After The Rehearsal

Groupe : Jackson VANHORN
Label : Manic Depression
Année de sortie : 2020



Date de sortie : 16/10/2020


Black Vinyl 12″ + Insert
Post-Punk / Art Pop

1. hallucination
2. pierrot
3. sunday
4. saturnine
5. mantra
6. precarious line
7. faces
8. fold
9. white flowers
10. another world

Cette nouvelle production de Jackson VanHorn, est empreinte d’une certaine intimité. Les titres évoquent des sujets très variés, comme la foi, la connaissance des parties les plus sombres de l’être humain, la solitude, le désir, le désespoir ou l’hypocrisie. Toujours avec cette légèreté déconcertante, propre à ces sonorités qui vont du rock, au post-punk, en passant par de la sad-pop. Peu importe les étiquettes en réalité. C’est une vision très directe sur les travers de la société humaine qui est portée par Jackson VanHorn, avec « After the rehearsal ».
3 titres ont déjà été clipés : Saturnine, Pierrot et Sunday, qui ont permis d’annoncer l’album, avec des illustrations qui sont des fragments de la pochette de l’album.
La palette de couleur, toujours froide de Jackson VanHorn, lui permet de moduler les atmosphères, comme vous pourrez le constater à l’écouter le « After The Rehearsal ». Comme par exemple le dansant Saturnine, sur fond de guitare acoustique, (qui me fait penser à certaines compositions de Vast), dont les paroles sont une belle critique de notre société avec ses lendemains qui ressemblent si souvent à hier et dans lesquels vous ne vous retrouvez pas.
L’hypnotique Mantra avec ces quelques notes et paroles qui se répètent tout au long des 4’28 avec une toute petite variation sur la fin du titre.
Ou encore le mélancolique « Pierrot », avec une musique très minimaliste, qui touche toujours avec justesse, certaines cordes sensibles. Un véritable jeu d’équilibriste au dessus du gouffre à l’image de ce clown qui crache ses rires dans le néant.
Et que dire de l’instrumental « Precarious Line » remplis de sons très électroniques sortis d’on ne sait où et qui peuvent vous évoquer tant d’images, qui sont autant de lieux froids et inhospitaliers.
Chaque composition est une expérience sonore à part entière. Les jeux d’opposition, de décalage entre la légèreté des musiques et la gravité des paroles, portées par cette voix douce et claire, font de cet album une belle œuvre d’art.


Xavier