Tesla

Groupe : Herrschaft
Label : Aural Music
Année de sortie : 2008



Premier album d’HERRSCHAFT, groupe de Métal Indus parisien et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce groupe sait y faire. Déjà leur démo « Architects of the humanicides » avait marqué les esprits avec un son mélangeant les sonorités industrielles et une voix aigue très Black. Avec « Tesla », le groupe va plus loin. Tout au long des 11 titres qui composent cet album vous allez découvrir toutes facettes d’ HERRSCHAFT. La voix est beaucoup moins Black que précédemment, tout en restant tout de même assez aigue sur certains titres, mais elle est doublée avec une voix grave ou se fait médium. Ce qui donne au final de nombreuses variations (Under Perfect Control), avec un peu d’effet pour rajouter de la disto et avoir un son très éraillé. Sur les passages aigus, comme « Human Soul » et « The Defenders » cela me fait penser au chant de Lex ICON de The Kovenant sur l’album « Animatronic ». Mais musicalement, le groupe a su développer sa propre identité. Avec une base Métal incontestable, HERRSCHAFT mélange des sons électroniques ou des samples sur les intros « The Grand Architects », « Under Perfect Control », mais sans jamais dénaturer leur musique. Ainsi, même si l’électronique a une place importante dans leurs compositions, c’est le côté organique qui reste en mémoire.

Avec « Tesla », le groupe continue de développer son concept tiré du roman de Barjavel avec l’hégémonie humaine qui tombe dans le chaos suite à la perte de l’électricité. Concept qui se retrouve dans l’album avec une séparation des deux périodes sur le tracklisting et un artwork très travaillé, qui nous permet de voir une pochette blanche, presque paradisiaque alors que le livret est très sombre, rouge sang, rouillé, très industriel décadent, post apocalyptique.

Ce côté plus dark se retrouve immédiatement dans « Tesla » pour ne plus vous lâcher jusqu’à la fin de l’album. « Nemesis » étant très calme, sonne comme une longue complainte. L’énergie est également bien présente sur « Apocalypse Child ».

HERRSCHAFT par la qualité et la diversité de ses compositions alternant Métal bien lourd et sons électroniques parfois dance-floor, ne pourra pas vous laisser sans réaction. Un bon album.