Kingdom Tales

Groupe : Alfirin
Label : Intense Shop
Année de sortie : 2008



Alfirin, nom qui signifie « immortel » en langage elfique, est très fortement inspiré par les mondes de Tolkien. Avec leur album Kingdom Tales, le groupe vous propose après une intro toute douce, une série de sonorités néo-folk avec des petites touches électro savamment distillées, comme des perles d’eau qui frapperaient des cristaux et les feraient résonner. Avec Leo’s Kingdom vous découvrons la douce voix de Gia qui est accompagnée au xylophone pour un titre très calme et reposant. Little Lily est dans la même veine. L’utilisation de la guitare sur Einior donne une impression de gravité au titre, ce qui est amplifié par la voix qui est plus présente et plus crue. Miniel nous fait danser grâce à une instrumentation utilisant une nouvelle fois le xylophone en y ajoutant un piano virevoltant. The Nymph est le titre le plus popisant de l’album. Heleg vous replonge dans une atmosphère douce et froide. L’enchainement avec In My Dream n’est pas très facile, car le son de la guitare électrique est en contraste avec la douceur de Heleg, le son est écorché, haché, un peu trop à mon goût. Dalle Lacrime Al Sangre interprétée en italien est très planant et puissant à la fois.The Lord Of War reprend les ambiances du début de l’album avec une voix très lointaine ayant de l’écho et un piano, puis les guitares se déchainent et tranchent le son, telles de véritables tronçonneuses. Bloodstained doit être le titre le plus orchestré et nous propose de retrouver guitare, batterie, instruments à cordes pour servir la voix de Gia. Puis, tout s’achève avec une Outro instrumentale assez sombre.

Un album intéressant, de part son concept et de part la qualité des morceaux composés. Même s’il y en a un ou deux que je n’aime pas trop écouter, tous les autres sont très bons et le dépaysement proposé par Alfirin est total. Si vous êtes fans des mondes merveilleux, vous vous devez de laisser votre porte ouverte pour permettre à la musique d’Alfirin de parvenir jusqu’à vos oreilles. Vous serez alors ensorcelés.