After

Groupe : Ihshan
Label : Candlelight
Année de sortie : 2010



Date de sortie : 25.01.2010



Ihsahn n’en finira pas de nous surprendre. Avec ce deuxième album sobrement intitulé ‘After’ vous allez découvrir ce qui pourrait être qualifié de Black Métal Progressif.

Avec ‘The Barren Lands’ vous allez tranquillement, mais surement vous apercevoir que la musique se fait toujours agressive, mais que les passages de guitares sont de plus en plus techniques et planants, avec de nombreux breaks. Ihsahn utilisant sur tout ce titre sa voix aigue et éraillée. Un mélange assez surprenant, mais qui fonctionne parfaitement bien.

‘A Grave Inversed’ vous en met plein les oreilles, mais c’est pour mieux vous tromper. Ici, place à la folie furieuse et créative, ça part dans tous les sens, à grand renfort de saxophone ! Un titre comme aurait pu en composer Mike Paton. Puis arrive le planant ‘After’. Gros changement de style avec un chant clair très chaleureux, des riffs en arpèges, une mélodie très reposante, avec du clavier et tout ce qui fait le charme du rock progressif. Les fans d’Emperor risquent d’être déroutés. Après un long crescendo, la voix d’ Ihsahn se fait de nouveau agressive, sans que la musique change, mise à part la rythmique qui est plus rapide.

‘Frozen Lakes On Mars’ reprend un rythme soutenu et un chant bien sale. Si vous aimez les soli qui vous balancent 10 notes à la seconde, vous y trouverez votre bonheur. Avec plusieurs breaks qui tranchent radicalement les uns avec les autres. Un titre qui doit être particulièrement efficace en live. ‘Undercurrent’, titre de 10 minutes, va vous scotcher, avec son faux rythme très atmosphérique, un chant clair très doux et des guitares acoustiques. Vraiment très progressif, vous aurez droit à plusieurs variations dans la voix et le rythme, ainsi que l’intervention une nouvelle fois du saxophone. Un titre très prenant, qui va vous entrainer loin, bien loin dans l’univers musical baroque d’ Ihsahn.

‘Austere’ est vraiment très rock progressif, ultra planant, les fans de Black Métal devront prendre leur mal en patience pendant les 6’17 de ce titre, à moins d’être curieux. Si tel est votre cas, vous vous laisserez planer dans les hautes sphères musicales, avec la douce voix d’Ihsahn, des guitares avec beaucoup de reverb, sur un tempo relaxant. Et ce n’est pas le break qui arrive au bout de 4’20 qui va changer grand-chose à l’ambiance générale du titre.

‘Heavens Black Sea’ remet la vapeur, avec une batterie très énergique, des guitares bien tranchantes et une voix plus violente. Toujours planant, le titre est bien accrocheur, avec un solo de guitare bien speed. Avec un très long intermède partant dans des délires expérimentaux très étranges.

‘On The Shores’ vous plonge dans un nouveau rêve surréaliste. Le saxophone est vraiment très troublant, vous caressant, et pourtant vous n’arrivez pas à vous relaxer. Le trouble ne vous laissera jamais sur ce titre. Et vous avez raison de rester sur le qui-vive, car la déferlante arrive et vous balayera si vous n’y prenez garde. Puis le calme reviendra, vous laissant au milieu d’une zone lavée de ses impuretés.

Cet album d’Ihsahn vous transportera sur de nouvelles voies. Toujours en quête de nouveauté, il ne cessera de vous troubler et de vous tromper, pour que vous ne puissiez jamais préjuger de ce qui va vous arriver. Un album relativement déconcertant, qui n’est pas très facile d’accès. Mais si vous adhérez à cette démarche musicale, alors vous pourrez l’écouter encore et encore sans jamais vous en lasser.



Xavier