Slave to the Game

Groupe : Emmure
Label : Victory Records
Année de sortie : 2012


Date de sortie : 10/04/2012

Que dire du nouvel album d’EMMURE? Ça envoie fort, en masse, un son bien lourd, bien grave, sans concession. Utiliser la métaphore d’un rouleau compresseur serait tout à fait juste.

Tout au long de ce Slave To The Game, vous allez en prendre plein les oreilles. Leur Metal-Core (mélange de Death et de Hard-Core) est vraiment ultra puissant. Les breaks sont omniprésents, le rythme n’est pas forcément très élevé, mais peu importe. EMMURE joue sur la lourdeur et la profondeur de sa musique. Ici, l’idée, c’est de vous ensevelir sous un déluge de basses, encore et encore. Le chanteur a une voix vraiment impressionnante dans ses growls, à croire qu’il a la cage thoracique de deux hommes. Les instruments sont également accordés très bas, sans pour autant perdre en tranchant. Le groupe connaît parfaitement son affaire pour vous en mettre plein les oreilles.

Quel que soit le titre que vous allez écouter, vous vous retrouverez toujours face au même mur de son. Avec She Gave Her Heat To Deadpool, vous comprendrez tout de suite de quoi je parle, tout comme Bison Diaries, pour n’en citer que deux. I Am Onslaught est peut-être un peu plus lent, surtout avec le beatdown sur la fin du morceau. Protoman va vous rappeler ce que pourrait faire une rencontre entre Disturbed et Deftones, par certains côtés. Mais quoi que vous fassiez, vous serez cerné, même avec des modulations dans le chant, l’utilisation de samples, etc, vous en prendrez plus que vous ne pouvez le supporter (Umar Dumps Dormammu). Tentez Blackheart Reigns avec ce petit son qui vient vous titiller les tympans, nous sommes à la limite de la torture sur ce coup là.

Et au milieu de cette violence, vous avez un titre fantomatique qui dure moins d’une minute : Poltergeist.


Xavier