The Rules of Equilibrium

Groupe : Kemet
Label : Thundering Records
Année de sortie : 2006

KEMET est un groupe de dark métal chargé de spleen basé à Lyon.

L'équipe a pas mal bourlingué avant d'accoucher de ce 3ème album "The Rules of Equilibrium". Une première démo un peu hésitante "Pieces" est sortie en 1998. Elle annonçait déjà un fort potentiel. Puis en 2000, ils réalisent un 1er album d'une très grande maturité : "Dying With Elegance" et signent chez Dead Sun Records. Cet album est très dark et émotif.

Non content d'un succès, ils enchaînent avec "The Night Before" en 2003, un album plus posé, dans une vague toujours aussi émotionnelle, mais moins violent. Les voix death et criardes ont disparu. Le chant de Eric était désormais uniquement clair mais ne perdait en rien de sa torture.

En 5 années, les KEMET ont beaucoup grandi. Que pouvaient-ils nous proposer de plus ? Peuvent-ils encore nous étonner ?



Ce 3ème album vient se poser au sommet de leur Art.

La production a été soignée aux petits oignons. Le son est très gros, plus orienté sur les guitares, qui pourtant savent se faire douces et n'écrasent pas les autres instruments. La batterie a un vrai son de batterie et sonne métal. La cohérence est parfaite pour ce groupe attentif à ses ambiances.

L'électronique prend un peu plus part à la narration, tout en restant discrète mais essentielle.



L'interprétation est quant à elle enthousiasmante. La touche KEMET est reconnaissable dès les premières notes : riffs saccadés, batterie aérée, basse robuste, piano caressant et chant écorché.

Par rapport à "The Night Before", le chant de Eric a pris son envol. Il est parfaitement à l'aise, le flot est juste, rapide et précis. Le message passe d'autant mieux. Sa voix nous fait entrer dans cet univers noir et corrompu.

Car il s'agit là d'un concept album : les derniers jours de Sam Grey dans un environnement urbain nocturne. On pourra trouver des réminiscences de Sin City dans cette course effrénée le long des autoroutes. La folie et la rage du personnage nous submerge et nous noie pour devenir nos rages (« Sam Grey » est un anagramme de « My rages ») et mettre à nu le fragile équilibre de notre mental.



Un album très réussi qui surpasse de loin son prédécesseur tout en mettant en lumière des clés pour le comprendre. Car « The Night Before » est un bon album, mais qui a certainement dérouté après « Dying With Elegance ».



Notons également qu’un retour au français a été fait pour le morceau « Sœur de Sang » dont la musique à mis chemin entre hip-hop/slam et métal kemetien nous ouvre d’autres portes musicales.



Les KEMET ont osé expérimenter tout en renforçant leur son et leur univers. Les émotions passent directement de leurs doigts à notre âme. Les textes énigmatiques racontent une histoire tout en parlant à votre moi profond qui trouvera une signification particulière suivant les expériences vous aurez eu.



La presse avait comparé KEMET à THE OLD DEAD TREE à la sortie de « The Night Before », chose un peu prématurée. Désormais, tout en ayant suivit sa propre voie, KEMET à l’aura d’un TODT, osant se renouveler, emmener ses auditeurs vers des champs sonores variés et inattendu.

Le groupe s’est imposé essentiel car il l’était déjà. Maintenant, il va être difficile de faire sans eux.



En attendant la prochaine plaie avec une joie et une angoisse non contenues, nous vous conseillons d’aller les voir jouer car leurs prestations dégagent une atmosphère violente et enivrante.

Bravo.