The Grand Partition and the Abrogation of Idolatry

Groupe : Success Will Write Apocalypse Across The Sky
Label : Nuclear Blast
Année de sortie : 2009



Date de sortie : 03.04.2009

Quel coup de massue ! Cet album de SWWAATS est un monstre sonore titanesque. Leur Death Grind est le plus violent et le plus puissant qu’il m’ait été donné d’entendre depuis bien longtemps. Les fans de métal extrême pourront remercier Nuclear Blast à partir du 3 avril 2009 d’avoir sorti un tel album. Et en plus, SWWAATS se permet d’être très technique, avec plusieurs niveaux de chants, de nombreux breaks, des descentes de futs en solo (Cattle), des solis de guitare etc… SWWAATS a réussi là où beaucoup ont échoué : être technique, puissant et mélodique. Depuis la première note, jusqu’à la fin du 13ème titre, vous n’allez pas en revenir (le 14ème titre bonus n’étant pas une chanson). Tous les titres s’enchainent à la vitesse de la lumière. Il faut dire qu’ils font rarement plus de 3 minutes. Cette courte durée est le seul reproche que l’on puisse faire à la musique de SWWAATS. Car la maitrise est parfaite. Le groupe n’en fait jamais trop. Les chants sont caverneux et assourdissants. Ils se complètent très bien, étant toujours audibles, se superposant sur différentes tonalités (Despot). L’instrument qui vous scotchera est bien sur la batterie. JR Daniels doit avoir 8 bras et 4 jambes… Il est partout à chaque instant, avec de si nombreux breaks qu’il doit aimer souffrir derrière ses futs pour s’imposer un tel rythme (A Path). Les guitares sont là pour vous cisailler les oreilles, avec un solo de guitare de temps en temps histoire de vous achever définitivement. Aussi à l’aise sur des arpèges ou des harmonique que sur des gros riffs qui tachent (One Must Imagine Sisyphus Happy), Aaron Haines et Ian Sturgill sont phénoménaux. La basse est assurée par Matt Simpson. Elle pourrait paraître discrète, mais en même temps omniprésente, avec sa ligne rythmique ultra vitaminée.

Si vous pensez que SWWAATS n’est qu’un groupe de bourrin, allez directement sur le titre Colossus, qui est très lent et d’une lourdeur inimaginable. Et surtout faites bien attention aux paroles que vous trouverez dans le livret, elles ont toute leur importance. Lorsque vous entendrez Retrograde And The Anointed, vous comprendrez mieux de quoi je parle.

L’album de SWWAATS est une merveille. Si vous ne devez écouter qu’un seul album en avril 2009, ce doit être celui-ci.