The Resisting Dreamer

Groupe : Tusk
Label : Tortuga Recordings
Année de sortie : 2008





Avec cet EP de 4 titres d’une durée totale de 38 minutes, TUSK nous plonge dans un monde musical fort étrange. Les compositions comportent peu de chant bien que les titres durent entre 5 et 8 minutes. Et encore, lorsqu’une voix se fait entendre, c’est pour ressembler d’avantage à une complainte (The Everlasting Taste Of Disguise), voir un rhale (Life’s Denial) ou un discours de dément (Cold Twisted Aisle) qu’à une réelle ligne de chant.

Musicalement, les ambiances font très hypnotiques et donnent une impression de dénuement et de désolation. Les premiers titres étant tout de même plus construits, plus harmonisés que les derniers. Comme si les notes disparaissaient au fur et à mesure de l’EP. Les notes sont toujours modifiées par des effets, avec beaucoup d’écho, de reverb. Les titres s’enchainant les uns avec les autres, il faut voir cet EP comme un seul et même titre, qui a plusieurs périodes. Une expérience très particulière surtout avec le dernier titre de 16 minutes, qui utilise depuis la moitié du titre 3 et jusqu’à la fin du titre 4, un larsen à la guitare, qui n’en fini pas. Et pourtant le son produit n’est pas désagréable à entendre. La mélodie et les autres instruments ne commençant à jouer qu’au bout de 6 minutes pendant quelques instants seulement pour de nouveau laisser place au larsen. La fin du titre se terminant avec quelques sons de guitare très résonants, venant de très loin.

Un album très étrange que The Resisting Dreamer, pour les amateurs d’expérimentations sonores, qui pour une fois, ne font pas mal au crâne. Car c’est là tout le talent de Tusk : réussir à conserver une musique mélodique et harmonieuse, en utilisant de nombreux effets, des breaks et peu de chant.