Nocturne

Groupe : CRIMSON MUDLE
Label : Manic Depression
Année de sortie : 2011


Date de sortie: 2011


Avec une intro qui pourrait parfaitement convenir à n’importe quel film d’horreur héritier de l’expressionnisme allemand et de Danny Elfman, vous allez plonger dans des sonorités pour le moins étranges.

Avec cette douce voix féminine qui vous interpelle en permanence, jouant que le chant, avec des respirations parfois appuyées ou des parties parlées, vous ne pourrez rester insensible bien longtemps. Cette façon de chanter me fait penser par certains côté à ce que propose Amanda Palmer, mais sans que la ressemblance ne soit criante. Et lorsque l’anglais laisse place à l’espagnol sur Mentiras, c’est une toute autre ambiance qui s’impose. Il en est de même sur Nuit d’Octobre, qui est en français. Un titre particulièrement froid et granuleux, mais ce n’est qu’un exemple.

Si la rythmique est relativement simple, pour ne pas dire minimaliste, les lignes de mélodies sont particulièrement riches. Entre le piano, le violon, les guitares etc, Crimson Mudle ne se refuse rien. L’important est de sonner juste. Un peu comme le fait Faith and the Muse dans un autre registre, Crimson Mudle n’hésite pas à repousser les limites de son style pour gagner en percussion auprès se son auditoire. Si bien que Nocturne pourrait être ressenti comme une sorte de représentation de cabaret décadent. Si vous prêtez un tant soit peu l’oreille, vous vous rendrez compte que derrière la mélodie principale s’en cache une seconde, bien présente, mais étouffée, comme un bruit de fond, mais qui a finalement toute son importance (Unsteady). La meilleure preuve est que vous venez de la découvrir. Une fois que vous aurez conscience de toute l’étendue de la plage musicale que vous offre Crimson Mudle, vous serez en mesure de vous y perdre, comme dans un labyrinthe sonore. Vous allez passer par toutes sortes d’émotions grâce à leur musique. Allant jusqu’à la limite de la transe sur Lyoudov.

Nocturne est un très bel album, d’une grande sensibilité, rempli de noirceur. Il va sans dire qu’il vous donnera quelques frissons en l’écoutant.


Xavier