Existence Is Horror

Groupe : The Lion's Daughter
Label : Season Of Mist
Année de sortie : 2016


Date de sortie : 08/01/2016


Bienvenue dans un monde de désolation. Les ténèbres vont vous envelopper, vous infiltrer, jusqu'à vous faire suffoquer…

Vous vous ferez amadouer par le titre d'introduction « Phobetor », mais la noirceur de The Lion's Daughter est à l'affût, comme si votre propre ombre vous attendait pour vous mettre au fond du sac.
Les choses sérieuses commencent après quelques secondes d'écoute du titre « Mass Green Extinctus » : un black métal bien lourd, avec un chant très éraillé qui vient du fond de la gorge. Certains titres connaissent des accélérations puissantes (« Nothing Lies Ahead », « Dog shaped Man »).
Ce qui provoque tout au long de l'écoute de l'album la sensation d'une chute abyssale vers les enfers. Surtout sur des titres comme « Four Flies » ou « they're already inside » avec ces Beat-down très pesants.
Tout est fait pour vous attirer toujours et encore plus profondément jusqu'à ce que toute lumière disparaisse. Et ce n'est pas le titre « midnight glass » qui va vous aider à respirer, presque instrumental, comme « the fiction in the dark » la pesanteur semble s'aggraver lorsque vous les écoutez.
Les ambiances changent tout au long de l'album, grâce aux variations de tempo ou autres modulations. Par exemple, ce sont les répétitions qui donnent un côté hypnotique à la musique de The Lion's Daughter sur « A Cursed Black End ».

Le black métal de The Lion's Daughter est l'un des plus sombres qui soit. Amateurs du côté le plus obscur, vous serez comblés.


Xavier