable réussite.