Remember Who You Are

Groupe : Korn
Label : Roadrunner
Année de sortie : 2010



Date de sortie : 13 juillet 2010

Ce nouvel album de Korn (le 9ème) s’inscrit dans la droite ligne de ses prédécesseurs, produit par Ross Robinson. Vous allez continuer d’aimer ce groupe mythique, qui a su créer un nouveau courant musical avec son premier album sorti en 1994 qui avait un son inhabituel, tant de fois copié depuis, mais qui reste encore maintenant, inégalé. Cet album, au-delà de la musique est très chargé en émotion. Prenez le temps de faire attention aux paroles, vos sensations à l’écoute seront décuplées.

Après une intro avec un son très lointain, nous entrons dans le vif du sujet avec Oildale (Leave Me Alone). Le son se reconnaît en un instant avec la basse de Fieldy, qui claque comme d’habitude, la guitare ultra lourde et profonde de Munky, ce petit rythme entraînant à la batterie avec Ray Luzier, qui est devenu un membre officiel du groupe et le chant chargé d’émotion de Jonathan Davis qui donne toujours l’impression qu’il est au bord de la crise de nerf. Ce titre est particulièrement frappant par son atmosphère prenante et le son large qu’il vous envoie dans la figure. Beaucoup de reverb et de fanger pour donner encore plus de volume au son, ce qui est la marque de fabrique du groupe et ça fonctionne à merveille.

Dans la série, il ne faut rien changer quand tout est bon, vous avez Pop A Pill, avec ces variations de chants si habituelles pour Jonathan : les passages chantés avec beaucoup de présence et les parties parlées les dents serrées ou susurrées au creux de l’oreille. Le tout noyé sous tsunami de musique, avec cette rythmique obsédante. Fear Is A Place To Live va vous permettre de respirer un peu, malgré des paroles angoissantes et un rythme appuyé, tout va bien, vous avez l’impression d’être sur un petit nuage. Move On joue sur un rythme rempli de breaks, avec votre perception auditive, vous serez toujours surpris, avec un son déstructuré, qui ne cessera de vous tenir en alerte. Lead The Parade est également bizarre, avec de gros breaks tout au long de la chanson et une ligne musicale parfois proche de la cacophonie. Vous y entendrez l’incontournable cornemuse, mais de très loin, au milieu du titre. Les instruments sont utilisés pour produire quelques sons, mais pas de véritables riffs. Un titre vraiment particulier comme Korn aime les faire, ce n’est pas la première fois que le groupe nous offre un tel ovni. Let The Guilt Go revient à ce que nous pouvons considérer comme plus classique pour Korn, avec ces grandes envolées vocales et une musique bien groovy. Ce titre est ultra accrocheur avec ces montées crescendo fascinantes. The Past est un peu dans le même esprit, avec un construction basée sur l’opposition entre les parties très douces et les parties plus explosives. Le morceau s’écoute bien, mais sans plus. Never Around bien que très proche se montre beaucoup plus intéressant, peut-être en raison d’un chant plus varié ou de cette petite mélodie qui reste toujours en fond sur les passages calmes. Toujours est-il que Never Around crée une véritable émotion en vous et vous donne envie de bouger. Si vous aimez quand ça claque bien, alors Are You Ready To Live ? est pour vous, mais voyez prêt à verser une larme en écoutant les paroles, particulièrement tristes, ce qui se ressent sur le chant (les cris) de Jonathan Davis. Holding All These Lies, dernier titre de ce Korn III Remember Who You Are est parfait en clôture d’un album lourd et puissant en évocation. Allant chercher au plus profond d’eux mêmes, les membres du groupe vont faire resurgir en vous des sentiments ou des souvenirs que vous auriez peut-être aimé oublier à jamais. Mais Comme l’indique le titre de cette nouvelle production : Remember Who You Are ! Et rappelez vous cette citation de Nietzche "ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort." Alors venez affronter vos démons à l’écoute de ce nouveau Korn et sortez en grandi.

Korn sont les maîtres incontestés du néo-métal. Respectez les en tant que tel et profitez de leur talent en écoutant Remember Who You Are.

Xavier