Lust In Space

Groupe : Gwar
Label : AFM
Année de sortie : 2009



Date de sortie : 21.08.2009



Les monstres sont lâchés une nouvelle fois. Ou plus exactement ils se sont échappés. Cette fois Gwar va s’attaquer à l’univers tout entier et vous faire morfler. Ils sont énervés et déchainés, vous allez prendre cher. Et tant mieux : leur métal délirant est toujours plaisant à entendre. Entre Hard-Rock et Trash, Gwar vous offre une petite promenade intergalactique remplie de rencontres improbables.

Les titres s’enchainent et ne se ressemblent pas. Dès le premier titre « Lust In Space » qui donne son nom à l’album, vous allez découvrir ce dieu qui s’ennuie à mourir et décide de partir à l’aventure. Ses états d’âme vous sont révélés et vous voila embarqués. « Let Us Slay » vous aspire dans son vortex et ça va saigner. La musique de Gwar possède une base solide de métal bien lourd et sale : avec une rythmique irréprochable et bien entrainante, sur laquelle vous rajoutez deux guitares et un chant plusieurs niveaux alternant des sonorités Heavy et Trash, lorgnant parfois sur un chant parlé HardCore. Le meilleur exemple de cette diversité se trouve sur le titre « Damnation Under God ».

Les affreux de Gwar sont là pour passer un bon moment, quelle que soit leur victime, ils s’amusent avec elle pour votre plus grand plaisir. Ici la bonne humeur est de rigueur. « The UberKlaw » avec son ambiance chaotique l’illustre parfaitement. « Lords And Masters » est plus sale, mélange de Motor Head, Ministry et Iron Maiden. Ce titre est pour le moins sympathique et surtout très entrainant. « Metal Metal Land » est plus old school, ici tout le monde s’amuse, en reprenant le refrain en cœur, avec des riffs de guitare bien tranchants et en prime un petit solo de guitare. Avec « The Price Of Peace » Gwar sort les griffes, vous avez intérêt de vous planquer. Un seul mot d’ordre : pas de prisonnier, alors évitez les coups comme vous pouvez pour ce titre bien excité. « Where Is Zog » sonne un peu comme un vieux titre d’Ozzy Osbourne, avec ce chant aigu et nasillard, par moment, ce qui est assez déroutant. Pour le reste, c’est vraiment du grand n’importe quoi, surtout pour le dialogue sur la fin du titre et tant mieux, c’est tout ce que l’on aime avec Gwar. « Make A Child Cry » est un peu dans le même esprit délirant, avec ce grognement de monstre et les pleurs d’enfant, mais avec un son plus massif. « Release The Flies » a un son très lourd, la basse est très en avant, avec un tempo assez lent et les guitares sont ultra speed pour donner cette impression de vol de mouches. L’effet est particulièrement réussi. Parting Shot clôture l’album énergiquement.

Ce nouvel album de Gwar va vous faire passer un bon moment avec leur métal venu des contrées les plus reculées de leurs cerveaux. Toujours près pour une bonne partie, le groupe vous communiquera en un rien de temps leurs envies et leurs déviances. Les affreux sont de retour. Faites attention à vous.

Xavier